Tour 1959 : Fédérico Bahamontès remporte son premier et unique Tour de France.

0
Tour 1959, Fédérico Bahamontès

Alejandro Martín Bahamontès est né le 9 juillet 1928 à Val de Santo Domingo. Il est depuis le décès de Roger Walwokwiak le vainqueur du Tour de France le plus âgé. En 1959, il remporte son premier et unique Tour de France et devient le premier espagnol vainqueur de l’épreuve française. We Sport vous propose de revivre le Tour 1959, celui de Fédérico Bahamontès, alias l’aigle de Tolède.

Introduction :

En ce début de saison 1959, l’aigle de Tolède rejoint Tricofilina-Coppi et un certain Fausto Coppi qui lui donnera le rôle de leader. Sur la Vuelta, il ne peut assumer son rôle de leader suite à anthrax à la cuisse gauche. Il avait cependant remporté une étape (la 4è entre Séville et Grenade). Critiqué alors par Coppi, l’espagnol rejoint Condor pour le Tour de Suisse ou il finit 3è du général avec deux étapes en poche. 2è du championnat national loin devant son rival Loroño qui exige le leadership alors refusé par le sélectionneur Dalmacio Langarica. L’aigle de Tolède est alors leader unique. Cependant l’équipe de France composée d’Anquetil, Rivière, Bobet et Géminiani fait figure de favorite. Le vainqueur sortant Gaul, le belge Adriaensens – 4è en 1958 – et l’italien Baldini – champion du Monde et vainqueur du Giro 1958 – sont aussi présents au départ.

Début de Tour et Pyrénées :

Après 6 étapes, dont 1 chrono, Bahamontès est alors très bien parti car il possède 7″ d’avance sur l’immense favori Charly Gaul. Cependant Rivière possède 1’29”, Baldini 1’08 et Anquetil 31″ sur l’espagnol. Alors le sélectionneur espagnol déclare ainsi : “Bahamontès est le plus grand coureur de tous les temps et cette année, avec la chaleur qui a commencé à s’abattre sur le peloton, il réunit toutes les conditions pour remporter le Tour de France”. Lors de la 1è étape pyrénéenne, Bahamontès accélère dans le Tourmalet et seul Gaul parvient à le suivre, le duo reprend 1’24” sur le quatuor Baldini-Bobet-Anquetil-Rivière. Adriaensens perd 3’34 tandis que Géminiani perd 4’33, Rivière est toujours le 1er des favoris mais n’a plus que 51″ sur Baldini et 1’05” sur Bahamontès.

Transition Pyrénées – Alpes :

Lors de l’étape 13 reliant Albi à Aurillac (!), Bahamontès dynamite (encore et toujours) le peloton et finit 3è de l’étape. Anquetil n’a pas perdu de temps sur l’espagnol, Adriaensens a perdu 5″, Baldini 10″, Rivière 3’52. En revanche Gaul a pris un éclat car il prend 20′ dans la musette (comme Bobet). Géminiani est le grand perdant avec 32′ de retard sur l’espagnol. Le surlendemain, il remporte le chrono sur le Puy de Dôme et revient à 4″ du maillot jaune belge Hoevenaers. Au général, Bahamontès est le 1er des favoris avec 5’08 sur Anquetil, 6’38 sur Adriaensens, Baldini à 7’19, Rivière à 7’28. Quant au vainqueur sortant Gaul, il pointe à 23’47.

Alpes et fin de Tour :

3 jours plus tard, il part en échappée avec Gaul sur les routes menant à Grenoble, si la victoire revient au luxembourgeois (Bahamontès lui a laissé), l’espagnol revêtit son 1er maillot jaune. Anquetil, son 1er rival, est alors à 9’16. Ensuite, lors de l’étape 18, Bahamontès est en difficulté sur les pentes alpestres, Henry Anglade est en train de voler dans les Alpes et menace le maillot jaune espagnol. Néanmoins, Anquetil et Rivière refusent de voir Anglade 1er français au général vont aider l’aigle de Tolède à conserver son maillot jaune. A l’arrivée, il finira à 47″ du français Anglade et sauvera son maillot jaune. au général, il possède 9’16 sur Anquetil, 9’40 sur Baldini, 10’46 sur Adriaensens, 11’36 sur Rivière et 21’26 sur Gaul.

Le lendemain, lors de la 2è étape alpestre, il reprendra du poil de la bête et reprendra du temps à tous les favoris hormis Gaul (qui finira avec l’espagnol). Sur le chrono de veille d’arrivée, il gère son avance sur ses principaux concurrents : Anquetil, Anglade, Baldini et autre Adriaensens. Rivière remporte sa 2è étape de ce Tour, son 2è chrono. L’aigle de Tolède vient de relever son défi : remporter son 1er Tour de France.

En 1959, un événement a eu lieu avec la première retransmission via hélicoptère de l’histoire du Tour sur la 18ème étape dans le col de l’Iseran. Quant à l’espagnol, il remporte son 3è sur 6 classement de la montagne. Lors de son retour en Espagne, des fêtes, corrida sont organisés en son honneur. Le Général Franco le reçoit à Madrid.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here