The Anfield chronicles, épisode 7

0
Ligue 1

Supporter des Reds depuis 20 ans et présent régulièrement à Anfield depuis 2014 (10-12 matchs par saison en moyenne, en fonction du parcours dans les Coupes), mon but avec cette rubrique est simplement de partager et faire découvrir ce stade mythique et son ambiance magique, au travers de mes voyages répétés la bas et d’anecdotes pour rythmer une saison qui s’annonce grandiose pour le Liverpool Football Club. Bon voyage !

C’était le match le plus attendu de ce début d’année 2019. Le déplacement de Liverpool, en tête de la Premier League, sur le terrain du Champion en titre Manchester City sentait bon la passation de pouvoir en cas de succès des Reds, qui auraient mis leur principal rival à 10 pts. Une affiche prestigieuse, devenue pratiquement un classique en 2018 après les fabuleux succès des hommes de Klopp aussi bien en championnat qu’en Champions League, mais aussi un possible tournant de la saison pour les 2 équipes, sans oublier Tottenham en embuscade.

Des Spurs qui avaient fait le travail avec un succès assez aisé 3-0 à Cardiff qui leur a permis de se hisser à la 2ème place du championnat et mettre la pression sur les 2 principaux favoris au titre. Du côté de City, la défaite n’était même pas envisageable sous peine de voir les rêves de nouveau titre doucement partir en fumée. Alors les hommes de Guardiola démarrent à fond, obligeant les Reds à rester acculer dans leurs 30 derniers mètres et envoyer des relances hasardeuses pour se donner de l’air face à pressing haut des Citizens. Van Dijk veille au grain et repousse plusieurs fois le danger puis Liverpool trouve des espaces au fil des minutes pour procéder en contre attaque.

 

Poteau, Goal Line Technology, Aguero … 

 

Un premier tournant dans ce match intervient quand l’une de ces contre attaque arrive sur Sadio Mané, qui trouve le poteau avant que Stones ne dégage la balle sur son gardien. Le cuir prend alors le chemin du but mais Stones réalise un sauvetage exceptionnel à l’ultime seconde, comme le prouvera ensuite le ralenti de la Goal Line Technologie, ou l’on se rend compte qu’on est passé à quelques millimètres de voir les Reds ouvrir le score ! Cet honneur sera réservé aux locaux, après un superbe mouvement ou Liverpool est plus spectateur qu’autre chose, notamment Lovren qui laisse beaucoup d’espace à Aguero, qui ne se fait pas prier pour, comme à chaque fois, marquer face aux Reds à l’Etihad !

 

 

1-0 à la pause mais pas de quoi freiner Liverpool, qui démarre la 2ème période avec plus de possessions et de la patience pour développer les attaques au lieu de balancer devant et ça paye, avec un but absolument superbe de patience et de collectif, ou la balle circule d’un côté à l’autre pour créer des décalages et le centre d’Alexander Arnold trouve Robertson au second poteau qui remise plein axe pour Firmino qui pousse la balle de la tête dans le but vide ! Une réalisation aussi importante que brillante mais la joie sera de courte durée car Leroy Sané remet les siens devant d’une frappe croisée limpide. Liverpool passe alors les dernières minutes à tout tenter pour revenir, avec les entrées de Sturridge et Shaqiri et cette fois moins de patience pour construire. City procède par contre attaque et il faut un excellent Alisson pour stopper Aguero ainsi que de la chance pour que Sterling loupe le cadre après que Lovren lui ait mis un caviar plein axe !

2-1 au final, les Reds quittent l’Etihad en perdant leur invincibilité, tout comme City avait quitté Anfield il y a quasiment un an jour pour jour en ayant perdu son invincibilité. Reds, Citizens et Spurs se tiennent en 6 pts et vont nous offrir un suspense haletant jusqu’au bout. Même si le départ prochain de Son pour l’Asian Cup pourrait pénaliser Tottenham.

Avant cela, il fallait gérer l’entrée en lice en FA Cup et Klopp a immédiatement prévenu qu’avec l’énorme calendrier de décembre et le peu de repos octroyer aux joueurs, cette rencontre allait servir à faire souffler les plus impliqués d’entre eux. Mais là ou Tottenham et Manchester City ont eu le luxe d’affronter des équipes de divisions inférieures, pour des victoires similaires sur le score propre et sans appel de 7-0, les Reds avaient la difficile tâche de se rendre chez une équipe en forme de Premier League : Wolverhampton.

 

Trip à Wolverhampton en FA Cup !

