Retour décevant de la Diamond League à Birmingham

La Diamond League reprend aujourd’hui après un mois d’absence. Cinq semaines avant les Mondiaux de Doha, c’est à Birmingham que les athlètes ont rendez-vous. Le meeting britannique n’est généralement pas le plus dense du calendrier. Beaucoup le zappent car il est normalement après les championnats continentaux ou mondiaux. Cette année, c’est en plein milieu de la préparation que se déroule la 11e étape de la Ligue de Diamant. Quelques courses intéressantes tout de même avec le 800m et le 200m féminin et le 100m masculin.

La première course de ce meeting est le 400m. Pas de Fred Kerley ou Michael Norman, et Akeem Bloomfield l’emporte après une bonne dernière ligne droite. Un modeste 45.04 devant l’américain de la fac de Houston Igbokwe (45.53) et le britannique Hudson-Smith (45.55), qui courait pour la première fois depuis 11 mois. Le programme enchaîne sur la même distance mais avec des haies. Les grosses têtes d’affiches sont absentes (Warholm, Samba, Benjamin…). Yasmani Copello est le seul à avoir déjà cassé la barre des 48 secondes et le Turc s’impose à Birmingham avec un 49.08. Santos, brésilien de 19 ans, vainqueur des Universiades de Naples cette année, termine deuxième en 49.20.

Klosterhalfen et Chepkoech dominent le demi-fond

La troisième course est une discipline de plus en plus courue : le Mile. 1 604 mètres, une distance qui est spécifique aux meetings et que l’on ne voit pas en championnats. La néerlandaise Sifan Hassan détient le record du monde en 4″12, depuis le mois dernier à Monaco, mais n’est pas présente en Angleterre. C’est en toute logique que l’allemande Konstanze Klosterhalfen s’impose en 4″21″11, record personnel, record national et record du meeting. Encore une preuve que la jeune femme de 23 ans – membre de l’Oregon Project, groupe d’entraînement de la marque à la virgule aux Etats-Unis – à toutes les capacités pour faire descendre les chronos dans de bonnes conditions.

Quelques minutes après ce Mile, les hommes entrent en piste avec un 1500m. Samuel Tefera, recordman du monde indoor, est aligné. Problème de lièvre sur cette course car Tefera le trouve trop lent et le double avant qu’il ne s’écarte. L’éthiopien ralentit puis ré-accélère, il se fait finalement larguer dans la dernière ligne droite et c’est l’ougandais Musagala qui glane ce succès hors Ligue de diamant, en 3″35″12.

Très beau plateau sur le 3000m steeple féminin avec un match entre toutes les kényanes, dont Béatrice Chepkoech, recordwoman du monde. Cette dernière est seule au monde, seule sous les 9 minutes cette saison. Elle contrôle de bout en bout, sans forcer, après la disparition du lièvre. Victoire en 9″05″55, record du meeting, la grande favorite pour les Mondiaux.

Les têtes d’affiche du sprint font descendre les chronos

Celle qui a marqué des gros points avant les championnats du monde, c’est Danielle Williams. La jamaïcaine s’est imposée en 12″46 sur le 100m haies, deux dixièmes devant Kendra Harrison. Le 100m masculin était très incertain concernant le vainqueur. Course ouverte avec des allures de finale mondiale. 6 sprinteurs dans le même dixième et Yohan Blake l’emporte en 10″07 devant Adam Gemili (10″07). Le finish de l’anglais a bien failli fonctionné une nouvelle fois.

Le 800m féminin va s’avérer décevant. Sans Caster Semenya, interdite de courir à cause du nouveau règlement de l’IAAF, c’est Ajee Wilson qui gagne au stade Alexander en 2″00″71. Extrêmement modeste. La française Renelle Lamote termine quatrième et rate la performance requise pour Doha (2″00″20).

La course des reines n’a pas déçue. Okagbare, Schippers, Fraser-Pryce, Asher-Smith, Miller-Uibo, Ta Lou, c’est du gros niveau ici à Birmingham. C’est finalement la bahaméenne Shaunae Miller-Uibo qui passe la ligne en 22″24. Devant son public, Dina Asher-Smith prend la deuxième place en 22″36.

Résultat de recherche d'images pour "shaunae miller"

Poster un commentaire

diam quis, ultricies accumsan venenatis dictum ut facilisis nec amet,