Foot US

Top/Flop NFL (J7): Tom Brady est immortel

Au programme cette semaine: destin croisé pour Tom Brady et Cam Newton, Davante Adams frôle la barre des 200 yards, première pour Justin Herbert et les Falcons encore une fois au sommet du ridicule.

 

Top 3: Tom Brady, le quarantenaire rugissant

Tom Brady (QB ; Tampa Bay Buccaneers) :369 yds ; 4 TD ; 0 Int à la passe + 1 TD à la course

Pour ceux qui en doutait encore, Tom Brady est bien immortel. Contre Las Vegas, il a été presque parfait : un touchdown au sol pour lancer la machine, une bonne connexion avec le Gronk et un Scott Miller en mode Julian Edelman. Les recettes ne changent pas, le résultat non plus. Quatre touchdowns au total pour “Terrific Tom” qui repasse devant Drew Brees au nombre de touchdowns lancés en carrière.

Après la démonstration défensive de la semaine dernière contre Green Bay, c’est cette fois-ci l’attaque menée par Tom Brady qui a été impressionnante avec une victoire (45-20) contre les Raiders. Les Buccaneers commencent à être chauds et ils sont en tête de la NFC Sud avec un bilan de (4-2). Après treize ans d’absence en playoffs, c’est donc un quarterback de 43 ans qui redonne espoir à cette équipe. On ne parle pas de n’importe quel quarterback mais bel et bien de la légende Tom Brady capable de n’importe quel exploit !

Davante Adams (WR ; Green Bay Packers) : 196 yds ; 2 TD

Si Davante Adams n’est pas tout en haut du classement des receveurs, c’est parce qu’une blessure lui a fait manquer plusieurs matchs. Mais avec une moyenne de 112,3 yards/match, il est bien le meilleur receveur à ce niveau là ! Il faut maintenant qu’il reste en forme afin de prouver définitivement qu’il est bien un des meilleurs receveurs en NFL.

Contre Houston, le receveur de 27 ans a signé son record en carrière avec 196 yards mais également deux touchdowns. Aaron Jones blessé, Davante Adams a été l’arme offensive numéro une lors de ce match. Il a été ciblé 16 fois par Aaron Rodgers pour 13 réceptions ! Après un coup d’arrêt contre Tampa Bay, Green Bay reprend donc sa marche en avant avec une connexion Rodgers/Adams qui tourne à plein régime.

Baker Mayfield (QB ; Cleveland Browns): 297 yds ; 5 TD ; 1 Int

Tout avait très mal commencé pour Baker Mayfield. Cinq passes manquées, une interception et la blessure d’OBJ pour débuté le match… Mené au score contre une faible équipe de Cincinnati, on pouvait craindre que les Browns retombent dans leurs vieux travers.

Cette fois-ci, Baker Mayfield n’a pas baissé la tête et il a endossé le costume de sauveur. Sur les vingt-trois passes suivantes, il en a réussi vingt-deux (la seule passe manquée est un spike pour arrêter l’horloge) et il a lancé cinq touchdowns (record en carrière) pour un match quasi-parfait. Il avait en face de lui une équipe accrocheuse menée par un jeune quarterback talentueux en la personne de Joe Burrow, mais c’est bien Baker Mayfield qui a eu le dernier mot avec une passe millimétrée dans la end-zone pour Donovan People-Jones. Les Browns finissent par s’imposer (37-34) et ils peuvent remercier leur quarterback qui a enfin assumé ses responsabilités. Une victoire difficile mais qui fait du bien à Cleveland et Baker Mayfield.

Mention spéciale: Kyler Murray, Tyler Lockett, AJ Brown

 

Top 3: Cam Newton ne répond plus

Cam Newton (QB ; New England Patriots): 98 yds ; 0 TD ; 3 Int

Les fans des Patriots ont du regarder le match des Buccaneers avec une certaine amertume. Pendant que Tom Brady s’éclatait sur le terrain de Las Vegas, Cam Newton sombrait à Foxborough ! L’ancien MVP a livré une première mi-temps catastrophique avec seulement quatre passes complétées pour à peine 30 yards et surtout deux interceptions. Une troisième interception en deuxième mi-temps et Cam Newton rejoignait le banc. Bill Bellichick en avait assez vu…

Après un bon début de saison, l’histoire entre Newton et les Patriots est en train de mal tourner. Depuis son arrêt dû au Covid, l’ancien quarterback des Panthers vient de disputer deux matchs catastrophiques avec aucun touchdown pour cinq interceptions et deux défaites. Avec un bilan de (2-4), les Patriots pourraient louper les playoffs pour la première fois depuis 2008… Une trajectoire opposée à celle des Buccaneers. L’effet Tom Brady se vérifie doublement.

Cam Newton est déjà dans la tourmente du côté de New England. (crédit photo: MassLive)

Todd Gurley (RB ; Atlanta Falcons): 63 yds ; 2 TD

Après avoir gâché dix-neuf points d’avance contre Dallas et seize contre Chicago, après avoir été la risée de la NFL avec un onside kick grotesque, les Falcons ont trouvé une nouvelle façon de se mettre en valeur et c’est cette fois Todd Gurley qui tient le rôle principal !

Pourtant avec deux touchdowns inscrits, on pourrait se dire que le match de Todd Gurley n’a rien d’un match raté. Oui mais voilà, le deuxième touchdown a couté la victoire à Atlanta… Il restait peu de temps à jouer et la défense des Lions a donc ouvert la porte à Todd Gurley pour qu’il aille dans la end-zone et que l’attaque puisse ainsi avoir le temps de s’exprimer. Le running-back des Falcons n’avait donc qu’à poser le genou à terre avant la ligne, laisser le chrono défiler et laisser son kicker finir le travail.

La théorie c’est bien beau, mais Atlanta n’est pas une équipe comme les autres ! On ne sait pas pourquoi mais Todd Gurley, emporté par son élan, n’arriva pas à s’arrêter et tomba derrière la ligne pour quelques centimètres. Matt Stafford récupéra la balle avec une minute à jouer et, évidemment, il remonta tout le terrain pour donner la victoire aux Lions (24-22). On blâme Todd Gurley mais la défense d’Atlanta a évidemment sa part de responsabilité dans cette nouvelle déconvenue !

Sam Darnold (QB ; New-York Jets) : 120 yds ; 0 TD ; 2 Int

On l’a déjà dit plusieurs fois, Sam Darnold est tellement mal entouré et tellement mal coaché que ses performances sont dures à juger. Mais être à la tête d’une attaque qui ne parcourt que 4 yards en une mi-temps est quand même une performance qui mérite d’être signalée. Soit Sam Darnold est résigné, soit il n’a pas le niveau d’un quarterback NFL.

Contre les Bills, le jeu de course a été performant en début de match et grâce à un touchdown du rookie La’Mical Perrine, les Jets rentraient au vestiaire avec un point d’avance (10-9). Ce fût ensuite le néant, l’encéphalogramme plat pour l’attaque de Sam Darnold. Aucun point, seulement deux first-down (dont un sur pénalité) et une interception pour finir le match. Le pire c’est que la défense des Jets a pour une fois tenue la route et que New-York ne s’incline que de huit points (18-10)…

Mention spéciale: Drew Lock, Travis Kelce, Mike Davis

 

Défenseur de la semaine: une première Jerry Hugues

Jerry Hugues (DE ; Buffalo Bills): 6 plaquages ; 2 sacks ; 1 interception

Discret depuis le début de la saison, le vétéran de la ligne défensive de Buffalo a signé un match plein dimanche contre les Jets. Il en a profité pour ouvrir son compteur de sack en croquant deux fois Sam Darnold.

Mais il a surtout réalisé la première interception de sa carrière, une interception importante qui mit fin aux derniers espoirs des Jets. L’ancien premier tour de la Draft 2010 aura donc dû attendre de croiser la route des Jets d’Adam Gase et Sam Darnold pour enfin intercepter un ballon. Une attente longue de 159 matchs ! Moins utilisé qu’il y a quelques saisons, il a surtout rappelé à Sean McDermott qu’à 32 ans, il avait toujours de beaux restes.

Mention spéciale: Budda Baker, Devin White, Daniel Sorensen

 

Rookie de la semaine: Justin Herbert a tout d’un grand

Justin Herbert (QB ; Los Angeles Chargers): 347 yds ; 3 TD ; 0 Int à la passe + 66 yds ; 1 TD au sol

Il avait perdu ses quatre premiers matchs en NFL. Pourtant le quarterback rookie des Chargers avait montré de très belles choses pour ses débuts dans la ligue mais il n’avait pas été récompensé. Sur ses quatre défaites, il y en avait concédé deux en prolongation et deux de moins de sept points… Et contre des équipes comme Kansas City, Tampa Bay ou New Orleans !

Contre Jacksonville, Justin Herbert a enfin débloqué son compteur et avec la manière. Pourtant, après un bon début, son équipe s’est retrouvée menée (29-22). C’est ce que l’ancien quarterback d’Oregon a choisi pour sonner la révolte. D’abord avec une passe magnifique de 70 yards pour Jalen Guyton, puis tout seul comme un grand avec une course de cinq yards terminée par un joli crochet sur le dernier défenseur. Los Angeles s’impose donc (39-29) et même si le bilan reste moyen pour l’instant (2-4), Justin Herbert amène un vent de fraicheur incroyable à cette équipe qui a, semble-t-il, tiré le bon numéro !

Mention spéciale: Joe Burrow, Antonio Gibson, Harrison Bryant

 

Surprise de la semaine: Le triplé et une blessure pour Jeff Wilson

Jeff Wilson (RB ; San Francisco 49ers): 112 yds ; 3 TD

Raheem Mostert blessé, les 49ers ont envoyé Jeff Wilson pour broyer la défense des Patriots. Et le plan de Kyle Shanahan a fonctionné à merveille puisqu’en trois quart-temps, Wilson a parcouru plus de yards et marqué presque autant de touchdown que la saison dernière ! Il a surtout permis à son équipe d’écraser les Patriots (33-6).

La défense, pourtant solide, de New-England a été incapable de stopper ce running-back très compact. C’est finalement une blessure à la cheville qui mettra fin au gros match de Jeff Wilson alors qu’il venait de franchir la end-zone pour la troisième fois de la soirée. Si sa blessure n’est pas trop grave, on devrait le revoir rapidement sur le terrain car il a prouvé qu’il valait mieux qu’un rôle de remplaçant.

La soirée avait pourtant bien commencé pour Jeff Wilson (crédit photo: The Sports Network)

Mention spéciale: Scott Miller, Diontae Johnson, Jamaal Williams



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
velit, ipsum eleifend id, Praesent ante. mattis amet, ut leo. libero id