Throwback : Et LeBron surgit de nul part

Qu’il est long, cet été. On s’extasie sur un gamin de 13 ans qui dunk, on regarde avec nostalgie les highlights de la saison passée, on suit tant bien que mal les vacances de nos stars préférées. La NBA nous manque, les matchs nous manquent, les joueurs nous manquent. En attendant le retour aux choses sérieuses, pourquoi ne pas se remettre en mémoire quelques uns des moments les plus marquants de ces dernières saisons ? Et qui dit moment marquant dit LeBron James. 

19 Juin 2016. Les Warriors, champions en titre, auteurs d’une saison monumentale (73 victoires pour seulement 9 défaites, record All-Time), remettent leur titre en jeu. Steph Curry, premier joueur de l’histoire à être élu MVP à l’unanimité, et toute sa bande, retrouvent les Cavs de LeBron, pour un remake de la finale 2015. Alors que les deux équipes sont à égalité 3 manches partout, c’est à l’Oracle Arena que la décision va se faire. Et alors que tout le monde s’attend à une nouvelle couronne pour les Californiens, ce sont bien les joueurs de l’Ohio qui vont s’imposer. Grâce à un Kyrie Irving très clutch. Mais aussi et surtout grâce à un contre monumental du King. Qui restera à jamais dans les annales. Et dans la tête de ce pauvre Iggy.

Une première mi-temps à l’avantage des locaux

Alors que la tension est à son comble et que le titre de champion NBA se jouera sur un game 7, les Warriors des Splash Brothers semblent serein à l’aube de la rencontre. Curry vient d’être élu pour la deuxième fois consécutive MVP, qui plus est à l’unanimité, Golden State vient de réaliser une saison historique et la défaite quelques jours plus tôt à l’Oracle à servi de leçon: LeBron ne viendra pas gagner une deuxième fois de suite dans la baie d’Oakland. Surtout, Golden State ne veut pas être la première équipe à subir une “remontada”: en effet, aucune équipe n’a remporté le titre après avoir été mené 3 victoires à 1.  Alors que la première période est serrée, ce sont tout de même les champions en titre qui se dégagent, juste avant la pause. Sous l’impulsion d’un Draymond Green impressionnant ce soir là (32pts, 15rbds, 9asts) et grâce au bon apport de Shaun Livingston (8pts), les Warriors vont créer le premier écart de la partie grâce au seul panier du match de Leandro Barbosa (49-42 à la pause). Les Cavs ne sont malgré tout pas loin au tableau d’affichage et s’accrochent, grâce à leur trio Kévin Love (9pts 14rbds au final), LeBron James (27pts, 11rbds, 11asts) Kyrie Irving (26pts, 6rbds). Dans un match assez défensif, la différence se fera donc sur de petits détails.

Un Curry égale à lui même dans cette série

La deuxième mi-temps démarre sur les mêmes bases. Des défenses très aggressives, et des marquages serrés sur les stars des deux camps. Et notamment sur le MVP Stephen Curry. Déjà maladroit tout au long de la série, le meneur des Warriors ne va pas arranger son cas. Bien qu’il ai rentré quelques shoots dont lui seul à le secret, le natif d’Akron, dans l’Ohio justement, terminera se dernier match sur une vilain 6 sur 19, dont 4/14 à 3 points. Trop peu, surtout dans une rencontre aussi disputée, engagée et où le score est si faible. Néanmoins, malgré le faible apport de son meneur, le champion en titre est toujours dans la course, et la rencontre reste très serrée. 20 fois, durant la rencontre, l’avantage va changer de camp. 11 fois les deux équipes seront à égalité. Le titre se jouera donc sur des détails.

Un Kyrie Irving bouillant, un contre pour l’éternité 

La fin de rencontre est toujours aussi intense, alors que les deux équipes sont à égalité. Les mains commencent à trembler quelque peu. Il reste alors deux minutes à jouer. C’est à ce moment là que LeBron a décidé d’écrire une nouvelle page d’Histoire. Tandis que les deux équipes n’ont plus inscrit le moindre point depuis près de 4 minutes, André Iguodala récupère un rebond sur un énième shoot manqué par les Cavs et Kyrie Irving. Après un relais avec Curry, Iggy s’enfonce dans la raquette de Cleveland. Alors que seul JR Smith semble en mesure de le rattraper, le MVP des dernières finales monte au lay-up et personne ne semble capable de l’empêcher de scorer. Personne, vraiment ? Arrivé de nul part, LeBron James monte à une hauteur impressionnante, après avoir réalisé un sprint éclair depuis l’autre bout du terrain. Le King s’élève, la tête dans les nuages (ou plus exactement dans la planche), et réalise un block venu d’ailleurs, alors que la gonfle était toute proche de toucher le plexi. Ce “Not in my House” fera mal aux Warriors, et aux 19 000 spectateurs présent à l’Oracle. Les locaux ne s’en relèveront pas. Ils ne marqueront plus le moindre point après cette aggression. Et c’est Kyrie Irving, à 55 secondes du terme, qui se chargera de crucifier le champion en titre, grâce à un tir primé sur la tête de Curry. Tout un symbole. Les Cavs ont fait mentir tous les pronostics. Ils remportent, un peu à la surprise générale, la bague de champion. LeBron James revenu dans l’Ohio pour mettre fin à la malédiction sportive à Cleveland, a réussi son pari. Il est bien évidemment élu MVP de ces finales, lui qui n’a cessé de porter son équipe. Et dont le contre sur Iguodala restera comme l’image marquante de cette série.

A propos de l'auteur

Supporter inconditionnel de l'Olympique de Marseille mais aussi du football en général. Fan des Houston Rockets mais surtout de The Beard. Le coeur Rouge et Blanc en Pro A Jeep Elite

Poster un commentaire

ut eleifend mattis quis, id justo velit, vel, Nullam mi,