Playoffs : messieurs, vous êtes attendus au tournant.

0
Feb 5, 2017; Oklahoma City, OK, USA; Oklahoma City Thunder guard Russell Westbrook (0) drives to the basket in front of Portland Trail Blazers guard Damian Lillard (0) during the third quarter at Chesapeake Energy Arena. Mandatory Credit: Mark D. Smith-USA TODAY Sports
Ligue 1

À part ça si vous avez établi domicile dans une grotte, vous êtes au courant que la saison régulière est close. Et qui dit fin de la saison régulière… dit playoffs. Ça y est, c’est l’heure pour les 16 meilleures équipes de la ligue d’entrer dans cette période excitante et disputée, qui va voir des upsets et des sweeps, mais aussi des légendes se construire et des stars se dévoiler au meilleur moment. Parce que s’il y a bien un moment dans l’année où les joueurs peuvent prouver leur statut et emmener leurs franchises le plus loin possible, ce sont les playoffs. 1er tour, demi-finale, finale de conférence et finale, qu’importe, l’objectif reste le même : aller au bout. Et c’est en suivant cet objectif que les grandes stars de cette merveilleuse ligue vont/doivent se dévoiler, car ils sont attendus au tournant. Malheureusement, tous ne supportent pas cette pression de la même manière.. 

 

Et c’est bien de ça dont je vais vous parler dans ce papier. Ces stars dont le niveau est reconnu mondialement, mais qui auront à coeur de se racheter du fait de leurs échecs passés à cette même période de l’année. Si vous voulez plus de précisions sur les oppositions du premier tour et les différentes tendances, je vous encourage à jeter un oeil aux previews que notre rédaction vous a proposées. En attendant, penchons nous sur notre dossier du jour.

 

Des critères, quels critères ?

 

Nous allons nous intéresser aux joueurs dont le niveau est certain, de la simple star au joueur All-Time, et qui ont beaucoup à prouver lors de ces playoffs. Pour ça, il est important de donner certains critères “de sélection”.

En premier lieu, ces joueurs doivent être des titulaires indiscutables et importants de leur équipe, voire des leaders, car c’est surtout eux qui seront attendus dans les moments chauds que nous réservent souvent les playoffs. Ces mêmes joueurs doivent avoir fait preuve d’un niveau de quasi All-Star qui légitimerait les attentes placées en eux.

Des joueurs confirmés donc, mais qui malgré leur statut, n’ont jamais réussi à emmener leur équipe au niveau auquel celle-ci était attendue. Ou qui ont choke dans les pires moments, que ce soit lors des derniers playoffs ou même les précédents.

Ces critères peuvent sembler vagues à première vue, mais ils sont nécessaires pour bien comprendre de quel genre de joueur on parle. Maintenant que ces critères sont posés, intéressons-nous à ces joueurs. Messieurs, il va falloir nous faire fermer nos bouches et faire mentir les critiques, c’est à vous de jouer !

 

Est : faites entrer les accusés.

 

Dès ce 1er tour, il va falloir observer de très près le comportement de ces joueurs qui auront, on l’espère, à coeur de se rattraper. Commençons à l’Est, avec la première confrontation entre Bucks et Pistons. Sur le papier, il n’y a pas de match, les Bucks sont donnés largement favoris, et il parait peu probable de voir Detroit ne serait-ce qu’exister sur cette série. Trop d’armes, trop de talent, un Giannis en mode MVP, bref, si vous avez lu nos previews, vous connaissez les arguments. Seulement, il y a chez les Bucks un certain meneur qui doit se racheter. Et oui Eric, c’est de toi que l’on parle.

 

Bledsoe a appris qui était Terry Rozier. Mais un peu tard.
Crédits : Yahoo!Sports (Getty)

 

Kyrie Irving absent, c’est Terry Rozier qui a géré la mène des Celtics lors des derniers playoffs. “Qui ça ?” me direz-vous ? Eh bien, Eric Bledsoe a eu la même réaction en apprenant qui allait être sa matchup direct. Trashtalk ? Peut-être. Confiance en soi ? Orgueil plutôt. Un sursaut d’orgueil qui ne lui a pas été bénéfique, puisqu’il s’est fait bouffé tout au long de la série par le jeune meneur des C’s, alors qu’il aurait dû largement le dominer. On peut compter sur toi pour ne pas refaire la même erreur Eric ? Pour un mec qui tourne en 17-5-4 et est meneur titulaire de la meilleure équipe de NBA, ça la foutrait mal.

