Rugby

Top 14 : le Stade Français craque complètement face au Racing

Le Stade Français peut avoir d’immenses regrets. Après avoir mené de onze points à l’heure de jeu, les Parisiens ont craqué. Une pénalité d’Antoine Gibert est venu crucifier les locaux à la sirène, et donner la victoire au Racing (25-27). 

 

Une première période en deux temps

Soucieux de se rassurer sur le plan défensif après une piètre prestation dans ce domaine à Clermont, les Parisiens entament la rencontre avec une ligne agressive et bien resserrée, pour ne pas laisser le temps au Racing de mettre son jeu en place. Les hommes de Quesada sont à l’affût sur les contestes, et poussent leurs adversaires à la faute. Le jeune Joris Segonds en profite pour inscrire les deux premières pénalités de la rencontre (6-0, 9e). Les Racingmen sont en difficulté, mais vont rapidement se remettre dans le sens de la marche en reprenant le monopole du ballon au sortir des vingt premières minutes de jeu.

Coupables de nombreuses erreurs techniques, les locaux reculent, et finissent inexorablement par encaisser un essai de Dorian Laborde (6-8, 33e). L’ailier francilien est à la conclusion d’un lancement de jeu de Maxime Machenaud dans le côté fermé. Sans forcément trop s’exposer, les coéquipiers de Kurtley Beale sont appliqués, et profitent de l’indiscipline parisienne pour consolider leur avance au tableau d’affichage (6-11, 40e). Après un bon début de rencontre, les champions d’Europe 2017 finissent bien plus difficilement le premier acte, et rentrent aux vestiaires avec cinq points de retard.

 

Le Racing s’est arraché

Souvent apathiques en deuxième période lors des dernières saisons, les Soldats Roses comptent visiblement conjurer le mauvais sort cette année. Une nouvelle fois, ils reviennent plus forts après la pause. Très laborieux avant le repos, Tolu Latu vient comme un symbole inscrire en force le premier essai des siens peu après la reprise (13-11, 44e). Le match change alors complètement de physionomie. Le Stade Français Paris remet de l’ordre dans la maison et s’appuie sur les carences adverses, ce qui permet à Segonds de donner un matelas d’avance à Paris grâce à une succession de pénalités (22-11, 58e).

Les Ciel et Blanc sont éprouvés, mais parviennent à revenir dans la partie à dix minutes du terme. Au soutien après un franchissement de Kurtley Beale, Henry Chavancy est servi, et finit sa course dans l’en-but pour ramener son équipe à un petit point (22-21, 72e). Malgré un Segonds en état de grâce, qui passe un drop de 40 mètres (25-21, 76e), les visiteurs ne démordent pas. Après une première pénalité de Gibert, et alors qu’on pense le match perdu suite à un grattage récompensé de Delbouis pour le Stade Français, le Racing récupère la touche parisienne, remonte le ballon, et pousse les Parisiens à la faute. Gray est pénalisé, et Gibert assène un coup de pied salvateur à la sirène (25-27).

 

Les Franciliens sont euphoriques, et décrochent ainsi une troisième victoire consécutive à Jean-Bouin. En face, les hommes de Quesada devront se relever de ce terrible affront dans les semaines qui viennent. L’occasion de voir les ressources de cette équipe toujours en reconstruction.

 

Crédit photo de l’image en Une : Twitter Racing 92

 

Grégoire Allain



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
lectus in commodo sed Curabitur ut diam neque. ultricies elementum quis, odio