Top 14 – la review club par club : le Montpellier Hérault Rugby

0
Bilan Montpellier Saison rugby

Malgré la cure rugbystique à laquelle nous sommes désormais confrontés depuis près de trois mois, il y a bien eu une partie d’exercice du Top 14 version 2019-2020. Puisque cette saison a été officiellement arrêtée et déclarée comme “blanche”, la rédaction de We Sport FR vous propose de revenir sur les performances des quatorze clubs qui composent le championnat. Aujourd’hui, place à la review de la saison 2019-20 du Montpellier Hérault Rugby, qui a vécu une année plus compliquée que prévue.

  • Classement en Top 14 (J17) : 8ème avec 37 pts (6V, 3N et 8D)
  • Parcours en Coupe d’Europe : éliminé en phase de poules de la Champions Cup (2V, 4D)

L’effet rétro : Attendu au sommet, le MHR est au pied de la montagne !

Attendu au sommet par sa force collective avec un titre de champion de France comme objectif, le MHR aura déçu. Les montpelliérains et les fans de rugby en demandaient plus, ils ont obtenu moins. Puissance, conquête, finisseurs, toutes les armes étaient présentes pour voir une orgie de rugby, mais les fantasmes ont été de courte durée. Malgré de belles prestations (victoires contre Toulouse 33-22 et contre LOU 33-8), l’irrégularité aura été le maître mot de la saison héraultaise.

Autre point noir de leur saison : l’incapacité à gagner à l’extérieur malgré l’invincibilité à domicile.  En effet, le MHR n’affiche aucune victoire à l’extérieur cette saison (défaites à Castres, Agen, Clermont, Bayonne, Racing, La Rochelle, Toulouse et Pau et match nul à Toulon), alors qu’à l’inverse, aucune défaite n’a été concédée à domicile (victoires contre Pau, La Rochelle, Toulouse, Lyon, Brive et Bayonne, nuls contre Bordeaux et le Stade Français).

Tops et flops :

  • Le joueur : Nemani Nadolo
    Puissant, rapide et inarrêtable à 10 mètres de la ligne, le bulldozer de Montpellier a encore frappé avec 7 pions inscrits cette saison.

Nemani Nadolo met un terme à sa carrière internationale sous le ...

  • Autres tops à souligner :

Anthony Bouthier : Excellent relanceur, doué en contre attaque, buteur redouté, coup de pied de mammouth : l’ex joueur de Pro D2 et de Vannes a éblouit le Top 14 de par sa classe et sa vivacité. Il est dorénavant l’arrière titulaire du XV de France au détriment de Thomas Ramos.

Mohamed Haouas : Puissant, solide en mêlée, mobile et présent dans le jeu courant, il est le pilier de la conquête fermée héraultaise. Malheureusement, son image est ternie depuis ce fameux 8 mars où il a décroché une très belle droite à Jamie Ritchie.

  • Les Flops :

La conquête : En effet, malgré la puissance du pack montpelliérain, le rendu n’est pas si positif que ce que l’on pourrait croire. La puissance, qui a été l’arme numéro une des hommes de Mohed Altrad, a quelque peu diminué afin de favoriser un jeu de mouvements. De plus, la touche est un paradoxe : d’un côté 27 lancers perdus et 12 gagnés (3ème de ce classement) mais de l’autre 168 ballons gagnés (10ème de ce classement).

La possession et l’occupation ont également été deux problèmes du MHR cette année. En terme de possession, ils arrivent à peine à 49% tandis que l’occupation est de seulement 951 minutes soit 48%.

 

Ce que l’arrêt de la saison change :

Avec quatre de points de retard sur le premier barragiste (Clermont, 41 points), on ne peut qu’avouer que cette fin de saison est précoce. Mais en y regardant de plus près, les Héraultais restaient sur 3 défaites en 4 matchs et étaient sur la pente glissante au classement. D’un autre côté, cette pause contrainte et forcée pourra être bénéfique au staff qui pourra intégrer, développer et se consacrer pleinement à l’année prochaine.

Parlons justement de l’année prochaine. Côté départs, de nombreux cadres vont changer d’équipe (François Steyn aux Cheetahs, Jim Nagusa à Grenoble et Nemani Nadolo à Leicester), partir à la retraite (Julien Bardy et Kan Fotuali’i) ou partir sans forcément savoir où ils vont (Benjamin Fall et Enzo Sanga). Julien Le Devedec (à Aix), Aaron Cruden (Chiefs) et Jannie du Plessis (Lions) sont eux déjà parti.

Côté arrivées, Enzo Forletta (pilier, USAP), Titi Lamositele (pilier, Saracens), Florian Verhaeghe (2ème ligne, Toulouse), Cobus Reinach (1/2 mêlée, Northampton), Vincent Rattez (Centre, La Rochelle) et Julien Tisseron (Arrière, Bayonne) rejoindront le club. Une large revue d’effectif qui rend finalement cet arrêt plus bénéfique qu’il n’y paraît, car elle laissera peut-être davantage de temps à ces nouveaux joueurs pour prendre leurs marques.

Après à voir lu le bilan du Montpellier Hérault Rugby, vous pouvez lire aussi : La review de Bayonne

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here