Preview Golden State – Portland : qui mène la danse ?

Les Warriors contre les Blazers, c’est un peu la cerise sur le gâteau de cette conférence Ouest. Deux équipes aux scoreurs multiples, deux équipes qui aiment le show, et deux équipes qui ont réussi à s’extirper de cette mêlée qu’est la conférence Ouest. Pour Golden State, la perspective de jouer leur quatrième finale de suite est alléchante. Pour les Blazers, l’exploit est déjà en route. Cela fait depuis 2000 que la franchise n’avait pas atteint ce stade de la compétition.

Balle au centre

Au cours de la saison régulière, les deux équipes se sont rencontrées 4 fois. Bilan : 2 victoires partout. Mais ce qui est intéressant, c’est que chaque franchise a pris un match à l’extérieur, et un à domicile. De quoi donner de l’espoir à Portland, qui a absolument besoin de gagner au moins un match à Oakland pour espérer l’emporter.

Et l’occasion pour Portland de rêver se présente immédiatement. Les joueurs de Golden State ont dû puiser dans leurs réserves pour éliminer Houston dans le classique à l’Ouest. Pire, DeMarcus Cousins est quasi out pour tous les playoffs, et Durant sera réévalué avant le Game 2. Quant à Curry, il a toujours une gêne au doigt. Du côté des Blazers, l’effectif ne pâtit que de l’absence de Nurkic, mais Kanter semble s’être bien intégré dans la rotation.

Le facteur X : Stephen Curry

S’il y en a un qui est peut-être heureux que le retour de Durant tarde un peu, c’est bien lui. Stephen Curry, petite star montante du côté de la Baie d’Oakland (3 bagues et 2 titres de MVP dont un à l’unanimité, pas mal non ?) risque bien de totalement prendre feu durant ces confrontations acharnées contre son frère, notamment. Sa confrontation face à Damian Lillard, autre grand meneur / leader / shooteur / sniper risque bien d’embraser la NBA. S’il fait pour l’instant des playoffs en dent de scie, il s’est réveillé (et comment!) lors des Games 5 et 6 contre les Rockets, et à tout brûlé sur son passage. Victimes de prises à deux à répétition face aux Rockets et aux Clippers, il devrait cette fois-ci être défendu par un gros gabarit, à savoir Moe Harkless, Lillard sera opposé à Klay.

Le Facteur D : comme Destin

Beaucoup (trop?) de faits énoncés vont faire que cette série restera dans la légende. Tout d’abord, cette série de playoffs sera la première voyant deux frères (Seth et Steph Curry) s’affronter au meilleur des 7 en finales de conférence. Damian Lillard, héros à Portland, est né à Oakland, qui accueille là peut-être ses derniers matchs de Playoff. Le père de Klay Thompson a joué la grande partie de sa carrière aux Blazers. Terry Stotts, actuel coach des Blazers, était autrefois assistant chez ces mêmes Warriors. Les Blazers auront également à coeur de réagir, après les deux éliminations en 2016 (4-1) et 2017 (4-0) par Golden State.

Bref, des connexions en pagaille, des luttes à tous les postes (le duel CJ McCollum – Klay fait saliver), le probable retour de Durant (autre facteur X) vont nous faire vivre des finales de conférence folles.

Le Prono

La logique donne Golden State vainqueur, et de loin. Portland sort de deux séries dantesque (4-1 contre OKC puis 4-3 contre Denver), et leur roster est intrinsèquement moins fort. Cependant, leurs joueurs peuvent prendre feu (on pense à Lillard et McCollum notamment), mais en face les individualités sont trop fortes. Green va se balader dans la raquette, Curry est libéré sans KD, on attend également un Klay Game et l’apport non négligeable du banc (Shaun Livingston, Kevon Looney entre autres). Pour la rédac’, c’est un 4-1 cinglant qui se profile à l’horizon, avec un match échappé au Moda Center de Portland. Road to finals, oui, mais pour qui ?

A propos de l'auteur

Si un jour on m'avait dit que je deviendrais journaliste F1 ... Fan d'athlètes espagnols en tout genre, mais surtout d'un en particulier. Considéré comme un footix par mes pairs, je supporte fièrement l'Olympique Lyonnais. Considéré comme un basketix par mes pairs, je supporte fièrement GSW.

Poster un commentaire

nunc elit. mattis lectus mattis dolor. consequat. luctus neque. adipiscing sed