Thibaut Pinot : une histoire de l’Italie

0
Crédit photo : Reuters
Ligue 1



Thibaut Pinot a remporté, au terme d’une saison prolifique, ce week-end le Tour de Lombardie. Auteur de sa meilleure saison pro, il a été le meilleur français de la saison avec Julian Alaphilippe. Retour en 3 étapes, sur le parcours du Haut-Saônois.

26 mai 2018 : la fièvre au corps

En début de saison, Thibaut Pinot annonce ses ambitions : il veut participer au Giro et au Tour de France. Victorieux de la 20è étape en 2017 devant tous les favoris, il avait échoué au pied du podium à la faveur d’une contre-la-montre, éternel ennemi en grand Tour. Une entrée en matière réussie pour son premier Giro, et le Français vient participer à son second Tour d’Italie pour y faire mieux. Sa préparation est à la mesure de ses ambitions : en avril, il remporte le Tour des Alpes.

Au terme d’une étape entrée dans la légende du Tour transalpin, Pinot se retrouve 3è du Giro 2018 derrière Christopher Froome et Tom Dumoulin. Il ne reste alors que 2 étapes au Franc-Comtois pour conserver sa place sur le podium. Le lendemain, samedi 26 mai, tous ses espoirs sont douchés : il accuse 45 minutes de retard sur Dumoulin et Froome. Parti la fleur au fusil le matin, une vilaine fièvre est venue pourrir l’étape du Français. Pire, il faudra l’admettre à l’hôpital dans la soirée pour soigner une pneumopathie. La déception est immense, la douleur aussi. Il ne pourra pas prendre le départ du prochain Tour de France, et c’est toute sa saison qu’il faut alors remodeler.


14 septembre 2018 : taureau Pinot

Troisième du Tour de Pologne, Thibaut Pinot décide de s’aligner sur la Vuelta qu’il boudait depuis son abandon en 2014. Venu pour gagner des étapes et accrocher un podium, Pinot prend ce grand Tour au sérieux, au contraire de ceux venus y fourbir leur maillot arc-en-ciel. Et si sa première semaine est mitigée, si ce n’est ratée, le Français finit tambour battant. D’abord vainqueur de la 14è étape aux lacs Covadonga en attaquant au meilleur des moments, il a impressionné à Andorre. En disposant d’un Simon Yates, il est vrai, peu intéressé par la victoire d’étape, il a néanmoins été le seul capable de suivre le Britannique ce jour-là dans la montée finale. Il finira cette Vuelta sixième, améliorant son meilleur résultat de 2013. C’est surtout la force de caractère qui aura impressionné durant ces trois semaines. Hors du top 10 avant sa première victoire d’étape, le Franc-Comtois n’a pas lâché, et a continué de se battre pour le résultat qu’on sait. Et c’est pas fini…

Samedi 13 octobre 2018 : Thomas Lombard

Au sein d’une équipe de France all-stars, Thibaut Pinot met son ego de côté à Innsbruck, et effectue un véritable travail de coéquipier pour Romain Bardet dans la montée finale. Il finira 7è en Autriche, avec la satisfaction du travail accompli : Bardet finit deuxième derrière Valverde.

Surtout, il en garde sous la pédale. Son vrai objectif : gagner le dernier monument, le seul qu’il considère à sa portée. Revenir sur les lieux du supplice, et en triompher. Faire de l’Italie, à nouveau, le berceau de la renaissance.

D’abord placé, derrière Valverde, dans les 3 Vallées varésines, il s’impose en solitaire dans le Milan-Turin. Enfin, il dispose de Vincenzo Nibali dans le Civiglio, et gagne en solitaire, à Côme, dans le Tour de Lombardie.

Enfin victorieux dans les courses d’un jour à sa mesure, il est surtout le seul Français vainqueur d’un monument cette année. Il n’est pas interdit de penser que Thibaut Pinot a réalisé sa meilleure saison professionnelle. Il a été capable d’adapter sa saison après le sale coup du Giro, et surtout de rester compétitif.

Surtout, son mental a pu faire la différence et transformer une année qui avait mal commencé, en année faste.



Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here