À Boston, si l’équipe en elle-même est attendue de pied ferme après cette saison “décevante” malgré un effectif talentueux, il n’y a pas de joueur attendu au tournant et devant se rattraper. On a surtout hâte de voir enfin cet effectif au complet en playoffs. Ceci dit, on attend de voir si Kyrie Irving et sa clique vont assumer ses propos disant qu’aucune équipe ne peut les battre sur 7 matchs. La confiance c’est bien, mais attention aux excès.

De même, aucun joueur ne doit se rattraper après avoir choke sur la série Philly-Brooklyn, puisqu’ici les stars sont essentiellement des jeunes qui vivent leurs premiers playoffs ou presque. Par contre, c’est sur la dernière série de cette conférence que nous avons nos plus gros “clients”. En effet, il y a une sacré dose d’attente à Toronto. Si les Raptors sont les logiques favoris face au Magic, on attend de pied ferme Kyle Lowry et Kawhi Leonard. Tous les deux multiples All-Stars au cours de leur carrière, leur niveau n’est plus à prouver.

 

Favoris ? Sans aucun doute. Mais ces deux-là ont des comptes à régler avec les playoffs.
Source : The Sportster.com

 

Ce qui n’est pas à prouver non plus, c’est que Lowry n’est pas connu comme un joueur qui élève son jeu en playoffs. De plus, le “Chris Paul de l’Est” n’a jamais dépassé les finales de conférence (en 2016, défaite face aux Cavs de … LeBron) et s’est toujours vu barré la route par le King et ses Cavs. Pour Kawhi Leonard, l’histoire est différente. MVP des finales en 2014, The Klaw n’a rien à prouver en terme de niveau et de résultats en playoffs. Seulement, son dernier passage en playoffs remonte à il y a 2 ans, avec une cheville de Zaza Pachulia qui traine, le blesse et amène le difficile divorce avec les Spurs. Kawhi aura surement à coeur de faire taire ses détracteurs depuis, et devrait assumer son statut de favori de la conférence Est, aidé si possible de son meneur.

 

Ouest : leaders attendus.

 

À l’Ouest, rien de nouveau. Des stars qu’on attend de pied ferme et en pleine confiance, il y en a à foison. Seulement, 2 séries particulièrement attirent notre attention, à savoir Portland – OKC et Utah – Houston. En effet, les Warriors n’ont plus rien à prouver à personne depuis au moins 3 bonnes saisons maintenant (on attend juste de voir comment se comporte Demarcus Cousins en playoffs, mais peu d’inquiétude de ce côté-là.) Les Clippers sont en playoffs, et c’est déjà signe de saison réussie pour eux, les attentes sont atteintes. Enfin pour Denver et les Spurs, on attend juste de voir comment DeRozan va step up dans une autre équipe que les Raptors, lui qui partage les mêmes appréhensions en playoffs que son ex Kyle Lowry.

 

Battre Denver ou non, qu’importe. DeMar se doit d’enfin agir comme un leader sur cette série.
Source : Sam Forencich/Getty Images

 

Portland – OKC. Là, y’a du boulot. Parce ce qu’il y a ici 3 joueurs largement plus forts que ceux mentionnés jusqu’ici qui sont concernés. 3 joueurs qui ont, de différentes manières, été critiqués lors de leurs derniers playoffs. Paul George et Russell Westbrook pour le Thunder, et Damian “Dame” Lillard pour les Blazers. Sur le papier, il s’agit de 3 joueurs All-Time, dont un Hall of Famer assuré, un incroyable two-way player qui a passé une bonne partie de sa saison sur le podium de la course au MVP, et un meneur All-Star franchise player de la troisième équipe de l’Ouest qui lui aussi a son mot à dire dans la course au MVP.

