Rennes-PSG ou le “Benarfico”

Ce soir, finale de la 102ème édition de la Coupe de France opposant le Stade Rennais et le Paris Saint-Germain. Si les Parisiens veulent sauver leur saison avec le doublé Coupe-Championnat, les Bretons ont à coeur de retirer cette image de perdants qui les colle depuis plusieurs années. Ils pourraient compter sur un certain Hatem Ben Arfa, passé par le PSG, pour soulever la 3ème Coupe après 1965 et 1971.

 

Cela fait 36 ans que Rennes n’a plus remporté de trophée national. Depuis un Championnat de Ligue 2 gagné devant Nîmes et Valenciennes. Le pire, c’est qu’aucun joueur de l’effectif actuel n’a vécu ce sacre. Mais les coéquipiers de Ben Arfa sont décidés à faire tomber le Paris Saint-Germain pour enfin mettre fin à cette disette. Et cette motivation, Julien Stéphan n’a pas hésité à la rappeler en conférence de presse hier soir : “On a la volonté de jouer ce match à fond, de le vivre pleinement, et de n’avoir aucun regret.”

Si les Rennais sont prêts à tout donner, les Parisiens doivent se racheter après une saison mitigée : déjà champion de France pour la 8ème fois de son histoire, mais sorti de la Coupe de la Ligue par Guingamp et de la Ligue des Champions par Manchester United. Une élimination européenne considérée comme une “faute professionnelle” par certains supporters. D’ailleurs, en conf’ d’avant-match, Marquinhos a jugé que “la saison serait ratée en cas de défaite demain face à Rennes.”

 

Ben Arfa et le PSG, c’est compliqué

Si le passage de l’international français dans le club de la capitale a été difficile, il y déjà eu quelques histoires entre eux deux avant son arrivée. L’un en sa faveur, l’autre lui a valu quelques tensions avec son entraîneur de l’époque.

Image associée

Hatem Ben Arfa face au PSG, le 30 juillet 2006

30 juillet 2006, Trophée des Champions : l’Olympique Lyonnais, quadruple tenant du titre, rencontre le Paris Saint-Germain à Gerland. Hatem est titulaire en attaque aux côtés de Karim Benzema et John Carew. Il réalise un bon match mais n’arrive à changer le cours de la rencontre : 1-1 (buts de Rothen pour le PSG et de Benzema pour l’OL), place aux tirs au but. Il est le troisième tireur de son équipe, et trompe Mickael Landreau en tirant à sa gauche à ras de terre. Les Lyonnais finissent par remporter la séance de pénalties 5 à 4 et soulèvent leur cinquième Trophée des Champions consécutif.

L’autre événement marquant de Ben Arfa face à Paris n’est pas vraiment à son avantage…

rennes psg

Crédits : Olivier Lejeune

26 octobre 2008, 10ème journée de Ligue 1 (pas encore Conforama) : l’Olympique de Marseille reçoit le PSG. A l’heure de jeu, 2-2 entre les deux formations. Eric Gerets, coach de l’OM à l’époque, veut faire rentrer Ben Arfa afin qu’il fasse la différence dans ce Classique. Petit problème : l’ancien Lyonnais ne veut pas rentrer, protestant contre son statut de remplaçant derrière les Mamadou Niang, Sylvain Wiltord et Mathieu Valbuena. C’est finalement Mamadou Samassa qui rentrera à sa place. Score final : 4-2 pour les visiteurs. Après le match en zone mixte, l’entraîneur belge est encore surpris par cet incident : “c’est la première fois de ma vie que je vois ça”. Les deux hommes finiront par se réconcilier et le joueur réalisera de bonnes performances dans la suite de la saison, qu’il ait été titulaire ou entré en jeu.

Crédits photo en une : L’Equipe

A propos de l'auteur

Passionné du MHSC et du FC Barcelone, mon joueur préféré n'est pas Laurent Blanc, j'aime pas trop les 3-5-2, contrairement à Laurent Blanc...

Poster un commentaire

elit. sit ultricies facilisis tempus lectus