Rugby

Top 14 : qualifié in extremis pour les barrages, le Stade français ne veut pas s’arrêter là

Le Stade français a réussi son pari. Auteurs d’une sixième victoire consécutive à Bayonne , les Parisiens se sont donné le droit d’aller défier le Racing en barrage, ce vendredi soir (20h45). Si l’euphorie dans les rangs stadistes est à la hauteur de l’exploit réalisé, Gonzalo Quesada a tenu à rappeler que cette qualification était loin d’être une finalité dans le projet du club parisien.

 

C’est le meilleur barrage possible pour nous, en termes d’affiche“, a lancé le deuxième ligne Mathieu de Giovanni en conférence de presse, ce mercredi. En effet, quoi de mieux sur le papier qu’un affrontement contre le voisin francilien pour susciter un supplément d’âme au moment où les organismes commencent à tirer ? Après un sprint final qui a vu les Soldats roses empiler les victoires pour terminer dans les six meilleures équipes du classement, ces derniers se déplacent à la Paris La Défense Arena pour tenter de décrocher leur ticket pour les demi-finales du championnat. Une rencontre aux allures de cadeau empoisonné pour les Racingmen, alors que le Stade français clame vouloir aller (encore) plus loin.

 

Le Stade français revient de loin

70 points. C’est le total avec lequel le Stade français s’est qualifié pour les phases finales, soit une moyenne de 2,69 points par match. Il y a deux mois et demi, après une défaite à domicile contre Clermont, le Stade français comptait 45 points après 20 journées. Un ratio de 2,25 points par match, à l’époque très insuffisant pour espérer voir les barrages.

Les raisons de ce redressement sont multiples. “Il y a eu pas mal de changements l’été dernier. On a mis un peu de temps à assimiler ce que nous demandait le nouveau staff, mais on y est de mieux en mieux parvenu sur la fin de saison, et cela s’est traduit par des résultats probants“, a d’abord affirmé Kylan Hamdaoui devant les journalistes. Une volonté d’insuffler un nouvel état d’esprit assumée par Gonzalo Quesada, revenu à Paris pour prendre les rênes d’une équipe en plein doute :

On est arrivé en début de saison en voulant redéfinir les contours du projet, en changeant la manière de travailler au sein du club. On voulait d’abord créer un groupe, avant de créer une équipe avec un projet de jeu. Notre montée en puissance, notamment devant, est la traduction d’un travail sur la durée. Les joueurs ont été très impliqués.” Malgré un exercice 2020/2021 qui a souvent eu des allures de montagnes russes, l’équipe parisienne a continué de s’accrocher contre vents et marées, et ne doit pas son regain de forme sur cette fin de saison au hasard.

 

Un Racing métamorphosé depuis le dernier derby

En face, le Racing 92 est un véritable rouleau compresseur depuis sa défaite dans le derby, lors de la 22e journée (29-35). 45 points passés à Clermont, 35 à Pau, 54 à Agen et 55 à Brive, les joueurs de Laurent Travers ont balayé les doutes qui pouvaient persister après une série de trois défaites consécutives courant mai.

Renforcés à l’arrière par l’arrivée de Gaël Fickou, à tel point que certains observateurs parlent désormais d’une ligne d’arrières “galactique”, les Franciliens ont fait le plein de confiance avant d’aborder la phase à élimination directe.

Crédit photo : Sud Ouest

Cela va être un match différent de notre dernière victoire là-bas. Je pense que ça leur a, eux aussi, provoqué un déclic. Ce n’est clairement plus le même Racing depuis“, a prévenu Kylan Hamdaoui, qui comme son entraîneur tire la sonnette d’alarme à propos d’un éventuel surplus de confiance des siens. “On va jouer une équipe revancharde, en pleine confiance et qui est en quête de Brennus. Il y aura très peu de similitudes avec le match d’il y a quelques semaines. On s’attend à un scénario différent. L’addition peut être très salée si on n’y va pas avec l’ambition de rivaliser“, ne s’est pas caché Quesada à quelques jours du troisième derby de la saison.

Loin d’être un adepte des proverbes qui consisteraient à dire que le Stade français “a tout à gagner” et que cette rencontre couperet n’est “que du bonus” pour son groupe, le technicien argentin veut croire que cette fin de saison en trombe ne représentera qu’une étape dans la rédemption du club parisien. “C’est énorme ce que l’on a fait, il faut le savourer. On a déjà rempli certains objectifs, mais ça serait de la médiocrité que de se contenter d’une qualification pour les barrages. Cela ne sert à rien de se qualifier en phases finales si c’est pour galvauder cette rencontre”, a-t-il rappelé à ce propos. Le cadre est posé, les ambitions affichées, et le derby lancé.

 

Crédit photo : Icon Sport

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire