Tour 2013 : Le centième, mais pas le moins passionant

0
Ligue 1

Pour occuper nos journées, et les vôtres, la rédaction cyclisme de WeSportFR a décidé de vous faire une rétrospective des dix derniers Tour de France. Que vous soyez minots à l’époque ou juste rajeunis d’une décade, vous allez apprécier le moment. C’est l’heure du centième Tour, le 2013

Le parcours

Du Sud-Est au Nord-Ouest, du Nord-Ouest au Sud-Est. Un départ en Corse, le Ventoux, peu de Pyrénéennes, beaucoup, énormément d’Alpes. C’est un Tour qui se veut pentu, venteux, piégeur. Il faudra des costauds pour s’imposer à Paris.

Le récit 

Le Tour s’élance de corse, du sud à Porto-Vecchio pour le nord, à Bastia. Marcel Kittel s’impose et domine le sprint. Deuxième étape, premier coup de folie, lorsque Jan Bakelants, un belge peu connu du grand public, place un coup du kilomètre énorme en direction d’Ajaccio, même Thierry Adam ne s’en remet pas, lui qui n’a jamais cité le belge jusqu’à ce qu’on apprenne que celui-ci prenait le maillot jaune. Troisième jour, énorme surprise puisque Simon Gerrans gagne au sprint à Calvi. Bien inspirés, les Orica vont gagner encore le lendemain lors du chrono par équipes de Nice. Un victoire du légéndaire Cavendish sur la Canebière et direction Montpellier. Bordures en vue sur la route des Pyrénées. Mais qui aurait prédit qu’un certain Christopher Froome, deuxième derrière Wiggins allait la lancer lui même. Un missile part, emmenant dans sa route Sagan vainqueur de l’étape et le premier maillot jaune africain, l’heureux Daryl Impey. Sagan vexé de s’être fait battre par Greipel malgré la bordure se vengera le lendemain à Albi.

Voilà alors la première étape de montagne : Ax 3 domaines. Le port de Pailhères en préambule. Le show Froome commence, déposé par Porte à 5 kilomètres de la ligne, il premier une première claque sur le Tour. 50 secondes à minima, Contador, Valverde et les autres n’ont que d’yeux pour pleurer. Le lendemain, c’est tobogan direction Bagnères de Bigorre. Froome répond à Quintana toute la journée, et pas grand chose si ce n’est une victoire de Dan Martin. Fin de la montagne, place à la Bretagne.

La Bretagne, ça vous gagne, comme Marcel Kittel à Saint-Malo. De Saint-Malo place au chrono. Froome met une nouvelle claque au Tour derrière Tony Martin en balade dans son élément. 3 minutes 25 d’avance au général, que les Alpes vont êtres longues. A Tours, Kittel continue de dominer le Tour sur les sprints. Place alors à une étape cochée par pas mal d’équipes pourtant sur le papier anodine. Saint-Amand-Montrond s’est fait connaître bien avant Julian Alaphilippe. En venant de tours, le peloton voit dans le côté 3/4 dos, un vent de campagne s’agiter. Lorsque le peloton entre dans le Cher, la future équipe du local Alaphilippe s’emploie à faire exploser le peloton. Des confettis partout. Froome explose, Valverde perd le Tour, Contador et Mollema y voit un peu d’espoir. Mark Cavendish lui s’impose dans la capitale du Boischaut. Le lendemain, dans une étape pour baroudeur, Matteo Trentin s’amuse de ses compagnons d’échappées à Lyon.

Le Ventoux, discorde et légende

Voilà alors le Mont Ventoux. Légendaire étape du Ventoux. Christopher Froome écrase définitivement le Tour, sans même avoir peur d’aborder les Alpes. Facile ? Trop même, surtout lorsque le Britannique attaque assis sur sa selle, à 120 tours de pédalier à la minute. Des statistiques qui font peur lorsque l’ascension est montée dans les temps de Lance Armstrong, fantôme qui hante le peloton. La suite n’est qu’un long fleuve tranquille. Froome écrase le deuxième chrono entre Embrun et Chorges.

L’Alpe d’Huez, un peu de bleu c’est mieux

Les français ne gagnaient pas cette année. Loin du coup, ils vont pourtant avoir leur heure de gloire grâce à un homme : Christophe Riblon. Et pourtant que ce fut mal parti. Double ascension de l’Alpe d’Huez, du délire. Van Garderen est en tête depuis un long moment, mais semble faiblir dans la montée finale. Riblon lui est en grande forme, il semble habité, capable de le faire. Lorsqu’arrive le panneau deux kilomètres, le français voit Van Garderen et le dépose, pour nos meilleurs frissons. Derrière Nairo Quintana fait le show et reprend une minute à Froome, histoire de… Costa s’offre un doublé après Gap, il s’impose au Grand Bornand. Le Tour se termine au Semnoz à Annecy, lorsque Quintana fait encore son show, s’impose mais termine deuxième du Tour… à cinq minutes de Froome.

Ce Tour 2013 était un Tour animé, et ce malgré la domination de Christopher Froome, le lancement d’une suprématie qui aura duré 5 longues années. Demain, place au Tour 2014, le Tour ou Froome à basculé 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here