Foot US

Top/Flop NFL (Wild Card): Josh Allen nouveau héros de Buffalo

Josh Allen assome les Colts

Josh Allen et Nick Chubb délivrent enfin leurs supporters, Derrick Henry stoppé net et Russell Wilson mangé par la défense des Rams, découvrez notre Top/Flop du Super Wild-Card Week-end !

 

Top 3: Josh Allen enfin au rendez-vous !

Josh Allen (QB ; Buffalo Bills): 324 yds ; 2 TD ; 0 Int à la passe +54 yds ; 1 TD à la course

Lors du match de wild-card la saison dernière contre Houston, Josh Allen avait perdu son sang froid et son équipe s’était inclinée. Il a prouvé contre Indianapolis qu’il était devenu un autre joueur ! Il n’a pas été excellent tout le match mais sur certaines séquences, il est apparu créatif et inarrêtable. Évidemment, l’apport de Stefon Diggs (128 yds et 1 TD) l’a bien aidé à gagner son premier match en playoffs mais son bras est vraiment très précis.

On a également vu que Josh Allen pouvait être une véritable double menace. Auteur d’un touchdown au sol, il a enchainé les courses pour redonner l’avantage à son équipe juste avant la mi-temps ! Un match référence pour le nouveau chouchou de la Bills Mafia.

Lamar Jackson (QB ; Baltimore Ravens): 179 yds ; 0 TD ; 1 Int à la passe + 136 yds ; 1 TD à la course

Un match à la Lamar Jackson ! Moyen à la passe avec moins de deux cents yards et une interception, le quarterback des Ravens a été excellent à la course. 136 yards au total dont un touchdown de 48 yards pour permettre à son équipe d’égaliser juste avant la mi-temps. Il a prouvé sur cette course à quel point il pouvait être dangereux et insaisissable. Il a surtout pris sa revanche sur des Titans qui avaient roulé sur les Ravens la saison dernière en playoffs.

À la passe, le match de Lamar Jackson a été un peu meilleur que ses stats ne le laisse imaginer. Il a été intercepté en tout début de partie mais il a su se remettre dans le match et faire avancer son équipe dans les moments importants. Et à quoi bon passer le ballon quand on a un jeu au sol aussi dominant !

Nick Chubb (RB ; Cleveland Browns) : 76 yds à la course + 69 yds ; 1 TD à la réception

Il est un des symboles (avec Baker Mayfield) du renouveau de Cleveland depuis trois saisons. Il a été un des artisans majeurs de cette victoire historique des Browns à Pittsburgh.

Le running-back de Cleveland a été solide sur le jeu au sol (76 yards) même s’il a partagé le temps de jeu avec Kareem Hunt qui a eu l’occasion de finir les actions (deux touchdowns). Il a surtout été très utile à la réception avec 69 yards et surtout un touchdown, son premier depuis deux ans dans les airs ! Sur une petite passe de Baker Mayfield, il a réceptionné le ballon avant de mettre les gaz et de passer en revue toute la défense des Steelers. Un touchdown qui a définitivement assommé Pittsburgh en début de quatrième quart-temps.

Mention spéciale: Stefon Diggs, Leonard Fournette, Juju Smith-Schuster

 

Flop 3: Fin de carrière pour Big Ben ?

Ben Roethlisberger (QB ; Pittsburgh Steelers): 501 yds ; 4 TD ; 4 Int

Pour ce qui pourrait être son dernier match, Big Ben a lancé pour 500 yards, ce qui est un exploit en playoffs. Mais ses quatre interceptions ont fait très mal à son équipe !

Les Steelers ont encaissé des points sur le premier drive suite à une erreur du centre Maurkice Pouncey, mais c’est bien Ben Roethlisberger qui a ensuite coulé son équipe avec deux interceptions dans le premier quart-temps. Deux interceptions sanctionnées presque immédiatement par les Browns qui finiront le quart-temps avec 28 points d’avance, un record ! Si ses deux autres interceptions auront moins de conséquences pour les Steelers, le mal était fait. Pittsburgh et Big Ben ne se remettront jamais de ce premier quart-temps catastrophique…

Russell Wilson (QB ; Seattle Seahawks): 174 yds ; 2 TD ; 1 Int

Russell Wilson a vécu un véritable calvaire contre la défense des Rams. Constamment sous pression, il a enchainé les three-and-out comme rarement lors de sa carrière. Au final, il n’a complété que onze passes et subi cinq sacks. C’est évidemment insuffisant pour remporter un match de playoffs. Pire, son interception suivi d’un pick-6 a été très dure à digérer pour son équipe…

Le quarterback des Seahawks avait commencé la saison pied au plancher, il la termine avec un de ses pires matchs en playoffs ! Les dirigeants n’ont plus le choix, il faut absolument renforcer la protection de leur quarterback à l’intersaison.