 

Le duo du Thunder est passé par tous les visages, dominant des deux côtés du terrain mais parfois inconstant.
Source : Slam / Getty images

 

Est-il vraiment nécessaire de revenir sur la déception Thunder 2018 ? Annoncés comme favoris face au Jazz l’année passée, le Brodie et sa clique se sont finalement inclinés face au rookie qu’était Donovan Mitchell. Sans retirer à ce dernier aucun crédit, un tel résultat (et surtout de cette manière) était intolérable au vu du talent que possédait le Thunder. Un Westbrook obligé de bombarder et qui n’a pas suffisamment montré de leadership, et un Paul George auteur d’un Game 6 qui restera dans les mémoires comme l’une des pires performances imaginables pour un joueur de son niveau (2/16 au tir, bravo Playoffs P), voilà comment ces deux stars ont fini leurs playoffs 2018. Pas le choix, ils doivent montrer un meilleur visage, dans une série face à Portland, un adversaire encore une fois à leur portée. Tiens, puisqu’on parle des Blazers…

 

It’s Dame Time !”
Lillard doit se racheter de ses playoffs 2018 désastreux, face à l’un de ses grands rivaux.
Source : ESPN

 

Peut-être la plus grande déception des derniers playoffs. La saison dernière aussi, les Blazers ont fini 3ème de la conférence Ouest, ce qui leur garantissait un 1er tour contre les Pelicans. Même avec Anthony Davis en face, la franchise de l’Oregon était donnée vainqueur… puis Jrue Holiday a été mis en défense sur Lillard. Qui s’est fait dominé de la tête et des épaules, incapable de peser offensivement (sans parler de défendre sur Holiday, auteur de 41 points dans le Game 4) et incapable de faire preuve de leadership. Résultat ? Un upset total, des Blazers sweepés, moqués et critiqués depuis. Dame a les crocs, le couteau entre les dents, et plus que quiconque, il se doit de faire une série monstre face au Thunder. Lillard vs Westbrook, sachant que les deux ont des choses à prouver ? It’s popcorn time.

Dernier client mais pas des moindres, puisqu’il s’agit du MVP en titre, j’ai nommé James “The Beard” Harden. Ne m’attaquez pas, loin de moi l’idée de remettre en doute le niveau extravagant du Barbu, mais plutôt son leadership dans les moments chauds en playoffs. Voyez plutôt : il y a 2 ans, ses Rockets s’inclinent avec panache contre les Spurs, et pas de la meilleure des manières (se faire contrer par Papy Manu au moment de prendre le shoot de la dernière chance dans un Game 5 décisif, vraiment James ?)

 

Il est où le ballon James ?
Source : Mark Sobhani/NBAE via Getty Images

 

Quant à l’année dernière, les Rockets ont joué de malchance. En finale de conférence face aux Warriors, Houston tient presque sa qualification en Finale, en menant 3-2 dans la série. Malheureusement, les Rockets perdent CP3.. et d’une certaine façon, Harden aussi. Tout juste 40% au tir lors du Game 7, avec un horrible 2/13 à 3pts, voilà qui n’a pas dû aider. Néanmoins, Houston reste la seule équipe à avoir autant menacé la suprématie des Warriors ces dernières années, et la barbe n’y est pas pour rien. Quid de cette année ?

 

Vous l’avez vu, même les plus grandes légendes peuvent se ramasser dans les moments chauds. Westbrook, PG, Harden and co, tous ces grands joueurs ont des choses à prouver lors de ces playoffs, et ceci dès le 1er tour. Ces playoffs promettent, les rivalités sont nombreuses, chaque équipe a son lot de talents, et chacun aura à coeur d’écrire sa propre légende dans l’histoire de la NBA. Quel joueur va dépasser les attentes, quelle star va couler ? Les playoffs commencent demain, mais on ne peut déjà plus attendre. 

 

Crédits image de Une : Mark D. Smith-USA TODAY Sports

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here