Basketball

The Decision #2 : l’été de LeBron.

Cleveland, 1er Juillet 2018. L’Ohio, les États-Unis, le monde et la planète Basket retiennent leur souffle. LeBron R. James, le King, The Chosen One, s’apprête à faire part de sa décision sur son avenir. Restera-t-il ? Partira-t-il ? Si oui, où ? En ce jour d’été 2018, la NBA se prépare à la Décision qui marquera ses prochaines années. Retour sur le dossier “LeBron, agent libre.”

Cleveland, les raisons du divorce. 

 

L’histoire du King est étroitement liée à Cleveland, lui qui a su briser la malédiction sportive de la ville de l’Ohio pour ramener un titre au terme d’un scénario hollywoodien. LeBron vient d’Akron, une ville du même état, et a été drafté par les Cavs lors de la Draft 2003, draft mythique s’il en est. Très vite dominant, LeBron n’a cependant jamais été vraiment entouré dans cette équipe des Cavs, si l’on fait abstraction d’un Shaq vieillissant. Et dans une ligue où de grosses équipes comme les Spurs de Duncan, les Lakers de Kobe ou encore à l’époque les Pistons des frères Wallace, difficile de s’imposer quand on est jeune et seul. Or, LeBron est un gagnant. Il n’aime pas la défaite, et est déjà sur les traces du « fantôme de Chicago ». D’où son départ à Miami, où il sera entouré de meilleurs joueurs, notamment son camarade de draft, Dwyane Wade. Quelques saisons et deux titres plus tard, LeBron James s’est enfin imposé comme meilleur joueur de la ligue, et concurrent potentiel à Kareem et Mike dans la course au GOAT.

De retour à Cleveland, LeBron a une promesse à tenir, celle de ramener un titre dans l’Ohio. Et ça sera chose faite un jour de juin 2016, aux côtés d’un jeune meneur déjà très serieux, un dénommé Irving. Depuis, Kevin Durant a rejoint les Warriors et certaines équipes de l’Est se dotent de monstres en devenir, telles Milwaukee et sa bande de Freaks, Boston et ses jeunes, rejoints par Kyrie Irving, ou encore Philadelphie et son Process. La concurrence est plus dure, à l’Est comme à l’Ouest, et LeBron prend de l’âge. Non pas que cela ait un quelconque impact sur son jeu, étant donné qu’il mériterait le titre de MVP chaque année. Néanmoins, le but de LeBron, la seule chose qui l’éloigne encore un peu de Jordan, est sa quête de titres. Or, les Cavs se sont considérablement affaiblis. Plus de Kyrie, un Kevin Love en demi-teinte, et une floppée de joueurs soit dépassés (J.R Smith en est le parfait exemple), soit trop faibles pour appartenir à une équipe visant le titre (Jordan Clarkson, George Hill ou Jeff Green pour ne citer qu’eux.) On l’a vu lors de ces Playoffs, les Cavs aurait probablement perdu face aux Pacers en 5 matchs sans LeBron. Auraient-ils seuleument atteint les Playoffs sans lui ? Probablement pas. À partir de là, impossible, même avec le meilleur joueur du monde, de penser battre l’une des meilleures équipes de l’histoire.

Or, LeBron est agent libre cet été, ce qui indique qu’il peut choisir d’aller n’importe où, étant donné que chaque franchise serait prête à n’importe quel sacrifice pour avoir LeBron. À partir de là, difficile de croire que le King restera dans l’Ohio, alors qu’il peut viser le titre à court ou long terme dans d’autres franchises. Le seul espoir des Cavs serait d’utiliser le pick de la prochaine draft pour tenter d’avoir un jeune talentueux aux côtés de LeBron, mais ça parait compliqué et pas dans les plans du proprio, Dan Gilbert, qui estime pouvoir construire une équipe contender sans LeBron (que voulez-vous, on ne naît pas tous avec les mêmes capacités intellectuelles..). Ceci dit, un autre argument qui redonnerait de l’espoir aux fans de la franchise de l’Ohio est l’avis de la famille du King, qui pourrait vouloir rester sur place.

Mais du coup, où irait LeBron ?

Plusieurs opportunités s’offrent donc au King. Outre celle de rester à Cleveland, que nous estimons peu probable, plusieurs équipes se disputent le droit de bénéficier du meilleur joueur du monde. Nous évoquerons rapidement pour vous les cas les plus probables, leurs avantages et inconvénients, avant de donner notre avis coup de cœur.

–       Houston Rockets.

Sur le papier, il s’agit de la plus « flippante ». Voir réunis CP3, Harden et LBJ ? Si ça match bien, il y a possibilité d’orgie offensive tous les soirs, sans parler d’un probable titre. Certains disent aussi qu’il s’agit de l’option la plus probable, cela dit, il reste quelques réserves. Quid du challenge, généralement apprécié par le King ? Quid des records de points de Kareem, difficilement atteignables lorsque l’on partage l’attaque avec Harden ? À voir, donc.

–       Philadephia 76xers.

Encore une possibilité alléchante. Le Process et le King, l’expérience et la jeunesse, Ben Simmons qui apprendrait du meilleur, et la hype déjà omniprésente des Sixers élevée à un niveau sans précédent. Finale assurée, mais titre compliqué, l’inexpérience des Sixers pouvant difficilement inquiéter les Warriors sur le court terme. Et Ben Simmons et LBJ ont beau être des joueurs intelligents, les voir partager la gonfle serait … frustrant.

–       Golden State Warriors.

Ça va être rapide, l’opportunité a été évoquée, mais LeBron perdrait 1. en image, 2. intérêt. Cela n’arrivera jamais, et si jamais cela arrive, on raye le King de toutes les tablettes dans la liste du GOAT.

–       Miami Heat.

Oh que oui. Bien que peu plausible car la quête d’un titre serait compliquée, voir LeBron revenir du côté de South Beach attirerait du monde. Sans oublier que sa famille s’y plaisait, et que son vieil ami Dwyane Wade y joue encore.

–       Los Angeles Lakers.

La « favorite » avec Houston. Une franchise mythique, où les rumeurs d’un LeBron arrivant existent depuis avant même sa draft. Une histoire bourrée de joueurs mythiques, les dépasser ressemblerait à un challenge qu’affectionne le King. Une manière aussi de répondre aux critiques de Kobe en devenant un meileur Laker que lui en quelques minutes de jeu. Les joueurs sont jeunes et talentueux, mais aux oubliettes, les espoirs de titre proche, malgré les déclarations de Lavar Ball. Non Lavar, Lonzo ne rendra pas LBJ meilleur.

–       Oklahoma City Thunder.

La « marrante ». Encore moins probable que les Warriors. Déjà parce qu’un gros Melo squatte 28 millions par saison, ensuite parce que faire joueur ensemble deux leaders comme Russell Westbrook et LeBron James, c’est un titre avec beaucoup de chance, et un mur plus probablement.

Notre coup de coeur : les San Antonio Spurs.

Ma préférée. Parce que LeBron pourrait dès la saison prochaine titiller les Warriors. Parce que, au vu de la tendance dans le Texas, le King pourrait jouer jusqu’à 45 ans. Parce qu’il pourrait enfin jouer sous les ordres d’un coach historique, peut-être le meilleur de l’histoire, en la personne de Gregg Popovich. Parce que les deux se vouent un respect unique. Parce qu’allier le meilleur joueur du monde et le meilleur « two-way player » du monde, Kawhi Leonard, deux joueurs extrêmement intelligents, donne automatiquement envie. Parce qu’un LeBron aux Spurs, ça veut dire LeBron dans un système où sa vision de jeu sera pleinement exploitée et son potentiel défensif pleinement utilisé. Pour toutes ces raisons.

 

Voilà où nous en sommes aujourd’hui. Soyons honnêtes, personne ne connait la destination de LeBron, si ce n’est lui, s’il la connait déjà. Quoi qu’il arrive, on se retrouve le 1erJuillet pour l’annonce de sa décision. D’ici là, profitez de la pub que vont se faire toutes les franchises pour appâter le gros poisson de cette free-agency 2018, et “Long Live the King” !

 



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
ipsum accumsan dolor nunc mattis consequat. dictum Aenean lectus pulvinar Lorem