Grand Chelem

Roland-Garros (F) : jeunesse ou maturité pour soulever le titre ?

Anastasia Pavlyuchenkova et Barbora Krejčíková s’affronteront samedi pour tenter de remporter leur premier titre du Grand Chelem. Retour sur deux joueuses aux carrières bien différentes et qui n’ont pas démérité leur place pour la finale dames de la porte d’Auteuil.

 

Le titre de la maturité pour Pavlyuchenkova ?

Derrière un nom difficilement prononçable pour les non-initiés se cache désormais une vieille routarde du circuit WTA. Numéro un mondiale et vainqueur de trois Grand Chelem en juniors, la Russe s’est rapidement faite remarquer dans le monde du tennis. Adepte d’un jeu multi-surfaces et très complet, d’un excellent toucher de balles et de remarquables qualités de tacticienne, “Nastia” réalise une transition sans accroc vers le circuit pro. À seulement 17 ans, elle parvient ainsi à entrer directement dans le top 50, tout en s’étant déjà offerte le scalp de Jelena Janković ou encore de Venus Williams. Le chemin semble alors tout tracé vers les plus grands titres et le haut du classement.

Mais la carrière de la Samarienne est synonyme de montagnes russes. En l’espace de douze saisons, elle oscille entre la 13e et la 50e places mondiales. Elle remporte 12 titres en simple dont 2 grands tournois en indoor. Côté Grand Chelem, elle va chercher les quarts de finale dans les quatre tournois majeurs. Un palmarès admirable en somme mais bien loin des promesses attendues au début de sa carrière. Capable de sortir les toutes meilleures dans un bon jour, son manque de régularité l’empêche cependant d’assurer un minimum syndical dans ses résultats à moyen terme.

Mais Anastasia Pavlyuchenkova a décidé de faire valoir son expérience ces derniers jours. Auteure de matchs somptueux contre Sabalenka et Azarenka, elle a ensuite sorti le grand jeu en quart de finale contre Rybakina. Stressée mais concentrée lors de sa première demie en Grand Chelem, la Russe a évoqué être très fatiguée et a maintenant 48h pour préparer le match le plus important de sa carrière. Elle devra ainsi saisir samedi l’occasion qu’on lui promettait depuis maintenant 15 ans.

 

Du double au simple pour Krejčíková ?

Pour Krejčíková, jouer une finale dans un tournoi du Grand Chelem n’est pas une première. Ce qui le sera ce samedi, c’est de ne pas avoir de partenaire à ses côtés en foulant le court central. À 25 ans, la native de Brno s’est avant tout illustrée en double. Numéro un mondiale en 2018 en réalisant un doublé Roland-Garros / Wimbledon aux côtés de sa compatriote Kateřina Siniaková, la Tchèque a su démontrer tout l’étendue de son talent et l’intelligence de son tennis.

C’est lors de l’édition précédente à l’automne dernier qu’elle a commencé à faire parler d’elle en simple dames. Trustant la deuxième semaine du côté du Majeur parisien, Barbora Krejčíková a pu prouver qu’elle était capable de tenir l’intensité à elle seule et d’enchaîner les victoires. Cette saison 2021 en est la confirmation avec une finale à Dubaï et un titre acquis il y a 15 jours du côté de Strasbourg.

Après un premier tour poussif contre Karolína Plíšková, Krejčíková a su faire preuve de solidité pour aller sortir Ekaterina Alexandrova puis Elina Svitolina. Elle n’a ensuite fait qu’une bouchée des américaines Stephens et Gauff avant d’aller arracher sa première grande finale en simple contre María Sákkari. Cette demi-finale a d’ailleurs dû laisser des séquelles chez elle, d’autant plus qu’elle tentera d’aller chercher de nouveau le titre en double, toujours avec sa compatriote Siniaková.

 

Ce sera le premier affrontement sur le circuit en simple entre Pavlyuchenkova et Krejčíková. Rdv à 15h pour connaître l’heureuse élue qui ouvrira son palmarès en Grand Chelem.

 

Crédit photos : Eurosport

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire