Serie A : les tops et les flops de la première partie de saison ?

0
Ligue 1

Comme en Ligue 1, c’est la trêve de l’autre côté des Alpes. Dans une Serie A qui reprend des couleurs après des années de vache maigre, quelles sont les forces en présence ? Les tops et les flops ? Réponse un Spritz à la main, et le catenaccio au cœur.



Le phénomène Ronaldo

Crédit photo : juventus.com

Cristiano Ronaldo n’est pas un homme à regarder la Coupe du Monde de football dans son canapé sans avoir tapé 20km en fractionnée dans la matinée avec le fiston, ou passé quelques heures dans sa machine anti-gravitationnelle. Surtout, il n’est pas du genre à laisser une demie-finale du tournoi mondial éclipser sa majesté. Ainsi, quelques heures avant le France-Belgique resté dans les mémoires, le Portugais annonçait son transfert en direction de la Juventus Turin. Un changement d’échelle.

Pour le joueur d’abord : quadruple vainqueur de la Ligue des Champions avec le Real Madrid et double champion d’Espagne, il n’y avait pas d’autre club à la mesure de celui-là pour Cristiano Ronaldo. S’il devait partir, c’était pour un club, prestigieux bien sûr, mais sans l’aura blanche de la maison merengue. Les institutions capables, économiquement et sportivement, de le faire venir se comptent sur les doigts d’une main ; la Juventus fait partie de celles-là. Dans une Serie A toujours convalescente des années de crise qui ont ravagé son modèle économique et donc sa compétitivité sur le plan européen, la Vieille Dame fait office d’exception en s’offrant 7 championnats d’affilée, et, surtout, 2 finales de Ligue des Champions, malheureuses. Satisfait des conditions salariales gigantesques qui lui étaient offertes, CR7 n’a pas dû bouder son plaisir à l’idée que son auguste présence redore le blason entier d’un championnat jadis considéré comme le plus relevé. La Juventus n’avait pas compté dans ses rangs un joueur du calibre du Portugais depuis des lustres.

Sur le plan sportif, il faut dire que le pari est réussi pour lui. Meilleur buteur de la compétition à la trêve, il lui aura fallu attendre son quatrième match de Serie A pour ouvrir son compteur d’un doublé contre Sassuolo. Depuis, il en est à 14 pions et 5 caviars en championnat. Surtout, il y a cette impression inchangée de puissance, d’efficacité qui ont fait sa réussite partout où il est passé.

Sur le plan économique, le transfert de CR7 n’a pas tardé à être une bonne opération. Le lendemain de l’annonce de sa signature à la Vecchia Signora, 520000 maillots s’étaient écoulés, pour un montant estimé à 54,6 millions d’euros.

Opposés à l’Atletico Madrid en huitième de finale de la Ligue des Champions, les Bianconeri sauront en mars si le transfert de Cristiano Ronaldo leur aura permis de passer le cap sur lequel ils échouent depuis si longtemps.

La révélation Piatek

Crédit photo : Yahoo Sports

Arrivé de Cracovie cet été, on considérait drôlement la recrue polonaise du Genoa, arrivé pour 4 millions d’euros. Un recrutement aux allures de Football Manager pour celui qui avait tout même enfilé 21 perles en 36 matchs d’Ekstraklasa la saison passée. 19 matchs plus tard, il faut bien avouer que l’attaquant polonais a donné raison au club ligure. Celui qui n’est qu’à une unité de l’actuel Capocannoniere CR7, avec 13 buts, est la résurgence d’un type d’attaquant adoré par la Serie A. Issu d’un même bois que celui dont étaient faits Trézéguet ou Inzaghi, il est le renard des surfaces 2.0, le numéro 9 ultime.

Un profil qu’on croyait dépassé, repoussé aux calendes par des profils plus soyeux ou plus travailleurs. Au contraire, son efficacité démente fait l’envie de clubs à la réputation moins modeste que le Genoa : le Real Madrid et l’AC Milan l’auraient dans leurs tablettes.


Quagliarella, l’immarcescible patator

On a peut-être trop longtemps réduit Fabio Quagliarella à sa frappe de balle exceptionnelle et ses buts spectaculaires en dehors de la surface. C’était oublié que le bonhomme possède une technique balle au pied et une explosivité qui ont fait de lui un proto-9 1/2 italien un peu typique.

A la Samp, il vient de prolonger d’une année supplémentaire, le club ligure s’assure donc de la présence de son attaquant vedette jusqu’en 2020. Il faut dire que les performances du bonhomme dans le club qui l’a révélé au Calcio sont encore d’une haute tenue. A la trêve, il est le troisième meilleur buteur du championnat avec 12 ficelles et 5 bonbons.

Parmi ses dix réalisations, on retiendra, probablement, celle réussie contre son ancien club de Naples, la ville qui l’a vue naitre. Une Madjer aérienne et décisive qui parachève un match complet de la Samp, venue à bout 3-0 de l’équipe d’Ancelotti.

Classée 7è, la Samp est à 3 points de la 4è place détenue par la Lazio. Ce sont pour l’instant ses résultats contre les cadors de la Serie A qui empêchent les Ligures d’y figurer mieux : ils ont perdu contre toutes les équipes du top 6 à l’exception, donc du Napoli, et de la Lazio (2-2).

Sos Roma

On avait quitté la Roma l’an passé en demi-finale de Ligue des Champions avec un jeu séduisant et efficace. Troisième du dernier exercice, on attendait que l’équipe de Di Francesco confirme les espoirs qu’on avait placé en elle pour bousculer la hiérarchie Juve-Napoli qui s’est, doucement mais sûrement, mise en place ces dernières années.

Las ! On ne reconnait plus la Louve. Pris d’une crise d’esthétisme, elle a fait son marché du côté de Paris et a recruté Javier Pastore pour 24M€ et 5 ans. Hélas, pour soyeux que soit le milieu de terrain argentin, il n’en demeure pas moins fragile. Incapable d’enchainer les bons matchs, il a déjà manqué 10 matchs de son équipe sur blessure. Quand il est sur pied, il n’est pas toujours titulaire.

La défense centrale aussi est à la peine. Si Manolas fait ce qu’il peut et maintient son niveau de forme de l’an passé, son compère Fazio semble marquer le pas et coûte des points à son équipe. Heureusement, l’équipe peut compter sur Olsen, le remplaçant d’Alison parti pour Liverpool. Le suédois enchaîne les bons matchs.

La Serie A reprend ses droits le 19 janvier prochain avec, en lever de rideau, Roma-Torino, Udinese-Parme, et Inter Sassuolo.



Crédit photo : Gazetta Dello Sport

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here