ATP

Roland-Garros ATP : Allô la terre, ici Fedal (épisode 39)

Quelque chose que nous n’aurions jamais pensé revivre. Absent à Roland-Garros lors des trois dernières éditions, Roger Federer est revenu. Etincelant, le Suisse s’est même qualifié pour les demi-finales. Il y retrouvera son rival de toujours, Rafael Nadal, pour un duel inespéré sur l’ocre parisienne.

 

Un long fleuve tranquille

Le parcours des deux hommes depuis le début de la quinzaine est similaire, ou presque. En effet, mis à part leur set respectivement perdu face à David Goffin et Stanislas Wawrinka, Rafael Nadal et Roger Federer ont déroulé, jusqu’ici. Moins de 8 jeux concédés par match en moyenne pour “Rafa”, 10 en ce qui concerne “Rodgeur”, les numéros 2 et 3 mondiaux n’ont effectivement pas traîné.

Pour un retour sur terre battue après trois années d’absence, l’Helvète s’est même montré impressionnant tout au long de la première semaine, avec des victoires expéditives sur Sonego, Otte, Ruud ou même Mayer en huitièmes. En quarts de finale, il a (légitimement) éprouvé plus de difficultés à écarter son compatriote Stan Wawrinka, mais il a su prendre le dessus dans les moments importants, remportant les deux tie-break qu’ils ont eu à disputer pendant ces 3h40 de combat. Avec pas moins de 60 montées au filet, l’homme aux 20 titres du Grand Chelem s’est montré plus offensif que jamais lorsqu’il s’est retrouvé en difficulté.

De son côté, le Majoquin n’a fait qu’une bouchée de chacun de ses adversaires. Alors qu’il monte en puissance depuis le Masters 1000 de Madrid, l’Espagnol vient de ridiculiser Kei Nishikori sur le Central il y a deux jours (6-1/6-1/6-3). Roger Federer est prévenu.

 

Nadal, grand favori ?

C’est la question que tout le monde se pose. 11 fois vainqueur à Roland-Garros et meilleur joueur de l’histoire sur la surface, Rafael Nadal est évidemment favori de ce duel entre les deux légendes, d’autant plus que c’est lui qui a fait la plus forte impression depuis le début du tournoi. Cependant, l’Espagnol n’a plus battu le Suisse depuis 2014 et une victoire 7-6/6-3/6-3 en demi-finale de l’Open d’Australie. Roger Federer reste ainsi sur cinq victoires de rang face au Majorquin, même si aucune n’a eu lieu sur terre battue. Néanmoins, leur dernière confrontation remonte à il y a deux ans déjà. Plus généralement, Nadal mène 23-15 dans les face-à-face, et 13-2 sur terre battue. Ses deux victoires ayant eu lieu à Madrid en 2009 (6-4/6-4) et à Hambourg en 2007 (2-6/6-2/6-0), le Suisse n’a donc jamais battu son rival sur le format au meilleur des cinq sets, alors que l’inverse s’est produit à sept reprises, dont cinq à Roland-Garros.

Alors, nous direz-vous, quelle conclusion tirer de ses statistiques ? Tout simplement celle que sur cette rencontre, au regard du contexte, de la surface et du lieu, Rafael Nadal est bien le grand favori. D’autant plus qu’on peut avoir de gros doutes sur la capacité de Federer à tenir la cadence infernale imposée par son adversaire sur une opposition au meilleur des cinq sets, qui plus est sur terre battue. De plus, le coup droit du Majorquin “giclant” bien plus sur ocre qu’ailleurs, et étant un des meilleurs, si ce n’est le meilleur, défenseur du circuit, le protégé de Carlos Moya semble avoir bien des solutions pour dérégler la machine suisse et trouver les clés qui le mèneront à la finale. Les chances pour Roger ? Un Nadal un peu en-dedans, ou un avantage psychologique un peu plus important si le match venait à tourner en faveur de l’Helvète, au regard des dernières confrontations entre les deux hommes.

Rendez-vous à 12h50 sur le court Chatrier ce vendredi, pour ce choc que tout le monde attend, 14 ans après leur premier affrontement Porte d’Auteuil.

 

Crédit photo de l’image en Une : NBC

 

Gregoire ALLAIN (@GregoireAln)

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
libero ultricies at dolor. amet, libero nunc