Derrick Henry (RB ; Tennessee Titans): 40 yds ; 0 TD

Le roi est tombé de son trône ! Inarrêtable depuis le début de la saison avec plus de 2000 yards en saison régulière, Derrick Henry avait pris l’habitude de rouler sur les défenses adverses. Contre Baltimore, l’arme de destruction massive des Titans a été désamorcée. Une belle revanche pour la défense des Ravens qui avait laissé Derrick Henry parcourir 195 yards lors de leur affrontement en playoffs la saison dernière.

Certes la ligne offensive de Tennessee a semblé en souffrance et elle n’a pas pu ouvrir des brèches à Derrick Henry, mais les statistiques du running-back des Titans sont difficiles à croire. 40 yards au total, aucun first down et aucune course de plus de 8 yards… Stoppée au plus mauvais moment, l’attaque de Tennessee ne marquera que 13 points dans ce match. C’est donc une sortie de route pour les Titans et King Henry !

Mention spéciale: Ryan Tannehill, Chris Carson, TY Hilton

 

Défenseur de la semaine: Leonard Floyd l’autre menace des Rams

Leonard Floyd (LB ; Los Angeles Rams) : 2 plaquages pour pertes ; 2 sacks

On aurait évidemment pu mentionner Aaron Donald (deux sacks), voire toute la ligne défensive de Los Angeles mais on a préféré se focaliser sur Leonard Floyd. Débarqué de Chicago à l’intersaison, le linebacker a réussi sa première saison en Californie avec 10,5 sacks au total.

Contre Seattle, il a été une menace permanente pour Russell Wilson. Il profite évidemment de la surveillance redoublée sur Aaron Donald pour se mettre en valeur mais il a prouvé lors la sortie de ce dernier qu’on pouvait compter sur lui pour être le leader de la défense.

Mention spéciale: Jalen Ramsey, Derek Wolfe, Bobby Wagner

 

Rookie of the week : Cam Akers à point nommé !

Cam Akers (RB ; Los Angeles Rams) : 138 yds ; 1 TD à la course + 45 yds à la réception

John Wolford à l’hôpital et Jared Goff avec un pouce blessé, les Rams avaient donc besoin d’un jeu de course performant pour exister dans ce match. Avec 28 ballons, le rookie Cam Akers a logiquement été le joueur le plus sollicité de ce match et il finit la rencontre avec plus de 100 yards au sol (138 yards). Sa réception de 44 yards, grâce à un énorme effort, a également permis à son équipe d’avancer alors que l’attaque des Rams était au plus mal. Un drive terminé au sol par Cam Akers et qui permettait à Los Angeles de prendre dix points d’avance juste avant la pause !

Jamais un rookie n’avait parcouru autant de yards en playoffs pour les Rams ! Après un début de saison difficile, Los Angeles a peut-être trouvé le remplaçant de Todd Gurley ! Avec des quarterbacks diminués, cela tombe au bon moment pour les Rams.

Mention spéciale: Gabriel Davis, Jonathan Taylor, Chase Claypool

 

Surprise du chef: Deonte Harris sort de l’ombre

Deonte Harris (WR ; New Orleans Saints): 83 yds ; 0 TD

Surtout utilisé sur équipes spéciales, Donte Harris sortait d’une saison régulière plutôt discrète avec seulement 186 yards et un touchdown en neuf matchs. Contre les Bears, il a eu la bonne idée de battre son record en carrière au meilleur des moments.

La présence de Michael Thomas lui a évidemment libéré des espaces mais le receveur des Saints à été très propre. Ciblé sept fois, il a capté sept ballons pour quasiment sept first-downs. Des réceptions spectaculaires et pas toujours faciles qui ont permis de faire avancer son équipe face à la redoutable défense de Chicago.

Mention spéciale: Taylor Heinicke, Cameron Brate, Jack Doyle

 

crédit photo: AP Photo/John Munson

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
consequat. dictum facilisis dolor venenatis elit.