 

Les Wolves viennent de retrouver l’élite mais surprennent par leur excellente assise défensive, déjà évoquée dans le dernier article. Au moment de recevoir Liverpool lundi soir, ils pouvaient même garder une grande partie de leurs titulaires puisque leur prochain match ne sera que lundi … contre Manchester City, tandis que les hommes de Jurgen Klopp joueront ce samedi à Brighton. Du coup, l’Allemand fait tourner et bricole : Mignolet est dans les buts, Moreno à gauche, le jeune Camacho à droite vu que Nathaniel Clyne a été transféré juste avant à Bournemouth, tandis que l’axe est confié à Lovren et Fabinho. Hélas, après 4 mins de jeu, Lovren se blesse et doit céder sa place. Sur le banc, le seul défenseur s’appelle Ki-Jana Hoever, un Hollandais qui fêtera ses 17 ans le 18 janvier ! Il devient le 3ème plus jeune joueur à disputer un match sous les couleurs des Reds en FA Cup.

 

 

Première pour Hoever mais également première pour moi, qui habite à 20mins de train de Wolverhampton mais n’y avait jamais mis les pieds. Avec une place déniché par un collègue fan des Wolves, me voici en plein milieu des fans locaux, tentant de ne pas trop réagir aux actions des Reds. La 1ère mi-temps est assez triste avec du déchet technique des 2 côtés. Les fans des Wolves alternent insultes à Liverpool et chants pour leurs joueurs, reprenant le fameux chant de West Ham pour Payet, sans prendre la peine de modifier autre chose que le nom du joueur. Quand West Ham le chantait et comparait Payet à Zidane, ça avait du sens car les 2 sont Français. Comparer Neves à Zidane ? Tout de suite moins impressionnant.

Bref, passons sur l’inculture géographique de la troupe (“P***** de Geordies” balancé à des Scousers, fallait oser) et revenons sur ce pauvre match. James Milner, obligé de jouer plus reculé pour sécuriser une défense Hoever-Fabinho improbable, commet une erreur dans le rond central qui se transforme en contre attaque des locaux pour une ouverture du score logique. Les Reds, trop timorées en sans rythme, avec les habituels leaders techniques dans un mauvais soir à l’image de Shaqiri, peine à répliquer même s’il ne faut pas longtemps après la pause pour que Divock Origi n’égalise d’une frappe sèche du gauche, après une première tentative de James Milner repoussée par la défense. Une égalisation heureuse mais derrière plus grand chose. Wolverhampton reprend l’ascendant et les fans poussent de plus en plus. Laissé totalement seul à 25 bons mètres, Neves remet les siens en tête d’une frappe puissance et travaillée dont il a le secret. Il en a inscrit une bonne demie douzaine de la sorte en 2ème division l’année précédente pour aider les Wolves à remonter. Liverpool était prévenu.

Malgré un coup franc de Shaqiri détourné du bout du bout des doigts sur son poteau par John Ruddy et les entrées de Salah puis Firmino, les Reds s’inclinent finalement 2-1 et sortent de la compétition, au terme d’une prestation plus que moyenne ou peu ont brillé. Sturridge était invisible, Keita trop timide et Shaqiri bien trop brouillon. Au final les jeunes sont ceux qui se sont le plus montré. L’élimination en réjouira certains, car ça donnera plus de repos aux joueurs pendant que les autres équipes disputeront d’autres tours. Une approche qui n’a jamais été la mienne et qui laisse penser qu’on aurait moins confiance dans la profondeur de notre équipe que ce qu’on pensait à la base, mais que je peux malgré tout entendre, surtout cette saison ou l’objectif principal, encore plus maintenant vu le classement, est ce maudit Championnat qui nous échappe depuis maintenant 29 ans.

 

 

Parlant de malédiction, la mienne avec la FA Cup se poursuit : 3 fois que j’assiste à un match des Reds dans cette compétition, aucune victoire : 0-0 contre West Ham, 2-3 l’an dernier à Anfield contre West Bromwich et maintenant Wolverhampton. Les équipes en W en FA Cup, va falloir éviter maintenant … Pour revenir à nos moutons, si Klopp et ses hommes estiment que ne pas jouer la Cup peut les aider à mieux aborder le Championnat, qu’il en soit ainsi, mais en cas de mauvaise surprise, il n’y aura plus rien à jouer en fin de saison. A moins d’être encore en Champions League si on ne décide pas de passer outre pour se reposer encore plus ? Je suis moqueur mais toujours est il que nos principaux rivaux ont rejoués entre temps pour les 1/2 finales de la League Cup et n’ont pas sembler souffrir de l’accumulation des matchs, City explosant Burton 9-0 !!

 

Tout pour la Premier League maintenant !

 

Bref, avec les coupes hors du chemin, les Reds n’ont tout simplement plus le droit à l’erreur s’ils ne veulent pas gâcher leur excellente saison jusqu’ici. Il faut immédiatement repartir de l’avant en allant chercher les 3 pts à Brighton, malgré les absences en défense (Lovren, Gomez et Matip tous outs, tout comme Henderson au milieu). La saison dernière, avec déjà des absents en défense, Liverpool s’était présenté à Brighton avec une charnière à 3 composée de Lovren, Emre Can et Wijnaldum … pour une victoire 5-1. Bis repetita aujourd’hui ?

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here