Baseball

Preview MLB 2021 : NL West, Los Angeles en danger ?

NL West

Diamondbacks, Rockies, Dodgers, Padres et Giants, ils seront cinq pour un titre de division dans la NL West. Qui pourra succéder à Los Angeles, sacré en 2020 ? Présentation des forces en présence dans cette division où Dodgers et Padres devraient nous offrir un duel épique.

Arizona Diamondbacks

Arizona volontairement hors-course cette saison ? (Crédits : USATSI)

La saison 2020

Après une saison 2019 prometteuse, où Arizona avait terminé à la deuxième place de sa division, la franchise pouvait avoir de l’ambition. Malheureusement, tout a volé en éclat au cours de cet exercice raccourci. Avant-dernière franchise de National League, les Diamondbacks étaient bien trop faibles pour espérer jouer quoi que ce soit. Pourtant, il y a eu du positif avec un lineup où plusieurs joueurs se sont affirmés et ont affiché des slash lines correctes. Toutefois, ce fut insuffisant pour compenser les performances d’une rotation et d’un bullpen abominables où seul Zac Gallen a surnagé, ou encore pour contrebalancer les mauvaises saisons de Ketel Marté (4e du vote MVP en NL en 2019) et Eduardo Escobar. Déception donc à Phoenix, où on s’attendait à mieux qu’à un bilan de 25-35.

L’intersaison

Aurait-on déjà abdiqué pour l’exercice à venir du côté des Diamondbacks ? Dans une division où les Dodgers dominent outrageusement et où les Padres semblent également inatteignables, il semble difficile de renverser la hiérarchie et les dirigeants d’Arizona l’ont bien compris. Ainsi la franchise n’a réalisé que quelques transactions mineures, en signant Asdrùbal Cabrera en tant que futur super sub et en densifiant son bullpen (Soria, Clippard, …). Arizona misera donc sur la continuité et le développement des jeunes, un semi-aveu de faiblesse avant même le début des hostilités.

La star : Zac Gallen, P

Dans une rotation des D-Backs catastrophique où le vétéran Madison Bumgarner n’a été que l’ombre de lui-même, Zac Gallen a littéralement surnagé et s’est affirmé comme l’Ace de cette franchise. Neuvième au vote pour le Cy Young, il a terminé l’année avec un ERA de 2.75, de bon augure avant une saison 2021 où il sera attendu au tournant.

Le joueur à suivre : Pavin Smith, RF

Avec Daulton Varsho, Pavin Smith sera l’un des joueurs les plus attendus dans l’Arizona cette saison. La franchise ayant décidé de jouer la carte de la continuité, son développement sera scruté de près, lui qui est appelé à être la future star des Diamondbacks dans l’outfield ces prochaines années. Intéressant en 2020, il devra confirmer cette année avec un nombre de matchs bien plus conséquent au programme.

La clé : laisser passer l’orage

Avec deux mastodontes présents dans leur division (Dodgers & Padres), les Diamondbacks ont choisi d’attendre que ces deux franchises s’affaiblissent avant de revenir les titiller. Ainsi, il faudra prendre son mal en patience en donnant du temps de jeu aux jeunes, essayer de créer des surprises pour faire plaisir aux fans et renforcer un farm system déjà bien fourni et qui le sera encore plus grâce au choix de draft d’Arizona cette année. Saison de transition donc, ou plutôt saison d’attente pour la franchise de Phoenix.

Le prono

Arizona a rendu les armes pour 2021, mais la franchise pourrait tout de même surprendre derrière le duo Padres/Dodgers. Objectif troisième place pour les Diamondbacks, qui espéreront un retour en forme de leurs tauliers, une progression de leurs jeunes, un rebond de leur rotation et un meilleur bilan que San Francisco. 4e NL West.

