Handball

PSG : Les mots forts de Nikola Karabatic après la défaite face au Barça

À nouveau battu par Barcelone (31-32) jeudi soir, le PSG est éliminé de la Ligue des champions. Une sortie de route dès les quarts de finale qui fait mal à Nikola Karabatic, qui vivait sa dernière campagne européenne.

Paris n'a pas réussi d'exploit. Ecrasé à domicile la semaine dernière en quart de finale aller de Ligue des champions (22-30), les Parisiens se sont une nouvelle fois inclinés jeudi soir lors du match retour, cette fois sur une marge plus courte (31-32). Cette double défaite élimine le PSG de la compétition, douchant ainsi les espoirs de titre du club de la capitale.

Cette défaite lors du match retour est forcément difficile à encaisser pour les joueurs parisiens, et notamment pour Nikola Karabatic. “Je suis déçu car on a perdu alors qu'il y avait la place de faire un résultat, et en même temps heureux car on s'est battu”, a détaillé le joueur dans les colonnes du journal L'Equipe. Cette élimination prive le quarantenaire d'une quatrième Ligue des champions, lui qui avait remporté la compétition dans les trois clubs où il avait joué auparavant (Montpellier 2003, Kiel 2007 et Barcelone 2015).

“Il n'y a aucun regret”

Arrivé au PSG en 2015, Nikola Karabatic, qui prendra sa retraite à l'issue de la saison, n'aura donc pas réussi à offrir au club de la capitale sa première Ligue des champions. Un échec que le joueur a préféré relativiser. “Je savais qu'en venant à Paris il y avait tout à construire, que c'était un club neuf qui courait après la Ligue des champions, avec énormément d'ambition. Rome ne s'est pas faite en un jour et des clubs courent après la Ligue des champions depuis trente ou quarante ans”, a-t-il avancé au journal L'Equipe.

Le Français a préféré conclure sur un motif d'espoir pour son club, qu'il voit bien soulever le trophée dans les années à venir : “Il faut toujours se battre, croire en ses chances et revenir année après année. Ce qu'on fait. C'est pour ça qu'il n'y a aucun regret […] Je suis persuadé que si on le veut, on pourra le faire avec le PSG par la suite. Il faut rester ambitieux. De quoi mettre un peu de positif après une défaite qui marquait le dernier match de Nikolas Karabatic sur la scène européenne.

Les mots "Minnesota Miracle" et "No-Call" sont rayés de mon vocabulaire. Mon cœur pleure la retraite de Drew Brees.

Dernières publications

En haut