Roland Garros : Wawrinka était trop juste

On n’avait pas vu venir Guillermo Garcia-Lopez et, à vrai dire, on s’en doutait un peu pour Stan Wawrinka. Le finaliste de la précédente édition de Roland Garros, toujours embêté par ses genoux, a perdu au premier tour Porte d’Auteuil, pas par la petite porte : 6-2 / 3-6 / 4-6 / 7-6 / 6-3.

En 5 sets, Garcia-Lopez est allé chercher sa victoire. Car, s’il a joué contre un Stan à 80% de ses moyens, les deux joueurs ont livré un tennis de très haute volée à un Lenglen peu réceptif. Il a fallu que le natif d’Alabacete ferraille, sorte ses meilleurs coups pour venir à bout d’un Wawrinka parfois brillant.

Après un premier set dominé par l’Espagnol pendant lequel l’ancien numéro 3 mondial prenait ses repères, il aura finalement réussi à imposer pendant deux manches sa filière plus courte que d’habitude, dictée par son état physique du moment. Les souches de coup droit étaient de sortie de chaque côté, et les esthètes auront apprécié les revers des deux joueurs, parmi les plus beaux, et surtout les plus efficaces du circuit. Souvent mis en difficulté (Garcia-Lopez totalisa 19 balles de break), le Suisse a été décisif dos-au-mur, écartant les balles de break les unes après les autres, en convertissant 3 de son côté. On voyait surtout Garcia-Lopez perdre son tennis dans les moments importants, incapables de traduire comptablement l’embarras dans lequel il mettait Wawrinka quand les échanges duraient, le poussant régulièrement à la faute (72 fautes directes pour Wawrinka contre 40 pour Garcia-Lopez).

Wawrinka était fragilisé

Le tournant du match aura sans nul doute été le débreak effectué par l’Espagnol au milieu du quatrième set. Mené 3-2, et alors que le tennis de Wawrinka continuait de faire pleuvoir les coups, l’Espagnol s’accroche, remonte à 3-3, puis confirme à 4-3. Il oblige alors le Suisse alors le Suisse à un tie-break qu’on sait décisif, voyant Stan multiplier les étirements à ses articulations douloureuses. Garcia-Lopez le remportera finalement 7-5, à la faveur d’un retour dans le filet d’un Wawrinka dépité.

La suite a été douloureuse au Suisse, coupable d’une vilaine faute sur un smash facile qui offre un break à l’Espagnol à 2-2, confirmé ensuite par un jeu blanc. Incapable de revenir et peut-être fragilisé mentalement par un match qu’il a bien cru gagner en quatre manches, Stan cèdera finalement le dernier set 6-3.

Il se consolera en se disant que les deux joueurs ont peut-être offert un des meilleurs matchs du premier tour à Roland Garros ces derniers temps, au gré d’échanges spectaculaires, et de coups gagnants du même tonneau (132 sur l’ensemble du match). Garcia-Lopez rencontrera un autre cogneur au deuxième tour, Khachanov. Il ne manque à Wawrinka que de retrouver des sensations physiques, pour ce qui est de son tennis, il est toujours dans sa main droite.

A propos de l'auteur

Fan de foot mais aussi de Serie A, je prends autant de plaisir à voir jouer Gilles Simon qu'à attendre une arrivée au sprint entre les Alpes et les Pyrénées. Talking Heads et Panetonne.

Poster un commentaire

Praesent non Nullam leo. Praesent justo