Rookies cuvée 2019 : les débuts

1

Ils sont souvent l’attraction phare des premières soirées NBA, attendus comme des messies ou tout simplement scrutés par les observateurs, ce sont nos rookies. Et avec quelques futurs phénomènes, cette promotion a de quoi faire saliver les fans. Hormis Zion Williamson et DeAndre Hunter, tous les premiers picks ont foulé les parquets NBA. Retour sur leurs prestations.

 

Ils ont répondu présent

Il était le plus attendu, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a pas déçu malgré la défaite des Knicks à San Antonio. RJ Barrett a marqué les esprits en devenant tout simplement le plus jeune joueur à inscrire + de 20 points pour son premier match NBA depuis 16 ans et un certain LeBron James. Ajoutez à ça 5 rebonds, 2 passes et 2 interceptions et vos obtiendrez une prestation aussi complète qu’impressionnante pour un début.
Celui qui avait été choisi juste devant lui à la draft, Ja Morant, a eu un petit peu plus de mal mais réalise un match tout a fait convenable malgré 6 pertes de balles (14 points, 4 rebonds, 4 passes), le tout en 25 minutes sur le parquet lors de la défaite des Grizzlies à Miami.
Sélectionné en sixième position par les Bulls, Coby White n’était, lui, pas dans le 5 majeur de Chicago cette nuit. Mais l’ex meneur de Tar Heels a été éblouissant et a joué plus de minutes que Tomas Satoransky pour terminer avec 17 points et 7 assists en 27 minutes.

 

Les bonnes surprises

Avec une présaison pareille, Tyler Herro n’est plus vraiment une surprise, mais il fallait attendre de voir ce que l’arrière du Heat allait donnait dans un match à l’intensité NBA. Et force est de constater que le gamin vaut le coup d’œil. Et si Jimmy Butler s’est récemment déclaré impressionné par Herro, on comprends pourquoi. Face à Memphis, l’ancien de Kentucky termine avec 18 points et 8 passes, pas mal pour numéro 13 de draft.
Lui aussi vient des Wildcats, lui aussi a crevé l’écran dès son premier match NBA : PJ Washington. Une prestation tout simplement stratosphérique qui lui permet de devenir le premier rookie de l’histoire à inscrire plus de 5 shoots du parking (7/11 exactement) pour son premier match. Avec 27 points et 4 rebonds, l’intérieur aura été le fer de lance des Hornets pour une victoire sur le fil face aux Bulls (126-125).
Premier joueur japonais drafté en NBA, Rui Hachimura risque d’attirer les foules. Pas seulement pour sa nationalité, mais pour ses qualités balle en main. Pour ses débuts dans la Grande Ligue, l’ailier-fort a tout simplement signé son premier double-double (en 25min sur le parquet) lors de la défaite des Wizards face aux Mavs de Luka Doncic.

 

Ils devront faire mieux

Respectivement numéros 5 et 6 de la draft, Darius Garland et Jarrett Culver n’auront pas vraiment brillé pour leur premières sorties sous un jersey NBA. Associé à Collin Sexton dans le back-court des Cavaliers, Garland n’a pas su s’extraire du marasme ambiant qui règne dans l’Ohio. Avec seulement 8 points (mais tout de même 5 passes) en 31min de jeu, il n’a pas vraiment su hausser son niveau de jeu. Dans une équipe qui se destine à tanker toute l’année, il faudra faire mieux pour espérer se montrer.
Pour Culver, la donne est différente, l’équipe tourne bien. et même si les Wolves ont eu besoin des prolongations pour battre les Nets sur leur parquet, Culver n’a pu grappiller qu’une quinzaine de minutes pour se montrer. Et quand on joue au même poste qu’Andrew Wiggins, il vaut mieux profiter de toutes les occasions, ce qu’il n’a pas vraiment su faire avec 40% au shoot (et 0/2 à 3 points)
Dans une moindre mesure, on aurait pu citer également Nickeil Alexander-Walker. Le nouveau venu chez les Pelicans a arrosé l’anneau durant les quelques minutes qu’il a eu et termine avec un difficile 1/10 au shoot. Ses 4 rebonds et 2 passes, viennent cependant un peu sauver sa prestation.
Un pourcentage également atroce pour Cameron Reddish, l’arrière des Hawks et ancien de Duke, n’a inscrit qu’un seul petit lancer-franc en 21 minutes (0/6 au tir). Ses 7 rebonds ne suffiront pas à rendre sa prestation correcte et il faudra faire bien plus à l’avenir pour briller aux côtés de Trae Young.

 

On le sait, la vérité d’un soir n’est pas celle de toujours et tout peut très vite bouger en NBA, surtout quand il s’agit de rookies. Qu’ils aient brillé ou non, ne conditionnera pas leur saison et chacun aura largement le temps de progresser. Tout au long de la saison, WeSport vous proposera d’ailleurs quelques bilans des prestations de ces jeunes joueurs.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here