Colorado Rockies

Sans Nolan Arenado, les Rockies semblent destinés à la dernière place de la division (Crédits : Stacy Revere/Getty Images)

La saison 2020

Darling du début de saison, les Rockies n’ont finalement pas tenu la route. Appelé à osciller entre le milieu et le bas de tableau dans la division NL West, Colorado a surpris son monde en démarrant la saison avec un bilan de 11-3. Alors que certains se mirent à rêver de playoffs grâce à la formule élargie pour 2020, les coéquipiers de Nolan Arenado sont rapidement revenus sur terre en terminant l’année par un horrible 15-31 pour un bilan global de 26-34. Si le duo Blackmon/Story a sauvé les meubles en attaque, la rotation et le bullpen ont eux été catastrophiques, les lanceurs partants affichant même la 29e moyenne en ERA des Ligues Majeures. L’espoir fut donc de courte durée, et la franchise de Denver termina une nouvelle fois quatrième de sa division.

L’intersaison

Déjà envoyé loin de Denver l’an dernier, Nolan Arenado, franchise player des Rockies depuis son arrivée dans les Ligues Majeures, a (enfin) été transféré vers les Cardinals. Dans la transaction, Colorado récupère des jeunes qui ne devraient arriver en MLB que dans plusieurs années ainsi que le lanceur Austin Gomber, intéressant avec Saint-Louis l’an dernier. Et mis à part cela ? Pas grand-chose. Kevin Pillar, David Dahl, Tony Kemp et d’autres membres du lineup en fin de contrat sont partis, sans aucune réelle signature pour les remplacer (seul CJ Cron a été invité pour le training camp). Du côté des lanceurs, pas de réel mouvement pour renforcer un secteur en grande difficulté l’an dernier.

Dans une division où le monstre à deux têtes Padres/Dodgers effraie tout le monde, les Rockies ont peut-être déjà hypothéqué leurs chances pour 2021, voire même pour une durée bien plus longue.

La star : Trevor Story, SS

Avec le départ de Nolan Arenado, Trevor Story est la véritable star de cette franchise. Si Charlie Blackmon en est encore le symbole, Story a montré au cours de ces dernières années qu’il était un joueur élite à son poste, lui qui a fini aux portes du Top 10 pour le vote du MVP en NL. Toutefois, le shortstop sera en fin de contrat à l’issue de la saison et pourrait être envoyé vers une autre franchise avant la trade deadline, Colorado n’ayant aucun intérêt à le perdre sans contrepartie.

Le joueur à suivre : Brendan Rodgers, IF

Si les satisfactions devraient être difficiles à trouver du côté du Coors Field en 2021, Brendan Rodgers pourrait être l’une d’entre elles. Troisième choix de la Draft 2015, ce shortstop de formation a manqué ses débuts en MLB avec des apparitions difficilement négociées en 2019 et 2020. Cette saison devra être celle de l’explosion pour Rodgers, lui qui sera propulsé comme titulaire et qui est appelé à prendre la relève dans l’infield de Colorado.

La clé : trouver des solutions dans la rotation

En 2021, Colorado n’aura aucun objectif comptable et devrait s’appuyer sur le développement des jeunes tout en renforçant son farm system par quelques échanges (Story ?). Dans le marasme annoncé à Denver, la direction devra impérativement commencer à trouver des solutions dans une rotation loin d’être au niveau. Transferts, jeunes à développer ou rédemption, il faudra chercher des valeurs sûres chez les lanceurs partants pour le futur car hormis le jeune Ryan Rollison (prospect n°2 du farm system en 2020), les solutions pour les prochaines années ne sont pas multiples.

Le prono

Arenado parti, Story en instance de départ, une rotation qui inquiète et un lineup moyen, Colorado s’apprête à vivre une saison compliquée. La franchise a sorti le drapeau blanc pour les années à venir et espérera retrouver un niveau compétitif sur le long terme (horizon 2023/2024 ?). En attendant, 2021 ne devrait pas rester dans les mémoires pour les fans des Rockies. 5e NL West.

Los Angeles Dodgers

Champions en 2020, les Dodgers peuvent-ils faire le doublé ? (Crédits : Kelly Gavin/Getty Images)

La saison 2020

Cette fois, ce fut enfin la bonne pour les Dodgers ! Après huit saisons à dominer outrageusement la NL West, deux World Series perdues en 2017 puis 2018 et un rendez-vous manqué l’an dernier, Los Angeles a enfin retrouvé un titre qui fuyait les Californiens depuis 1988. Dans le jeu, les Dodgers ont tout simplement été dominants : premiers sur les runs, les home runs et le slugging percentage, deuxièmes sur les RBIs et l’OPS mais aussi à l’ERA, les joueurs de Dave Roberts étaient intouchables.

