Basketball

Que doivent-ils faire ? #2 – Minnesota Timberwolves

« Que doivent-ils faire ? », c’est la question que va se poser We Sport. En se mettant à la place du GM des équipes avec les pires bilans de la ligue, nous allons essayer de donner certaines pistes que pourront prendre ces franchises sur le court comme sur le long terme.

Dans ce deuxième épisode, occupons-nous des Timberwolves de Minnesota. L’équipe de Karl-Anthony Towns et D’Angelo Russel, qui n’est pas épargnée par les différents problèmes liés au COVID-19, affiche un sale visage sur ce premier quart de saison. La franchise des loups se retrouvent, à l’issue de 25 matchs, avec un bilan de 6 victoires pour 19 défaites. Pourtant porté par un effectif qui, sur le papier, a de vrais talents offensifs tels ses 2 stars citées plus tôt – Ricky Rubio – Josh Okogie – Michael Beasley – Jarrett Culver, il n’en est rien. Le roster se classe, selon LineUps.com, 26ème pire défense de la ligue. Mais pire encore, il se classe 29ème pire attaque.  Certes l’absence de KAT sur 21 des 25 matchs n’aide en rien, mais le visage affiché sur ce début de saison laisse perplexe quant à l’avenir de la franchise.

TOWNS ET RUSSEL, ON EN FAIT QUOI ?

 Forcément, il est obligatoire de parler des 2 en même temps tant ils semblent proches, encore plus depuis l’arrivée de D’Lo dans le Midwest. Mais que faire des deux joueurs ? Les envoyer chez l’une des 29 autres franchises pour reconstruire, ou les conserver en bâtissant autour d’eux ?

Il n’y a pas trop de doutes là-dessus, il faut les conserver. Bien que KAT ne montre pas une très bonne mentalité sur le terrain, notamment avec un body language assez médiocre depuis son arrivée en NBA, il reste un joueur au potentiel énorme [disons qu’il aurait été nécessaire qu’il ait Kobe en préparateur mental, pour notre plus grand plaisir]. Et D’Lo, qui est assez moyen cette saison, a déjà prouvé qu’il pouvait être un leader plus que crédible dans une équipe de Play-Offs (ndlr : saison 2018-2019 avec Brooklyn). Mais ceux sont des joueurs qu’il faudra bien entourer pour espérer des résultats.

RYAN SAUNDERS, LE PROBLÈME VIENT DU COACH ?

Lorsque les résultats sportifs ne vont pas, il est bien connu que dans le sport il n’y a aucune pitié envers le coach. Mais à l’heure actuelle, il est difficile d’en vouloir à Saunders. Le jeune coach n’a jamais eu un effectif complet, alors il est difficile de la blâmer. Peut-être qu’en fin de saison le discours sera inversé et que l’on dira qu’il faut changer de coach, mais pour l’instant il est difficile d’être objectif.

Évidemment, s’il avait fallu changer on peut penser à un Kenny Atkinson, ancien coach de D’Angelo Russel qui a su tirer le meilleur de son jeune effectif de Brooklyn.  Mais il est encore difficile de se faire un avis sur Saunders.

MAIS ALORS QUE CHANGER ET QUE FAIRE CETTE SAISON ?

 C’est ici que vient la plus grosse partie du travail. En étant actuellement dernier de la ligue, il serait logique de tanker pour essayer de récupérer un first pick cette année encore. Mais prendre cette initiative est un gros risque puisque si le pick sort du top 3 il sera envoyé à Golden States. Le mieux est donc de tout donner sur les 47 matchs et essayer de tirer le meilleur des joueurs, notamment de Edwards, McDaniels et Reid qui sont une lueur d’espoir dans une saison catastrophe. Le but sera de voir qui l’on garde ou non pour construire sur le long terme. Le talent est là, maintenant il faut construire un collectif solide et crédible.

Il serait d’abord bien d’échanger Juan Hernangómez et Ricky Rubio. Les 2 espagnoles ont une certaine côte sur le marché, et ne sont pas les profils qu’il faut pour entourer les 2 stars. L’objectif est de récuperer un meneur comme DJ Augustin en sortie de banc ainsi qu’un bon 3andD tels que Robert Covington, Danny Green ou encore Justin Holiday.

Pour le poste 4, il est cohérent de vouloir aller chercher un joueur expérimenté, mais les deux jeunes que sont McDaniels et Vanderbilt sont de bons feats avec KAT, pour pas cher. Il est donc intéressant de les développer et voir jusqu’où ils peuvent aller.

L’objectif est donc de ne pas baisser les bras sur la saison, en essayant d’accrocher un Play-In. Ce sera dur à aller chercher mais il est important de se battre pour voir qui a réellement l’âme des Wolves. Lorsque l’effectif se retrouvera au complet il sera nécessaire pour Saunders de trouver une vraie identité à l’équipe, qui a suffisamment de talent pour réussir sur le long terme.

Avec le pire bilan de la ligue sur les 25 premiers matchs, le front office de Minnesota va devoir se creuser la tête pour entourer le mieux possible son duo de jeunes stars. Et vous qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à nous partager vos avis en commentaire ou sur Twitter !

Crédit Image à la Une : Chuck Cook-USA TODAY Sports

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire