Reims, football Champagne

Champion de Ligue 2 la saison passée, Reims fait mieux que résister en Ligue 1 cette année et peut même se permettre de viser l’Europe, à neuf journées de la fin du championnat. Focus sur ce modèle rémois qui, en plus de réussir au niveau comptable, épate ses observateurs pour son jeu léché et sans complexe.

Un 4-5-1 organisé et coordonné

Actuel sixième du championnat, à égalité avec l’AS Saint-Etienne (46 points chacun mais une meilleure différence de buts stéphanoise), le promu a déjà écœuré plusieurs formations de l’élite, spécialement en 2019. Le stade de Reims est invaincu sur ses treize derniers matches de Ligue 1, une première depuis 59 ans du côté de la Champagne. David Guion, l’entraîneur, y est d’ailleurs pour quelque chose. Le tacticien français a mis en place une équipe parfaitement disciplinée défensivement, dans un 4-5-1 où chaque joueur tient son rôle à merveille.

Sans star, le XI rémois n’empêche pas d’épater. A commencer par Édouard Mendy, solide depuis le début de saison et qui a encore repoussé les (timides) assauts nantais lors de la dernière journée. Yunis Abdelhamid est bien le patron de cette défense à 4, Alaixys Romao apporte une certaine sérénité et un impact indispensable au milieu, du haut de ses 35 ans. A côté de lui, Xavier Chavalerin ne cesse de progresser et est bonifié par l’ancien marseillais. Le milieu à cinq très compact permet de colmater les quelques brèches trouvées par les adversaires et récupérer très vite le ballon. Défensivement, Guion a donc trouvé la bonne formule et ce n’est pas pour rien si son équipe est la troisième défense de l’élite avec 27 buts encaissés.

Offensivement sans complexe

Offensivement aussi, le technicien français semble avoir trouvé la bonne formule avec deux lignes offensives pleines de talents et d’imagination. A gauche, Arber Zeneli, dernière pépite en date repérée et recrutée cet hiver par le Stade de Reims, démontre son aisance technique et semble avoir trouvé sa place dans le XI de départ malgré un surplus d’individualité qui peut parfois agacer. Le Kosovar partage son temps de jeu avec Mathieu Cafaro, très bon depuis quelques semaines.

Rémy Oudin, lancé par Guion lorsque le club était en Ligue 2, plante but sur but depuis janvier et va bientôt dépasser la barre des dix réalisations pour sa première saison en Ligue 1. Il est, pour l’anecdote, le meilleur buteur rémois cette saison devant Cafaro et ses cinq unités.

Bref, David Guion est en train de montrer une chose : il n’y a pas obligatoirement besoin de joueur de renom pour réaliser une saison canon !

SOURCE PHOTO : L’union abonné

Poster un commentaire

suscipit eleifend ut dolor. felis id, dictum tempus nec