Qui peut remporter le Tour des Flandres ?

0
Ligue 1

Après la victoire de Julian Alaphilippe sur le Milan – Sanremo, dimanche se déroulera le deuxième Monument de la saison avec le Tour des Flandres. Voici, les différentes forces en présence sur les routes Flamandes.

 

⭐⭐⭐⭐⭐⭐

Victorieuse des deux dernières éditions, la Deceuninck Quick-Step est l’équipe favorite du Ronde surtout avec ce qu’elle a montré depuis le début du printemps flamand avec les succès de Zdenek Stybar sur le Omloop et l’E3 et la victoire en solitaire de Bob Jungels à Kuurne. Le Tchèque et le Luxembourgeois ne seront pas les seuls atouts puisque le Belge Philippe Gilbert – vainqueur en 2017 – sera également au départ. Autour de ses trois coureurs, de belles machines à rouler dans les monts et sur les pavés comme Iljo Keisse et Yves Lampaert.

L’équipe Néerlandaise est en grande forme en ce début de saison. Elle misera tout sur Wout van Aert, 2e du E3, 3e des Strade Bianche et 6e sur la Primavera. Le Belge avait découvert le Ronde l’an dernier avec une neuvième place. Avec une formation bien plus forte, on l’a vu sur Gent-Wevelgem notamment, avec des Danny van Poppel, l’ancien Wynants et le prometteur Mike Teunissen, on attend mieux du natif d’Herentals cette année avec un possible podium. Tom Boonen cite même Wout comme l’un des meilleurs coureurs au monde avec Stybar.

⭐⭐⭐⭐⭐

Certains peuvent émettre des doutes sur la forme de Peter Sagan. Mais le vainqueur du Ronde 2016 sera à surveiller avec une condition allant crescendo. Malgré l’absence de Jempy Drucker, Peter aura une belle équipe autour de lui avec les vétérans Bodnar et Burghardt, l’impressionnant Pöstlberger sur À Travers la Flandre et Daniel Oss.

J’aurais mis plus d’étoile au vainqueur de Paris-Roubaix 2017 si il avait une équipe au niveau de son talent. C’est fini la BMC ! Il y a certes de l’expérience avec un Michael Schär mais c’est un manque un peu de lieutenant de qualité. 2e du Omloop et 3e du E3 , Greg van Avermaet est clairement un prétendant à la victoire puisqu’il est capable de régler un petit comité au sprint. Van Avermaet est un habitué des places d’honneur. Capable de mettre des mines dans les monts, il faut espérer qu’il ne perde pas trop de jus dans le final.

Malade cette semaine, on se posera des questions sur l’état de forme d’Oliver Naesen. 2e de Milan – Sanremo, le leader de l’AG2r La Mondiale semblait dans la forme de sa vie. Soutenu par Dillier et Vandenbergh, l’ancien champion de Belgique est entouré d’une bonne garde pour l’amener dans le final. Maintenant, Oliver va devoir avoir de la chance contrairement aux autres éditions.

 

⭐⭐⭐⭐

L’équipe Belge Lotto Soudal n’a pas de favori pour le Tour des Flandres parmi ses coureurs mais elle comptera sur Tiesj Benoot (5e en 2015, 8e en 2018) pour se distinguer avec un nouveau Top 10 dimanche. Le Flamand est en bonne condition comme l’a montré sa cinquième place sur À Travers la Flandre. Cependant, son seul plan pour gagner est d’arriver seul à Audenarde. Pour le soutenir dans la deuxième moitié de course, il y aura Tim Wellens – excellent sur le Omloop Het Nieuwsblad et Jens Keukeleire.

Qui dit Corendon – Circus, dit Mathieu van der Poel ! Le vainqueur sortant de À Travers la Flandre et du Grand Prix de Denain est attendu au tournant. Cependant, il va devoir tenir la distance avec les 267 kilomètres au menu de ce 103e Tour des Flandres. Entrer dans les 10 est un objectif clairement envisageable. L’expérience du double vainqueur de l’épreuve Stijn Devolder et la puissance d’un Lasse Norman Hansen seront primordiales pour aider le champion des Pays-Bas.

Un peu brouillonne lors du week-end d’ouverture, la Direct Énergie a trouvé ses marques collectivement et son leader Niki Terpstra est monté deux fois sur la boîte. Maintenant, il sera difficile pour le Néerlandais de faire la passe de deux. Cependant, un podium est un objectif faisable surtout que Terpstra a ses équipiers de valeur : Adrien Petit, Anthony Turgis et Damien Gaudin.

7e à Gent-Wevelgem et au E3 Binck Bank Classic, Trentin est dans une forme qui peut lui permettre d’entrer pour la première fois de sa carrière dans les dix. Sa pointe de vitesse est son principal atout avec ses trois succès en début de saison. Entouré d’Hepburn, Mezgec et Juul-Jensen, le champion d’Europe aura des gregarios expérimentés avec lui.

En levant les bras à Wevelgem, Alexander Kristoff a montré qu’il avait encore de la ressource. Malheureusement, quand les choses sérieuses commencent dans les monts, le vainqueur de l’édition 2015 ne peut pas suivre. 4e en 2016, 5e en 2017, Kristoff tentera à nouveau un Top 5 en étant le plus rapide des poursuivants. Un podium ? Il va devoir anticiper.

 

⭐⭐⭐

La Team Sunweb a des coureurs capables d’entrer dans le Top 10 avec Søren Kragh Andersen et Michael Matthews. Mais les espoirs de succès sont très très minces entre un Australien pas hyper à l’aise sur les monts et un jeune Danois en quête de repère. Le jeune vainqueur de Nokere Koerse Cees Bol et le vécu d’un Roy Curvers seront des atouts pour ses deux leaders.

