Football

Sans briller, le PSG s’impose face à Lens et met la pression sur Lille

Après la défaite concédée face à Manchester City mercredi, le PSG se devait de réagir face à Lens à l’heure où la course au titre fait rage en Ligue 1. Résultat, mission réussie pour Marquinhos et les siens qui s’imposent (2-1) et reprennent provisoirement la tête du championnat.

En attendant le match de Lille face à Nice ce soir (21h), une réaction est attendue de la part du PSG cet après-midi face à Lens, quelques jours après sa défaite face à Manchester City. Au coup d’envoi, Mauricio Pochettino opère à une large rotation en vue du match retour à Manchester mardi. Outre la mise au repos de Kylian Mbappé, légèrement touché au mollet, Marco Verratti, Leandro Paredes, Alessandro Florenzi ou encore Angel Di María débutent sur le banc. Côté lensois, Jean-Louis Leca et Loïc Badé manquent à l’appel, l’occasion pour le jeune gardien vénézuélien Wuilker Faríñez de fêter sa première titularisation en Ligue 1.

Neymar n’en demandait pas tant

Dans la lignée de la seconde période face à Manchester City mercredi, le PSG tarde à se mettre en ordre de marche. Si la première étincelle survient dès la sixième minute suite à un beau débordement de Neymar côté gauche, pas de véritable frayeur pour Wuilker Faríñez dans la première demi-heure. Face à un bloc lensois compact, Mauro Icardi et les siens ne parviennent pas à accélérer. Seule une tête de Danilo Pereira sur coup de pied arrêté oblige le portier lensois Wuilker Faríñez à s’employer (23e). En face, plus que jamais en course à la cinquième place après le nul concédé par l’OM face à Strasbourg hier, les Artésiens ne se montrent que très peu ambitieux. Pire, à la demi-heure, la grosse erreur de relance du défenseur argentin Facundo Medina offre l’ouverture du score sur un plateau à Neymar (1-0, 33e).

Les Lensois peuvent nourrir des regrets

Comme un déclic, le but parisien sonne la révolte lensoise. Très bas à l’entame, les hommes de Franck Haise décident enfin d’aller chercher les Parisiens dès la relance. Malgré un dernier quart d’heure de très bonne facture ponctué par plusieurs grosses occasions pour Jonathan Clauss (43e) et Seko Fofana (45e), le Racing ne parvient pas à recoller et peut s’en vouloir. L’embellie se poursuit en seconde période. Ignatius Ganago manque une nouvelle occasion d’égaliser avant la punition. Plein de sang-froid et alors que ses coéquipiers ne voient plus le jour depuis quelques minutes, Marquinhos catapulte un corner de Neymar dans les buts lensois (2-0, 59e). Une nouvelle fois crucifiés, les Lensois n’en démordent pas, au contraire. Sur le coup d’envoi, après une reprise manquée d’Arnaud Kalimuendo, Ignatus Ganago remet son équipe dans la partie (2-1, 61e). À l’expérience, les Parisiens gèrent la fin de rencontre et assurent l’essentiel. Les Lensois, eux, peuvent s’en vouloir. En cas de victoire à Bordeaux demain, le Stade rennais aura l’occasion de s’emparer de la cinquième place.

 

Crédit image en une : RMC Sport

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire