Roland-Garros (qualifications) : Les Français toujours sur leur nuage !

Si la journée d’hier avait été particulièrement bénéfique pour le tennis français (avec pas moins de 8 qualifiés sur 9 pour le deuxième tour chez les messieurs), il en a été de même aujourd’hui, avec trois nouveaux qualifiés. Les dames ont par ailleurs, à leur tour, débuté leur campagne de qualifications.

 

Mathias Bourgue ouvrait tout d’abord, dès 10 heures du matin, le bal sur le court 14. Soutenu par ses potes Lucas Pouille et Grégoire Barrere, venus assister à la rencontre au bord du court, le Français a remonté un handicap d’un set pour finalement se qualifier pour la suite. Après un premier set avec pas mal d’approximations de sa part, Bourgue a serré le jeu, mis plus d’impact dans ses frappes et a ainsi fini par réussir à déborder Matteo Viola (4-6/6-1/6-3). Un résultat qui confirme la bonne tendance française en ce début de qualifications, puisque c’est le 9ème Français à franchir le cap du premier tour.


Il a été rejoint plus tard dans la journée par Enzo Couacaud et Geoffrey Blancaneaux, vainqueurs respectivement de Paolo Lorenzi et Andrea Arnaboldi. On ne sait pas quel est le vent qui souffle sur Roland-Garros, mais en tout cas, il porte assurément nos Français ! Ils seront 11 au deuxième tour des qualifications.

Chez les filles en revanche, pas de miracle pour Océane Dodin, retombée au 444ème rang, et battue 6-0/6-4 par l’Américaine Allie Kiick. Parmi les autres françaises engagées, seul Jacquemot a réussi l’exploit de se qualifier pour le second tour. Georges, Yerolymos, Bencheikh, Leonard et Lim n’ont malheureusement pas franchi le cap.

En ce qui concerne les principales têtes d’affiches, on notera les qualifications de Thiemo de Bakker, Adrian Menendez-Maceiras ou encore Tennys Sandgren chez les messieurs, et de Timea Bacsinszky, Timea Babos, Bernarda Pera et Cori Gauff chez les dames.

 

Crédit photo de l’image en Une : Le Point

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

commodo non diam ultricies nec accumsan porta. venenatis velit, mattis consequat.