NBA

Quel est le problème pour les Bucks ?

Après une saison régulière réussie, les Milwaukee Bucks étaient favoris pour les Playoffs NBA. Mais leur chemin s’est arrêté en demi-finales, face au Heat. Qu’a t-il manqué à la franchise du Wisconsin pour confirmer ? Que faut-il faire avec Giannis Antetokounmpo et ses coéquipiers ? Analyse et éléments de réponse.

Une déception immense

Éliminés prématurément en Playoffs pour la 2e année consécutive, les Bucks ne peuvent pas rester sur cet échec. Sorti sèchement par le Heat de Butler, Dragic ou encore Adebayo (4-1), Milwaukee risque de connaître de nombreux changements pendant l’intersaison. Alors qu’ils avaient fini la saison régulière en avec le meilleur bilan de toute la NBA, 56 victoires pour 17 défaites, ne pas réussir à rejoindre les finales NBA, ou même les finales de conférence, est un échec pour Giannis Antetokounmpo et les siens.

D’ailleurs, le cas Giannis sera à surveiller cet été. Potentiellement sur le marché en 2021, il peut prétendre à un contrat « supermax » cet été de la part de ses dirigeants. Une prolongation exceptionnelle, la plus importante jamais offerte en NBA : 254 millions de dollars sur 5 ans. Mais avec la crise liée au coronavirus, il n’aura sûrement pas ses 254 millions. Giannis a confirmé qu’il ne demanderait pas son départ des Bucks à l’intersaison, mais pour l’instant il n’a pas évoqué d’éventuelle prolongation dans la franchise qui l’a drafté en 2013. Ses dirigeants veulent verrouiller dès maintenant l’avenir de leur franchise player, mais est-ce que l’ailier fort de 25 ans voudra s’engager sur le long terme à Milwaukee, une franchise qui ne franchit pas les demi-finales de conférence malgré un effectif complet autour de lui ?

Des choix critiqués et un coach en danger ?

Giannis trop esseulé ?

On a vu pendant les 4 premiers matchs contre Miami (avant son entorse) que Giannis avait parfois tendance à s’enfoncer dans la raquette, à vouloir tout faire tout seul. Le double MVP en titre se retrouvait par moments à 1 contre 4 dans la raquette et il manquait sans doute de vista pour ressortir le ballon sur ses coéquipiers, logiquement laissés libres par les défenseurs floridiens.

Pour chapeauter l’équipe, et éviter de laisser beaucoup de ballons dans les mains de Giannis, recruter un bon meneur de jeu pourrait être une solution. Pour réajuster l’équipe autour de Giannis Antetokounmpo, il faut également des shooteurs à ses côtés, un tel mastodonte dans la raquette pouvant créer des espaces. Il lui faut probablement même une autre grande star, du moins tant qu’il n’aura pas un arsenal de shoot développé pour le demi-terrain, là où se joue le match.

Eric Bledsoe condamné à s’exiler ?

Arrivé en cours de saison 2017-2018, Eric Bledsoe s’est immédiatement placé comme un joueur important à Milwaukee. Et pendant les saisons régulières, il conservait ce statut. À la fin de la saison dernière, le front office a « choisi » de renouveler Bledsoe, et de laisser partir Malcolm Brogdon. À l’époque, personne n’a véritablement critiqué ce choix. Mais pendant la série contre Miami, l’ancien des Suns a eu beaucoup plus de difficultés. Le choix réalisé par le front office a donc finalement été critiqué, surtout quand on voit les performances de Brogdon du côté de l’Indiana.

Les 11 points et 6 passes de Bledsoe sont des statistiques moyennes, mais c’est surtout ses pourcentages (38,8% au tir, 25% à 3 pts) qui laissent à désirer. Son statut de pitbull défensif (élu dans la NBA All-Défensive Second Team) ne suffit plus, et son manque d’allant offensif et de tir à 3 pts, ce qu’il faudrait pourtant autour de Giannis, condamne Eric Bledsoe. Et selon Shams Charania de The Athletic, toujours très bien informé, c’est bien le meneur qui devrait faire les frais de cette nouvelle déconvenue en Playoffs.

Mike Budenholzer menacé ?

Une grande part de cette défaite revient aux joueurs, mais il y a également des reproches à faire au coach Mike Budenholzer. Alors qu’on sait qu’en Playoffs, le temps de jeu des stars augmente, que le nombre de joueurs dans la rotation doit diminuer, comment Giannis Antetokounmpo, l’un des joueurs les plus dominants de cette Ligue, ne peut jouer que 35 min par match ? Un Lillard jouait plus de 40 min par match la saison passée en Playoffs. « Bud » n’a pas réussi à s’adapter au travail réalisé par Erik Spoelstra pendant la série, mais les dirigeants devraient tout de même faire le choix de la continuité en gardant le meilleur coach de la saison régulière (co-ROY avec Billy Donovan).

Un vieux briscard dans le Wisconsin ?

Les rumeurs de trade tourneront cet été autour de la franchise de Milwaukee, et un nom revient avec insistance depuis qu’un possible (voire probable) transfert d’Eric Bledsoe a été annoncé : Chris Paul. Il pourrait être la cible parfaite pour les Daims. Chris Paul est un meneur clutch, capable de tirer ses coéquipiers vers le haut, bon défenseur et surtout à l’aise pour se créer son propre tir si on le lui demande (37% en carrière et 51% à 2 pts). Avec un meneur élite comme Chris Paul, les Bucks feraient bien plus figure de candidats au titre l’année prochaine.

Malheureusement, ce dernier est encore sous contrat avec OKC, avec une coquette somme encore garantie. Les Bucks pourraient éventuellement fournir des picks, même si leurs résultats en saison régulière amènent des picks de fin de 1er tour, et éventuellement le contrat de Bledsoe, ou celui de Di Vicenzo. Mais est-ce que le Thunder serait intéressé par ce trade, eux qui ont été très satisfaits par la production et le leadership de Chris Paul cette saison ? Difficile à dire, mais voici la théorie du trade. 

Que se passera-t-il l’an prochain ?

Giannis Antetokounmpo va re-signer à Milwaukee, ville à laquelle il est attaché. Les dirigeants vont tout faire pour récupérer un shooteur au poste de meneur, mais ils ne réussiront pas à signer Chris Paul, trop apprécié à OKC. Ils devront sûrement se tourner vers Mike Conley, qui rentre dans sa dernière année de contrat à 34 millions de dollars du côté du Jazz. Après s’être séparés d’Ersan Ilyasova, ils essayeront de mettre DJ Wilson dans ce trade, accompagné de plusieurs tours de draft (1er tour 2020 d’Indiana, le leur appartenant aux Celtics et celui de 2022 aux Cavaliers). 

La seule solution pour les Bucks consisterait à faire de petits ajustements d’effectifs, en utilisant des trades par exemple, car ils n’ont pas la marge financière disponible pour signer de gros agents libres. Même si Marc Lasry déclarait l’année dernière : « Je ne pense pas qu’être dans la luxury tax soit un problème », Giannis ne pourra pas être rejoint par n’importe quel meneur, surtout avec la crise de la Covid-19 qui affaiblira financièrement toutes les franchises NBA. 

Le 5 majeur possible de Milwaukee l’année prochaine : Conley-DiVicenzo-Middleton-Antetokounmpo-Lopez.

Les Milwaukee Bucks doivent franchir un cap l’année prochaine, avec le double MVP dans leur effectif, et prouver à leur franchise player qu’il peut construire une dynastie dans le Wisconsin.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
velit, nunc felis libero. Sed leo felis Donec lectus diam commodo elit.