Au-dessus de tout le monde (meilleur bilan de la MLB, seule franchise à plus de quarante victoires), Los Angeles a roulé sur les Brewers puis les Padres en playoffs, une domination à l’image de leur saison régulière. Grandement bousculés par les Braves en NLCS (Atlanta menait 3-1 avant de s’écrouler), les pensionnaires du Dodger Stadium ont finalement renversé la situation pour atteindre leurs troisièmes World Series en quatre ans. Face aux Rays, les coéquipiers de Corey Seager et Mookie Betts, qui s’est parfaitement acclimaté à son nouvel environnement, n’ont donc pas tremblé et se sont adjugés un titre qui leur échappait depuis trop longtemps.

L’intersaison

Après leur sacre, les Dodgers ont principalement joué la carte de la stabilité dans le lineup et sur le banc en compensant les départs de Joc Pederson et Enrique Hernández en interne tout en prolongeant Justin Turner (32 M de $ sur deux ans). En revanche, cela a beaucoup plus bougé chez les lanceurs. Dans la rotation, Los Angeles a frappé très fort en remplaçant Alex Wood, parti à San Francisco, par le dernier NL Cy Young Trevor Bauer. Du côté du bullpen cela a également beaucoup bougé dans le sens des départs avec Jake McGee (Giants), Pedro Baez (Astros), Adam Kolarek (A’s) ou encore Dylan Floro (Marlins) qui sont tous partis par différents moyens. Pour compenser, Corey Knebel a été débauché aux Brewers, tandis que Dustin May et Tony Gonsolin pourraient être installés dans la bullpen. Une grosse signature et de la stabilité donc pour une intersaison réussie de la part du champion en titre.

La star : Mookie Betts, RF

Corey Seager, Cody Bellinger ou même Clayton Kershaw et Walker Buehler, l’effectif des Dodgers est rempli de stars mais Mookie Betts était le joueur phare de la franchise l’an dernier. Recrue cinq étoiles de la dernière intersaison, l’ex-joueur des Red Sox a directement prouvé que Los Angeles avait eu raison de monter un blockbuster trade l’an dernier pour le récupérer. Cette saison il sera encore extrêmement attendu pour guider sa franchise vers un doublé qui n’a plus été réalisé depuis les Yankees à la fin du dernier millénaire.

Le joueur à suivre : Trevor Bauer, SP

Recruté à prix d’or cet hiver, Trevor Bauer va devoir confirmer dans une franchise où il sera bien plus exposé médiatiquement qu’à Cincinnati. De retour dans sa Californie natale, le Cy Young en titre de la National League devra justifier son nouveau contrat à Los Angeles où son équipe jouera le titre.

La clé : résister aux Padres

Seuls au monde dans la NL West depuis huit ans, les Dodgers voient actuellement l’émergence des Padres qui pourraient venir les titiller dans la division. Si Los Angeles parvient à résister à ce nouvel ennemi qui sera d’ailleurs son principal rival dans sa quête du doublé, le champion en titre prendra l’avantage psychologiquement avant les playoffs. Empêcher San Diego de prendre confiance et rappeler qui est le patron, telle sera la tâche des Dodgers en saison régulière.

Le prono

Malgré l’émergence des Padres l’an dernier qui s’affirment comme de sérieux candidats en National League, les Dodgers restent favoris à leur propre succession dans la division. Champion en titre et octuple tenant du titre en NL West, Los Angeles devra peut-être plus batailler mais a l’effectif pour dominer une nouvelle fois et rester sur le toit de la ligue. 1er NL West.

San Diego Padres

 

Autour de Fernando Tatís Jr., les Padres ont construit un effectif capable de faire vaciller les Dodgers (Crédits : Tom Pennington/Getty Images)

La saison 2020

De darling à sensation, San Diego a connu une progression fulgurante en 2020, s’affirmant directement comme un véritable prétendant derrière les Dodgers dans la National League. Dans le sillage d’un Fernando Tatís Jr. d’exception et d’un Manny Machado qui renaquit de ses cendres, le lineup a été dominant et spectaculaire. Même son de cloche dans la rotation avec des lanceurs partants solides qui ont trusté les premières places dans les catégories statistiques dédiées au pitching staff. Résultat de cette saison pour San Diego le troisième bilan des Ligues Majeures, un premier bilan positif depuis dix ans et une qualification en playoffs (première depuis 2006) qui se transformera en série victorieuse face aux Cardinals. Seule ombre au tableau la non-existence des hommes de Jayce Tingler contre les Dodgers en NLDS, symbole qu’il existe encore un monde entre ces deux rivaux de division.

L’intersaison

Après une saison 2020 très intéressante, l’objectif était clair pour les Padres à l’aube de 2021 : remporter les World Series. Pour s’en donner les moyens, San Diego a mis les petits plats dans les grands, notamment du côté des lanceurs. Chez les partants, exit Zach Davies, Garrett Richards ou encore Joey Lucchesi, remplacés par Yu Darvish, Blake Snell et Joe Musgrove, tous arrivés par transfert. Dans le bullpen Mark Melancon et Keone Kela remplaceront pour leur part numériquement Trevor Rosenthal et Kirby Yates, tandis que le prodige coréen Ha-Seong Kim fera ses débuts en MLB dans le lineup californien. Des renforts très intéressants et bien pensés pour une franchise très ambitieuse, qui semble enfin capable de renverser l’ordre établi.

La star : Fernando Tatís Jr., SS

Époustouflant pour son arrivée en MLB en 2019, Fernando Tatís Jr. l’a été encore plus lors de l’exercice 2020. Capable de tout faire aussi bien à la batte que sur base ou avec un gant, le Dominicain est spectaculaire et s’est déjà affirmé comme l’une des mégas stars de ces prochaines années dans le Show. Après avoir connu une baisse de régime en septembre et avoir été en difficulté lors de la série de playoffs contre les Dodgers, Tatís Jr. doit maintenant prouver qu’il peut porter les siens dans tous les moments importants pour les conduire aux World Series, et ce à tout juste vingt-deux ans.

Le joueur à suivre : Blake Snell/Yu Darvish, SP

Nous n’en citons que deux, mais c’est toute la rotation qui sera attendue au tournant en 2021. Déjà solide l’an passé, il manquait pourtant quelque chose au groupe de lanceurs partants. Ainsi, le Front Office a frappé fort en attirant Blake Snell, AL Cy Young 2018, et Yu Darvish, deuxième au vote du NL Cy Young 2020, deux joueurs capables de donner le La à la rotation. Ajoutez à cela une autre recrue, le très constant Joe Musgrove, ainsi que les jeunes Chris Paddack et Adrian Morejon, mais aussi Mike Clevinger, Dinelson Lamet et le très attendu prospect Mackenzie Gore et vous obtenez l’une des rotations les plus terrifiantes de ces dernières années. Il faudra être meilleur que Los Angeles en 2021, et cela passera en partie par la domination de ce groupe là.

La clé : réaliser la saison parfaite

En 2020, les Padres ont excellé mais restaient un ton en-dessous de Dodgers qui semblaient intouchables, en atteste la série en NLDS entre les deux franchises. Cette année, San Diego aura encore plus d’ambition et voudra mettre fin à l’hégémonie de Los Angeles sur la NL West, qui y trône depuis désormais huit ans. Pour cela les Padres n’auront pas le droit à l’erreur et devront réaliser une saison parfaite, sous peine de voir des Dodgers impériaux finir une nouvelle fois devant eux. L’objectif est clair, reste désormais à confirmer les attentes dans le jeu.

Le prono

Plus que jamais, les Padres semblent en mesure de faire tomber les Dodgers de leur piédestal. Avec un lineup complet autour de leur jeune superstar dominicaine ainsi qu’une rotation de très haute volée, San Diego a, sur le papier, les moyens de dominer la National League. Néanmoins, la réalité pourrait encore les placer parmi les meilleures franchises de la MLB tout en restant derrière Los Angeles. 2e NL West.