À côté de ses pompes sur le E3, la Trek Segafredo s’est réveillé à l’orgueil sur Gent-Wevelgem. Avec des leaders comme John Degenkolb, Jasper Stuyven et Mads Pedersen, on attend beaucoup mieux de la Trek Segafredo. 2e à Gent-Wevelgem, l’Allemand n’est certes pas dans la grande forme qu’il lui a permis de terminer 7e en 2015 et 2017 mais il peut viser une bonne place tout comme son équipier Belge, 7e l’an dernier. Pour le jeune Danois, 2e en 2018, l’effet de surprise de l’an dernier n’existera plus.

5e en 2016, Luke Rowe montre depuis deux semaines que la Team Sky peut espérer une bonne performance de son Gallois. 6e sur À Travers la Flandre et offensif sur Gent-Wevelgem, Rowe monte en pression. Cependant, il ne sera pas la seule carte de l’équipe Britannique avec le vainqueur du Herald Sun Tour Dylan van Barrle – 6e en 2016 – ou encore Gianni Moscon – 15e en 2017. Le Bad Boy Italien semble s’être remis de sa chute de début de saison.

Clairement la Katusha Alpecin ne vise pas la victoire sur ce Monument. Mais la structure russo-suisse aura des coureurs pour faire bouger la course et peut-être faire un bon résultat. 6e du E3 Binck Bank, Nils Politt continue de progresser sur les Flandriennes. L’Autrichien Marco Haller apportera son expérience pour replacer l’Allemand au moment de la bataille. Jens Debusschere essaiera de son côté de s’accrocher à un peloton pour viser une placette.

Avec ou sans Sep Vanmarcke, les ambitions de l’équipe américaine ne sont clairement pas les mêmes. Avec le Belge, EF compte sur un prétendant au podium qui a déjà fini par deux fois deuxième en 2010 et 2016. Sans le Belge, deux lieutenants essaieront de jouer une place dans les 10 voir les 5 selon les circonstances. D’abord, le Néerlandais Sebastian Langeveld – 5e en 2011 et 10e en 2014 et en 2013, aime avancer cacher pour suprendre son monde comme à Roubaix en 2017. Ensuite, la révélation Alberto Bettiol a montré une certaine facilité sur les 204 kilomètres du E3 Binck Bank Classic avec une quatrième place. Enfin, l’Italien Sacha Modolo s’accrochera aux seconds couteaux pour faire aussi bien qu’en 2017 – sixième.

⭐⭐

L’équipe Espagnole voudrait briller sur des courses dont elle n’a pas l’ADN grâce à son champion du monde Alejandro Valverde. Parce que la principale recrue de l’hiver, le Belge Jürgen Roelandts vit un printemps bien difficile. L’Allemand Jasha Sütterlin suivra les coups pour anticiper la guerre entre les favoris.

Hors du coup depuis le début des classiques, la recrue Danoise Michael Valgren doit une revanche à son nouvel employeur. À moins que ses objectifs soient les Ardennaises. Vainqueur du chrono inaugural du Tour de Valence, Edvald Boassen Hagen peine à retrouver le niveau des espoirs placés en lui en début de carrière. Sa meilleure performance est 17e en 2013

En manque de sensation au début du mois, elles ont l’air de revenir petit à petit chez Arnaud Démare. Le Picard va devoir être à 100 % pour entrer enfin dans les 10 premiers. Aidé d’un Stefan Küng dans le final, Arnaud ne doit pas exploser dans la dernière ascension du Vieux Kwaremont pour ne pas voir ses espoirs s’envoler.

Numéro 1 mondial au niveau des victoires, l’équipe Kazakh viendra sur le tour des Flandres avec des ambitions limitées. Cette formation regardera surtout la progression de coureur comme le malin Magnus Cort-Nielsen, 20e en 2018, et l’Italien Davide Ballerini. Ils auront des équipiers aguerris comme Laurens de Vreese ou Hugo Houle.

La Bahrain Merida comptera uniquement sur Sonny Colbrelli pour briller sur ce Tour des Flandres. 10e il y a deux saisons, le Transalpin ne devrait pas être en mesure de lutter pour le podium. Avec Heinrich Haussler, Ivan Garcia Cortina et Matej Mohoric, Colbrelli aura du beau monde autour de lui même si on sait que le Slovène a du tempérament.

 

Malgré le coup de gueule de Cédric Vasseur, on ne devrait pas voir un Cofidis dans les 10, dimanche. Dimitri Claeys a fini neuvième en 2016 en étant dans l’échappée matinale. Christophe Laporte semble encore juste pour ce type de course. L’équipe Nordiste devait être offensive dès le départ.

Une autre équipe conti pro sera attendue avec la Wanty Groupe Gobert. Malgré l’absence de Yoann Offredo, certains coureurs pourraient se montrer dans une certaine mesure comme Aimé De Gendt, deuxième sur Le Samyn, ou Loïc Vliegen. Un place dans les 15 serait un bon résultat.

Lars Boom ne semble plus être le coureur dangereux sur les courses des Flandres comme en 2015 avec sa 6e place sur le Ronde. La Roompot Charles se montrera avant tout dans l’échappée matinale.

Même son de cloche chez Vital Concept B&B Hôtels, le but sera de montrer le maillot puisque des coureurs comme Bert de Backer ou Jonas van Genechten sont plus taillés pour Paris-Roubaix.

Enfin, finissons avec un autre formation destinée à aller dans l’échappée matinale avec la Sport Baloise Vlaanderen. On verra si l’espoir Jordi Warlop ou la valeur sûre Piet Allegaert.

Photo : Ronde van Vlaanderen Twitter

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here