The Anfield Chronicles, épisode 3

0
Ligue 1

Supporter des Reds depuis 20 ans et présent régulièrement à Anfield depuis 2014 (10-12 matchs par saison en moyenne, en fonction du parcours dans les Coupes), mon but avec cette rubrique est simplement de partager et faire découvrir ce stade mythique et son ambiance magique, au travers de mes voyages répétés la bas et d’anecdotes pour rythmer une saison qui s’annonce grandiose pour le Liverpool Football Club. Bon voyage !

S’il fallait résumer le début de saison de Liverpool en un mot, ce serait probablement “historique” ! 4 belles victoires avant la coupure internationale, une reprise réussie sur la pelouse de Tottenham avec un milieu de terrain Wijnaldum, Milner, Keita qui a étouffé les Spurs, un succès acquis certes à l’arrachée mais avec plein de maîtrise à Anfield face au PSG pour le retour de la Champions League, puis une nouvelle victoire plus tranquille face à Southampton et les Reds ont tout simplement aligné 7 victoires en autant de rencontres toutes compétitions confondues ; du jamais vue en 126 ans à Liverpool !

Des succès acquis de différentes façons, parfois grâce à leur attaque de feu, parfois par la solidité de la défense mais aussi bien souvent par la pression que met le milieu de terrain sur l’adversaire. Wijnaldum et Milner sont peut être les meilleurs Reds en ce début de saison, leurs performances matchs après matchs sont monstrueuses. La densité et l’intensité qu’ils mettent au milieu gêne toutes les autres équipes, le PSG  a eu bien du mal à leur répondre, d’autant que Jordan Henderson était également excellent dans son anticipation et ses interventions. L’ensemble de la défense des Reds a fière allure, avec un duo Van Dijk / Gomez étincelant et des latéraux qui continuent de confirmer les immenses qualités qui leur ont permis de devenir titulaire la saison dernière. Tout ça à permit aux Reds de faire le plein de confiance avant d’aborder la suite, avec notamment 2 gros chocs en Premier League, à Chelsea puis face à Manchester City, entrecoupée d’un déplacement à Naples en Champions League et de la réception de Chelsea en League Cup !

Coupe de la Ligue, osef ou pas ?

 

La League Cup … Cette compétition continue de subir les critiques chaque année, comme en France, rappelant son inutilité si ce n’est charger encore plus un calendrier déjà conséquent. J’entend et comprend ces critiques, mais je ne pourrais pas critiquer cette compétition, sans laquelle je n’aurais jamais été à Anfield aussi souvent que je l’ai été jusqu’ici. Le système de vente de place à Liverpool donne priorité aux supporters qui étaient le plus souvent au stade la saison précédente. Généralement, les ventes de places pour la Premier League débutent pour les abonnées, puis les membres qui ont fait au moins 13 matchs de la saison d’avant, ensuite il y a une mise en vente “locale” avec comme seule condition d’avoir une adresse postale à Liverpool pour pouvoir accéder au vente, et enfin les tickets restant, peu nombreux, sont disponible au grand public, avec une priorité pour ceux qui ont fait 4 matchs la saison précédente si c’est une grosse affiche, comme par exemple Manchester City dans 2 semaines.

Le système est similaire pour les coupes nationales, mais avec parfois des affiches déséquilibrées contre des clubs de 2ème ou 3ème division, beaucoup de membres préfèrent ne pas s’y rendre et leurs places deviennent disponibles à la vente. C’est ainsi que j’ai pu récupérer une place pour Liverpool – Notts County en août 2013, à peine 1 mois après mon arrivée en Angleterre. Depuis, je n’ai manqué qu’un seul match de League Cup à Anfield : la 1/2 finale 2016 gagnée aux tirs aux buts face à Stoke City !

 

J’ai néanmoins vécu de grands moments dans cette coupe, comme la plus longue séance de tirs aux buts de l’histoire de l’épreuve (LFC – Middlesbrough en 2014 pour une victoire 14-13 des Reds), ou bien quand Ben Woodburn est devenu le plus jeune buteur de l’histoire du club lorsqu’il a marqué face à Leeds en novembre 2016, ou encore les 1/2 finales face à Chelsea (2014) et Southampton (2017), ainsi qu’un trip à Wembley pour la finale 2016, hélas perdue aux tirs aux buts face à Manchester City. Du coup difficile pour moi d’être trop critique envers ce tournoi. Après tout, Liverpool reste de loin de recordman de victoires dans l’épreuve, avec 8 trophées !

Finale 2016 à Wembley

 

Revenons à nos moutons, LFC – Chelsea donc mercredi soir à Anfield (à guichet fermé malgré tout) et les 2 entraîneurs ont décidé d’aligner des 11 largement remaniés. Peut être un poil trop car si Chelsea a laisse Azpilicueta, Alonso, Pedro et Hazard hors du 11, l’ensemble a quand même encore fière allure avec les Fabregas, Morata ou Kovacic, sans parler du gardien Willy Caballero, véritable bête noire de Liverpool. En face Klopp a décidé d’aligner ce qui était notre défense titulaire il y a 2 ans, celle qui faisait plus trembler ses propres fans que les attaques adverses : Mignolet dans les buts, Clyne, Lovren, Matip et Alberto Moreno !

 

Des changements … trop de changements …

4 d’entre aux jouaient leurs premières minutes de la saison ce mercredi soir, seul Matip avait déjà joué (et marqué contre Southampton). Ajoutez à ça la toute première titularisation de Fabinho juste devant eux et ça rendait l’ensemble très incertain et Chelsea l’a vite compris, avec de bonnes incursions et pas mal de passages sur le côté de Moreno, spécialiste pour laisser un boulevard dans son dos …  La réplique se fait par Naby Keita, irevoltant au mileu tandis que Sturridge, Mané et Shaqiri peinent à combiner ensemble et proposent assez peu de solutions au porteur de balle. 0-0 à la pause avec Sturridge qui manque une belle opportunité juste avant la pause … mais ce n’est rien comparé à celle qu’il va gâcher dés la reprise ! Profitant d’une bien mauvaise passe en retrait de la défense, Sturridge se retrouve en un contre un, exercice dans lequel il excelle, face à Caballero.”Studge” efface le portier avant de manquer le cadre devant le but vide !

Ceci dit Liverpool est bien plus actif et énergique dans cette 2ème période et Chelsea souffre pour ressortir les ballons proprement. Mané voit lui aussi une bonne opportunité déviée en corner par Caballero, mais ce dernier ne peut que repousser la frappe puissance de Keita, qui finie dans les pieds de Sturridge pour un but acrobatique de toute beauté ! 1-0 juste avant l’heure de jeu, le plus dur semble être fait mais les changements de Sarri vont renverser le match. Les entrées de Kante puis David Luiz vont totalement inversé la tendance, le Français comme le Brésilien se montrant intraitables à la récupération pour le 1er et pour tout prendre de la tête concernant le second. Liverpool n’arrive plus à enchaîner les passes et s’expose au danger permanent.

 

Un coup franc obtenu près de la ligne de touche va permettre aux Londoniens d’égaliser par Emerson à la 79ème minute … un but entaché d’une position de hors jeux de 2 joueurs de Chelsea au départ du ballon. L’arbitre vérifie avec l’aide de la VAR … mais valide malgré tout le but ! Bon … Hélas Chelsea est dans une période faste et termine le match en trombe. Si l’égalsation est contestable, le but en solo d’Eden Hazard est irréprochable. Son slalom entre les 4 plots côté gauche (hello Moreno), conclu par une frappe croisée puissance qui trompe Mignolet, son partenaire en sélection, est une vraie merveille qui va en plus miner le moral des Reds, qui n’arriveront à rien malgré l’entrée tardive de Salah.

Que d’affiches encore !

 

Pas de grand 8 pour Liverpool, qui bloque à 7 victoires consécutives et est déjà éliminé d’une coupe, mais les prochaines échéances sont évidemment bien plus importantes avec de nouveau Chelsea aujourd’hui et Manchester City le weekend prochain. En cas de bons résultats sur ces 2 matchs, Liverpool confirmerait que cette saison pourrait bien être très très spéciale. Tant que Moreno ne rejoue pas …

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here