Revoilà Andy Murray !

Après presque un an d’absence, Andy Murray a effectué son grand retour à la compétition ce mardi, face à Nick Kyrgios. Malgré la défaite en trois sets, l’essentiel est là ; la douleur semble désormais derrière lui.

 

On l’attendait, on l’a eu ! Andy Murray était de retour aux affaires sur le central londonien du Queen’s cet après-midi. Après un début de match équilibré, on sent cependant que l’Ecossais n’est pas au mieux niveau intensité (ce qui est néanmoins tout à fait normal). Au lieu de resserrer le jeu, Nick Kyrgios balance des secondes balles sans aucune sécurité et offre le break sur un plateau à son adversaire. 4-2 Murray. Le reste ne sera qu’une farandole de coups fantaisistes et de mauvais choix de la part de l’Australien. Il offre même la première manche au natif de Glasgow sur une nouvelle double-faute. 6-2.


Comme on pouvait s’y attendre, Kyrgios réagit dès l’entame du deuxième set avec un break d’entrée, et c’est désormais au tour de Murray de jouer le rôle du Père-Noël avec bon nombre de fautes directes. Si ce dernier parvient à débreaker lors du 8e jeu, il n’a pas la caisse physique pour tenir le rythme imposé par Nick Kyrgios, et cède 7-4 au tie-break. Malgré la douleur, l’Australien pousse donc l’ex-numéro un mondial à disputer un troisième set décisif.

Une troisième manche aux allures de mano-à-mano. Les deux hommes tiennent leur service; et à ce jeu là, c’est évidemment le 21e joueur mondial le plus fort. “Andy” craque finalement lors du 12e jeu et s’incline 7-5.

Résultat de recherche d'images pour "murray kyrgios"

Source : IBTimes UK

 

Au-delà du résultat, nous étions forcément tous contents de retrouver le personnage Murray sur les courts ; il avait manqué au tennis. Le rendez-vous semble donc pris à Wimbledon pour le double vainqueur de l’épreuve ! (Soure image en Une : Getty)

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)



A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

vulputate, felis nunc libero ut Sed