Biathlon

Sprint: un podium Bø, Blanc, Rouge

Hier soir, nous nous étions quitté sur une passe d’armes qui annonçait beaucoup de tension et de bataille pour la suite de la saison. Et à la suite de ce sprint, c’est bien Johannes Bø qui creuse l’écart au classement des bouquets, avec une quatrième victoire depuis le début de la saison, laissant Martin Fourcade

Hier soir, nous nous étions quitté sur une passe d’armes qui annonçait beaucoup de tension et de bataille pour la suite de la saison. Et à la suite de ce sprint, c’est bien Johannes Bø qui creuse l’écart au classement des bouquets, avec une quatrième victoire depuis le début de la saison, laissant Martin Fourcade en dauphin sur le podium. Mais c’est une énorme et belle surprise qui a mis tous les projecteurs sur elle et qui nous a fait fantastiquement vibré.

Bøs’ 5, Fourcade 1. Les mots-chocs de la veille ne lui auront pas permis d’inverser la tendance. En effet, comme depuis le début de la saison, moins une course, Martin Fourcade a trouvé plus fort que lui et comme d’habitude, il s’agit d’un Norvégien et comme d’habitude, il s’agit d’un Bø. Et pour la quatrième fois, c’est Johannes qui a fait des misères au Français, aujourd’hui, lors du sprint au Grand-Bornand. Et il n’y a de nouveau pas eu photo, puisque, étant tous les deux auteurs d’un 10/10, le Norvégien a volé sur les skis, alors que son adversaire a baissé de rythme au fur et à mesure, notamment dans le dernier tour, où il a perdu un peu plus de 8″. Il en concédera 21 sur la ligne. Une mauvaise nouvelle pour la poursuite de demain. Fourcade admettra à l’arrivée, tout comme ses entraîneurs, qu’il n’est toujours pas à 100%. Cependant, il ne s’attendait pas à voir un Johannes Bø à ce niveau actuellement et se demande si son rival tiendra longtemps à ce rythme.

Mais malgré ce nouvel affrontement entre les deux meilleurs biathlètes du Monde actuels, tous les regards ont rapidement convergé en fin de course, vers le dossard 88, celui d’Antonin Guigonnat. Le biathlète du Chablais, lui aussi auteur d’un sans-faute comme près de la moitié des partants – les conditions de tir étaient bonnes, ce qui a rendu la course agréable sur un circuit exigeant – a réussi à se classer parmi les meilleurs dès le couché et à se battre jusqu’au bout pour le podium suite à ses autres cinq cibles blanchies au debout. Devançant Simon Schempp de 8″ à la sortie du pas de tir, troisième provisoire au finish, celui qui revenait dans le groupe Coupe du Monde à la place d’Emilien Jacquelin, après deux victoires en IBU Cup, la seconde division de compétition,  a tout donné dans son dernier tour, poussé par un public en délire pour s’offrir à 27 ans un énorme coup. Le temps de s’arrêter, de souffler, de se retourner, de regarder le panneau des résultats, de bien le lire une deuxième fois puis de réaliser, il finit par lever les bras, les skis dans ses mains, face une tribune en liesse totale et un Martin Fourcade guère moins heureux.

Car oui, cette troisième place a bien un goût de victoire pour celui qui ne comptait que dix départs non-concluants en Coupe du Monde pour une 35è place comme meilleur résultat. Malgré tout, le Haut-Savoyard ne se rendait pas vraiment compte de ce qu’il venait de faire. Comme devant les micros où il expliqua tranquillement sa course et son parcours fait d’allers-retours en Coupe du Monde tout en n’arrivant pas à prendre conscience de ce qu’il venait d’accomplir. Même sur le podium, le gaillard semblait toujours ne pas croire qu’il était aux côtés des deux plus grands biathlètes du moment. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, il n’était pas deux à la cérémonie des fleurs, mais trois, puisque comme vous le savez, les six premiers de chaque course ont droit à leur protocole. En effet, Jean-Guillaume Beatrix s’est hissé à la cinquième place et a donc pu partager la joie de ses copains.

jpg (19)

Jean-Guillaume Béatrix et Antonin Guigonnat savourent leurs performances (crédit photo: IBU)

Les Bleus sont donc idéalement placés pour la poursuite qui aura lieu demain. Elle sera précédée de celles des femmes où Anastasiya Kuzmina, vainqueur hier, s’élancera en tête devant la déjà de retour Laur Dahlmeier et la revenante Vita Semenreko qui avait réalisé une saison 2016 – 2017 quasi-blanche à cause de problèmes récurrents au dos. L’ambiance devrait à nouveau être au rendez-vous et vu celle qui régnait déjà à l’issue de la course, on peut déjà pronostiquer que la nuit sera longue… Et ce n’est que le début…



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Praesent libero justo risus. ut libero. ipsum ipsum