San Francisco Giants

Les Giants peuvent-ils surprendre en récupérant une Wild Card cette saison ? (Crédits : Karl Mondon/Bay Area News Group)

La saison 2020

Dans une division où deux monstres jouxtaient un monde au-dessus des autres, San Francisco n’a pas démérité en 2020. Grâce à une attaque très convaincante emmenée par Mike Yastrzemski et quelques joueurs surprises, les Giants ont fait tourner la machine et ont posé des problèmes à de nombreuses franchises. Ajoutez à cela une défense correcte et un bullpen toujours aussi efficace malgré le départ de Will Smith et vous obtenez une saison réussie pour une franchise californienne qui termina avec le même bilan que les Brewers mais manqua la Wild Card à cause d’un moins bon bilan intra-division. Seules ombres au tableau une rotation toujours moyenne et une reconstruction encore très lente avec des vétérans sur le déclin toujours présents dans l’effectif.

L’intersaison

Malgré un lineup essentiellement composé de trentenaires, San Francisco n’a presque rien modifié dans son alignement, faisant confiance à un groupe qui a surpris l’an passé. Ainsi, seul Tommy LaStella a rejoint les rangs orange et noir pour s’installer dans le hard corner, tandis que Curt Casalli sera une solution à court terme en tant que receveur remplaçant. Du côté des lanceurs, on a en revanche tenté de nouveaux paris. Assez décevants l’an passé, Trevor Cahill, Drew Smily et Jeff Samardzija n’ont pas été prolongés, laissant la place à Anthony DeSclafani, Aaron Sanchez en Alex Wood. Trois anciens espoirs en quête de rebond dans une franchise où plusieurs joueurs ont trouvé un second souffle. Enfin, le bullpen a également connu quelques renforts dont l’arrivée de Jake McGee qui devrait récupérer le rôle de closer. Des ajouts bien pensés pour un exercice où les Giants ne s’attendent pas à jouer les premiers rôles.

La star : Mike Yastrzemski, RF

Inconnu du grand public il y a encore deux ans, Mike Yastrzemski est aujourd’hui l’un des piliers des Giants. Excellent offensivement depuis son arrivée tardive dans les Ligues Majeures, le néo-trentenaire a régalé en 2020 en réalisant une saison qui lui a permis de s’inviter dans le top 10 du vote pour le MVP en National League (8e). Pour sa troisième saison en MLB, il devra à nouveau montrer qu’il est désormais une star du baseball sur une saison plus longue et plus éprouvante.

Le joueur à suivre : Joey Bart, C

Si des traces des titres de la décennie précédente sont toujours présentes dans l’effectif des Giants, San Francisco a également préparé l’avenir avec plusieurs joueurs prêts à sortir du farm system. Parmi ceux qui pourraient s’imposer dès 2021 on peut citer Joey Bart, prospect le plus attendu par les fans de l’Oracle Park. Appelé à prendre la suite de la légende Buster Posey, ils devraient commencer à se partager le temps de jeu en cours de saison avant que Bart ne prenne le pouvoir s’il s’acclimate rapidement à ce nouvel environnement.

La clé : répéter la saison 2020

Oui les Giants ont manqué les playoffs l’an passé, mais était-il réellement possible de faire mieux que la saison qu’ils ont réalisé ? Avec un duo Dodgers/Padres qui devrait écraser la concurrence, San Francisco devrait encore batailler pour la troisième place en NL West et devra donc avoisiner ses performances de l’exercice précédent. Avec un lineup au même niveau et une rotation plus régulière, les Giants pourraient même rêver d’une potentielle qualification en playoffs.

Le prono

San Francisco a montré l’an dernier que la franchise était loin d’être ridicule et pouvait embêter plus d’une franchise qui voudrait prendre la confrontation à la légère. S’il semble impossible d’aller titiller le duo de tête et qu’une qualification en playoffs est très utopiste, les Giants pourraient une nouvelle fois végéter en milieu de tableau et récupérer la troisième place de la division malgré le rebond attendu d’Arizona. 3e NL West.

Après le sacre des Dodgers en 2020, qui sera en mesure de succéder à Los Angeles dans cette NL West ? Dans une division à deux vitesses où le duo de tête est un monde au-dessus, Giants, Diamondbacks et Rockies semblent déjà hors course, avec une franchise de Colorado à laquelle semble promise la dernière place de la division. Devant, Dodgers et Padres seront au coude à coude, les deux franchises faisant partie des favoris pour les World Series, même si le champion en titre partira avec une légère longueur d’avance pour conserver son bien.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire