Résumé complet de NJPW Wrestle Kingdom 14 (Nuit 1)

0

Considéré comme le plus grand événement de catch au Japon, la New Japan Pro-Wrestling tenait aujourd’hui son annuel Wrestle Kingdom, quatorzième du nom. Petite particularité pour cette édition, celle-ci se déroule sur deux jours : une première. Une première nuit truffée de rencontres épiques dont le combat vedette oppose Kota Ibushi à Kazuchika Okada pour le compte du championnat poids lourds IWGP du Rainmaker.

LIGER ET LES COPAINS

C’était annoncé : les deux derniers combats de Jushin Thunder Liger ouvriront les deux soirées de Wrestle Kingdom 14. A l’occasion de la première nuit, Liger a invité ses bons vieux potes pour un bon délire. C’est ainsi qu’il a fait équipe avec Tatsumi Fujinami, The Great Sasuke et Tiger Mask pour se mesurer à Naoki Sano, Ryusuke Taguchi, Shinjiro Otani et Tatsuhito Takaiwa.

Ne vous attendez pas à un grand spectacle, c’est une exhibition de lutteurs cinquantenaires voir sexagénaires pour amuser la galerie. Néanmoins, tout le monde est en forme et assure la baraque. Cependant, voir Ryusuke Taguchi caler sa Dodon sur Liger et remporter le combat a été une grande surprise. Les spectateurs du Tokyo Dome avaient l’air dégoûtés.

On pourra pleurer demain pour l’ultime combat de Jushin FUCKING Thunder Liger.

A LA GUERRE COMME A LA GUERRE

Il fallait bien caler les têtes d’affiches qui ne possèdent aucun programme, c’est ainsi que l’on se retrouve avec deux combats à quatre contre quatre entre les factions de la promotion.

Les ingouvernables BUSHI, EVIL, SANADA & Shingo Takagi ont affronté leurs grands copains du Suzuki-gun composé de son leader, Minoru Suzuki, Zack Sabre Jr., Taichi & El Desperado. Fidèle à elle-même, la faction de Suzuki attaque leurs adversaires avant même le son de la cloche, le genre de heat facile. L’action passe à l’extérieur du ring où les chaises seront de sorties — la disqualification chez NJPW ? Ils connaissent pas ! — le sprint final verra ZSJ plier en quatre BUSHI et le faire abandonner. Dégoûté de sa défaite, SANADA s’est attaqué au bourreau de son allié, rappelons que les deux hommes s’affronteront demain pour le championnat britannique de l’anglais. Un combat efficace, qui aurait pu être meilleur si les huit hommes avaient eu du temps en plus.

C’est ensuite CHAOS, composé de Hirooki Goto, YOSHI-HASHI, Toru Yano & Tomohiro Ishii qui sont mesuré au BULLET CLUB de KENTA, Bad Luck Fale, Chase Owens & Yujiro Takahashi. Si vous avez eu besoin d’aller pisser ou eu un petit creux durant le match, c’était le moment. A part Yano qui fait le con ou les preuves de force d’Ishii, rien de bien intéressant à part hyper la rencontre entre Goto et KENTA demain comptant pour le championnat NEVER du dernier nommé.

UN VENT DE FRAÎCHEUR FRUITÉE

Après presque un an de règne, les frangins Tama Tonga & Tanga Loa ont perdu leurs ceintures au profit d’une équipe dont la popularité n’est plus à faire : Juice Robinson & David Finlay.

D’ailleurs, ces derniers avaient une folle envie de se fracasser que les challengers ont attaqué les champions durant leur entrée, résultant à une grosse bagarre où Robinson prendra un sale bump sur la rampe d’entrée. Une bagarre qui n’a fait que duré durant presque quinze minutes où les GOD sont sortis de leur registre habituel et offrent un combat de bien meilleur qualité. L’action finale verra David Finlay atomiser Tama Tonga d’un Acid Drop et mettre fin à 315 jours de règnes assez ennuyant. C’était ça ou plus aucune équipe ne pouvait rivaliser avec les frangins du BULLET CLUB.

LA MORT AU TEXAS

Jon, tu vas dormir sur le canapé avec tes conneries. Jon Moxley claque son retour chez New Japan et ramène avec lui une vieille stipulation : le Texas Death, le genre de stipulation de gros bourrins sanguinaires où la victoire s’obtient par KO. D’ailleurs, cette stipulation prenait place pour son combat face à Lance Archer et son championnat des Etats-Unis, que portait Moxley avant de le perdre face au typhon Hagibis.

Un véritable bordel, ce n’était même plus un combat de catch, c’était un règlement de comptes à coups de kendo sticks, de poubelles en acier, de tables, de chaises et tout objet ayant la malchance de traîner aux alentours du ring. Lance Archer fera dans l’originalité en se trouvant une arme bien efficace : les gens. Ce spot dingue où il saisit un jeune du L.A Dojo pour lui claquer un Chokeslam en direction de Moxley était assez hilarant alors que juste après il ouvre le front de MOX… Renee Young en sueur.

L’ex-Dean Ambrose rendra la pareille à son adversaire en lui ouvrant à son tour, son front dans un spot à l’extérieur assez violent. La rencontre se finira sur les abords du ring lorsque Moxley parviendra à administrer un Death Rider sur deux tables posées à l’extérieur, Archer ne se révélera pas au compte de dix. Jon Moxley devient pour la seconde fois champion des Etats Unis et affrontera Juice Robinson demain.

DIEU DE LA NUQUE 

Will Ospreay avait tenu parole : lors de Wresle Kingdom 14, Hiromu Takahashi et lui-même allaient voler la vedette aux poids-lourds. Et devinez quoi, ils l’ont fait. Un bijou du catch poids-moyens. Une seule chose à dire : Hiromu Takahashi est un véritable taré, se faire réduire la nuque en miettes il y a un an et demi et reprendre des bumps complètement inconscients derrière. Misawa, rit, là haut. Hayabusa, aussi.

Les deux hommes ont absolument mis leur cœur, leurs tripes et leur énergie pour offrir un spectacle inoubliable à la foule présente au Tokyo Dome. On va commencer à croire que le dieu de la Nuque existe réellement tellement les deux hommes ont enchaînés les prises de risques dévastatrices. À cette séquence mémorable où Ospreay effectue le Sasuke Special contré en German Suplex elle-même contrée avant qu’Ospreay ne retente celle-ci, avec succès. Dix secondes qui ont fait levé des culs des chaises.

Takahashi va résister, le champion ne sait plus quoi faire et se fera atomiser d’un Canadian Destroyer avant que l’ingouvernable ne lui administre un Emerald Flowsion, traduisez-cela en « Meurs Ta Nuque », le replay fait grincer des dents. Quelle histoire pour Hiromu Takahashi qui devient pour la troisième fois champion de la division Junior.

LE CHAMPION DU PEUPLE

Le héros du peuple, Tetsuya Naito et l’homme le plus détesté de la foule, Jay White s’affrontaient pour le compte du championnat Intercontinental du néo-zélandais, encore plus fourbe et salaud que jamais. Ne comptez pas à assister à un combat dans la veine du précédent, Naito & White se sont assis sur la technique pour laisser place au storytelling.

Un combat qui a pris du temps à se mettre en place où chacun effectue ses trademarks habituels tels que la sortie de Jay White en dehors de ring pour éviter tout affrontement physique, ce qui a don de faire criser le public. Tandis que Naito s’amuse de son adversaire et de Gedo, qui s’est même prendre par la barbe par Naito, vraisemblablement jaloux de la pilosité de ce dernier.

La clé de l’histoire du combat se concentre sur la jambe blessée de Naito, où White prendra un malin plaisir à la torturer. Ça perdra un peu de son sens quinze minutes plus tard lorsque Naito revint subitement au maximum de ses capacités, claque ton incohérence. La rencontre s’est joué sur les cinq dernières minutes où tout s’est joué sur le fil du rasoir où Naito et sa ténacité l’emporteront après un enchaînement Brainbuster suivi d’un Destino. Par ailleurs, l’ingouvernable égale son compatriote Shinsuke Nakamura en terme de règnes de champion Intercontinental, au nombre de cinq.

IBUSHI DIVIN, OKADA LE DIEU

Il a trimé pour en arriver là, Kota Ibushi, ce mec là, là tu vois… celui qui peut te claquer une rencontre épique et juste après claquer des Canadian Destroyer sur une poupée. Ça, c’était avant qu’il ne signe exclusivement l’an passé pour New Japan Pro-Wrestling, brisant son vœu d’indépendance au passage.

Face à lui, dieu Kazuchika Okada, qui s’est vu offrir une entrée spéciale pas piquée des hannetons, on kiffe le manteau phosphorant. Il serre un peu les fesses le Kazu, Ibushi l’a déjà battu cet été et le bougre a une sale envie de le défoncer pour enfin s’emparer de l’or suprême, on sent la tension régnant entre les deux lutteurs avant même le début du combat.

C’est ensuite quarante minutes de lutte intense qui se déroule nos yeux. Les gonzes sont increvables, à croire qu’ils sont devenus des cyborgs. Trunks, sauve-nous. Mention spéciale à Ibushi qui a réussi à s’administrer un piledriver à lui-même, Okada achèvera cette pauvre nuque par la suite. Kota Ibushi était clairement prêt à tout pour remporter le combat, tellement qu’il a manqué de se faire disqualifier. Son acharnement à coup de poings en mode Terminator. Kazuchika Okada parviendra à se relever et atomiser son prétendant de plusieurs Rainmaker et réduire à néant toutes les chances de Kota Ibushi, qui restera en pleurs par la suite.

Demain, dimanche 5 janvier, aura lieu la seconde nuit de Wrestle Kingdom 14 et on va tous chialer pour Jushin Thunder Liger. TOUS, sans exception.

 

 

 

 

 

  

Ligue 1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here