Playoffs NBA : Butler et les Sixers ont chassé le Dinos

Sans être impressionnant et avec un Embiid malade (gastro), Philadelphie reprend l’avantage du terrain en s’imposant face à Toronto lors du Game 2 (94-89). Malgré encore une fois un énorme Kawhi Leonard, « The Klaw » était bien trop seul pour surmonter l’obstacle Sixers et la masterclass de Jimmy Butler dans le quatrième quart-temps.

Vis ma vie de All-Star

Le choix est cornélien. Difficile de dire si la défense des Sixers a été bonne ou si c’est l’attaque des Raptors qui a été mauvaise. Peu importe Philly s’impose au Canada et rentre à la maison en ayant pris un match à l’extérieur, mission accomplie. Pourtant, la première mi-temps n’a rien à voir avec des playoffs NBA. Un beau petit match de pré-saison où les stars ne s’appellent pas Embiid ou Butler mais plutôt Ennis (13 points) et Monroe (10 points). Oui, il fallait se mouiller la nuque avant de lire cette phrase, pardon pour la syncope. Les deux joueurs, habitués à couper les citrons et à apporter les bouteilles de Gatorade à Joel et Jimmy, en ont eu marre d’entendre les bruits suspects du ventre (ou d’un orifice moins propre) d’Embiid (12 points) et ont décidé de se transformer en facteur x. Intensité, défense, tir à 3 points, les deux hommes permettent de maintenir les Raptors en dessous des 33% au shoot et les hommes de Brett Brown mènent de 13 points à la mi-temps (51-38).

Butler contre le Canada

Les Canadiens reviennent des vestiaires excités comme des caribous. Cyborg Léonard (35 points) reprend les choses en mains et permet aux Raptors de revenir au score (69-63). Alors on se dit que les Dinos vont avaler les petits Sixers, mais c’était sans compter sur papa Jimmy qui va remettre le loup au milieu de la bergerie. Buckets plante 12 de ses 31 points dans le quatrième quart temps, en étant clutch au possible face à un Kawhi Leonard qui tient tout le Canada sur son dos. Mais pour la première fois de la rencontre, « The Klaw » va être soutenu par ses potes. Siakam (21 points) et Lowry (20 points), par deux fois, vont scorer du parking et ramener Toronto à un petit point de Philly (90-89). Mais pas de soucis, même malade, Embiid a le short habité et va chercher un panier qui va sceller les espoirs de Jurassic Park.

 

 

 

Un partout balle au centre. La suite de la série va se poursuivre dans la ville de l’amour fraternel, dans la nuit de Jeudi à Vendredi. Nul doute que l’amour ne sera pas au rendez-vous au Wells Fargo Center, ça pourrait même être interdit au moins de 18 ans.     

 

À lire aussi :

https://wesportfr.com/nba-crossover-rencontre-exceptionnelle-avec-john-collins-pepite-des-atlanta-hawks/

 

Crédit photo : Sports net

A propos de l'auteur

"Il faut souffrir pour être beau"...Supporter de l'OM mais toujours moche In Russell Westbrook we trust #whynot

Poster un commentaire

pulvinar elementum ante. id, ut odio felis Aenean vulputate, diam risus