Pourquoi l’athlétisme se porte mieux sans Bolt ?

Du 28 septembre au 6 octobre auront lieu les premiers championnats du monde d’athlétisme depuis la retraite d’Usain Bolt. Le champion jamaïcain a laissé une empreinte indélébile dans son sport mais aujourd’hui de nombreux athlètes sont prêts à prendre la place du meilleur sprinteur de l’Histoire.

Usain Bolt, c’était d’incessants jeux avec la caméra, une décontraction légendaire et des chronos affolants. L’homme le plus rapide du monde, le grand public le connaissait bien. Tout le monde n’avait d’yeux que pour le sprinteur jamaïcain. Tout le monde s’arrêtait un peu moins de dix (ou vingt) secondes pour voir ses finales olympiques et mondiales. Tout le monde le pensait imbattable. Il l’a prouvé, son plus grand ennemi c’était lui-même.

Daegu 2011 et ce second coup de pistolet après le départ. Le roi du sprint fait un faux départ et laisse sa couronne à son compatriote Yohan Blake (vidéo de ce moment). Seul couac de la phénoménale carrière de La Foudre. Dans l’Histoire du sport, il est aux côtés d’athlètes comme Michael Phelps ou Nadia Comaneci. Une pléiade de médailles et deux records inatteignables : 9”58 sur 100 mètres, 19”19 sur 200 mètres. En 10 ans, aucun athlète ne s’est approché de ces temps.

Lyles, nouveau roi désigné

Noah Lyles lors du meeting Diamond League de EugeneLes spécialistes prédisaient un après-Bolt difficile à digérer pour un sport dans la lumière seulement lors des grandes compétitions. Il y a des raisons de croire que l’athlétisme ne va que mieux se porter à l’avenir. Beaucoup attendent un homme capable de rivaliser avec les marques du champion jamaïcain. Les yeux sont maintenant rivés vers Noah Lyles. Le Floridien a toutes les qualités pour avoir une carrière auréolée de succès. Jeune, show-man, souriant, travailleur, Lyles est à 22 ans la nouvelle perle du sprint mondial. Comme The Lightning Bolt, il a commencé sur le demi-tour de piste avant de doubler 100/200. Déjà quatrième homme de l’histoire sur 200m (19”50 à Lausanne, le 5 juillet dernier), il a un record en 9”86 sur 100m et le chrono ne demande qu’à descendre.

Ce n’est pas seulement le sprint qui voit son blason se redorer mais tout l’athlétisme a un regain d’énergie depuis 18 mois. Mariya Lasitskene domine la hauteur de manière indécente et pourtant les plus jeunes poussent derrière. L’Europe s’est trouvé une nouvelle star du 400m haies en la personne de Karsten Warholm. Le Norvégien pourrait bien tenter d’aller chercher le vieux record du monde de Kevin Young (46”78, en 1992). Un record qui lui “fait peur” comme il l’a indiqué lors du meeting de Londres. Les concours de perche n’ont jamais été aussi denses. Pendant que Duplantis est en train de faire son trou, les Lavillenie, Kendricks ou Lisek tutoient encore les sommets.. Le constat est similaire chez les dames avec les jeunes Newman et Bengtsson face aux multi-médaillées Nageotte, Stefanidi, Morris.

De nouveaux diamants en haut de l’affiche

Konstanze Klosterhalfen sous les couleurs de son club, le Bayer LeverkusenDe manière générale, le fond et le demi-fond reprennent de leur splendeur. Des performances sont réalisées toutes les semaines du 800m au 10 000m. De nombreux éthiopiens et kényans continuent d’entrer dans les records pendant que des jeunes venus du Nord tentent de les perturber. Jakob Ingebrigtsen est en train de devenir une figure des courses de fond à seulement 18 ans. Lui qui n’a peur de rien, ni personne et qui court sur toutes les distances.

Accompagné de ses deux grands frères, il compte bien bousculer la hiérarchie aux prochains Mondiaux. Konstanze Klosterhalfen a tout pour battre des records et glaner des médailles dans les championnats internationaux. L’Allemande de 22 ans balade sa fine silhouette (1m74, 48kg) sur toutes les pistes du monde pour y parvenir. Elle est encore barrée par l’expérimentée Sifan Hassan en Europe, mais montre toutes ses qualités lors des grands meetings. Elle commence à entrer dans les classements des meilleurs performances de l’Histoire.

La Diamond League regroupe tout ce qui peut rendre l’athlétisme encore plus attractif. Elle est un condensé de championnats du monde sur 1h45 où les meilleurs athlètes battent les références de la saison en cours 80% du temps. Des stars partout, pas d’attente entre les épreuves et un public souvent au rendez-vous. Hormis les stades souvent vides à Shanghai ou Doha, les pistes comme Monaco, Lausanne ou Stockholm sont l’essence même de la Ligue de diamant. Des enceintes modestes mais des spectateurs plus que jamais proches des champions.

Doha, première transition après Bolt

Les Mondiaux de Doha sont maintenant dans deux mois et cette compétition devient un moment charnière pour la meilleure visibilité de ce sport. Si les 48 000 places du Khalifa International Stadium pourraient rester vides, il faudra prêter plus grande attention aux chiffres des chaînes de télévisions. Sans Usain Bolt, les audiences risquent de baisser. Du côté de la piste, certaines disciplines sont à un tournant. Les lancers reprennent du poil de la bête après plusieurs années creuses ainsi que la longueur et le triple saut, avec des athlètes qui cherchent à prendre possession de ces deux records du monde.

À Tokyo, l’athlétisme aura un nouveau champion olympique sur la distance reine, mais il ne fera pas oublier La Foudre de si tôt.

Poster un commentaire

eget Lorem justo suscipit facilisis lectus Nullam tristique felis sem, dolor. massa