Tour de France 1986 : Greg Lemond gagne son premier Tour

0
Greg Lemond gagne le Tour 1986

Pour cette 73e édition du Tour de France, 210 coureurs étaidnt au départ, un record ! Le départ du Tour a lieu à Boulogne-Billancourt avec au programme 23 étapes pour 4 094 km au total. Une formation a attiré tous les regards : La Vie Claire avec dans ses rangs Bernard Hinault, cinq fois vainqueur de l’épreuve et son dauphin de l’édition précédente Greg Lemond. Les principaux adversaires étaient le double vainqueur en 83 et 84 Laurent Fignon ou encore Urs Zimmermann – 2e de Paris-Nice et 4e du Tour de Suisse. Du côté de Joop Zoetemelk, le poids des années ont commencé à peser sur la récupération du Batave. Cependant, il va falloir se méfier des Colombiens.

D’abord, le Tour de France 1986 a débuté par le prologue le plus court : 4,6 km. À 23 ans, le normand Thierry Marie (Système U) s’est montré le plus rapide de 258 millièmes de seconde sur Eric Vanderaerden (Panasonic). Du côté des prétendants, Hinault a terminé à 2’’ de Marie, Lemond et Fignon à 4’’. Alors qu’Herrera a déjà concédé 24’’.

Le lendemain, après une demi-étape remportée par Pol Verschuere, la bande à Guimard – Système U – emmené par Marie et Mottet ont réalisé le meilleur chrono en 1h10’27”. Tandis que La Vie Claire a fortement déçu malgré des bons rouleurs comme Hinault, Lemond, Hampsten et Bernard en réalisant seulement le 5e chrono à 1’55”. Du côté des Colombiens, c’était la catastrophe avec un retard de 8’16”. Heureusement que le retard a été plafonné à 5 minutes. Thierry Marie a repris le maillot jaune dans l’opération.

Ensuite, après deux étapes qui ont couronné des baroudeurs, on a assisté au retour de Johan Van Der Velde (Panasonic) au premier plan. Troisième du Tour 82, le Néerlandais a retrouvé le chemin de la victoire sur la Grande Boucle. De plus, il a réussi à prendre un max de bonifications pour s’emparer du maillot jaune devant Dominique Gaigne qui avait endossé ce maillot la veille.

Par la suite, après l’étape animée vers Cherbourg où on a vu Hinault et Fignon attaquaient. Le maillot jaune a encore changé d’épaule grâce aux sprints en cours d’étape. Cette fois-ci, présent dans l’échappée, Jorgen Pedersen (Carrera) est devenu le 2ème danois en jaune après après Kim Andersen pendant 6 jours en 1983.

Puis, place au contre-la-montre individuel de Nantes en guise de 9e étape. Dans sa spécialité, Bernard Hinault a imposé son autorité sur les 61,5 kilomètres du parcours. Cependant, son dauphin et équipier Greg Lemond n’a fini qu’à 44 secondes alors que l’Américain a été victime d’une crevaison dans les derniers kilomètres. Du côté de la Carrera, le leader Stephen Roche a pris la 3ème place à 1’1’’ de Hinault. Ses lieutenants Urs Zimmermann (5ème) et Jorgen Pedersen (6ème) ont également montré de bonnes choses. Ce dernier a conservé sa tunique de leader devant Roche et Hinault.

Après les victoires de Jean-Claude Bagot (Fagor) au Futuroscope et du Belge Rudy Dhaenens à Bordeaux, la première étape dans les Pyrénées a fait une grosse sélection. Déjà, le maillot jaune Pedersen a explosé et a terminé l’étape à 33’57’’ du vainqueur. Le col de Burdincurutcheta a fait éclaté le peloton avec ses pentes terribles. Hinault a mené un 1er groupe dernière les échappés. Tandis que le groupe Roche et Mottet était une trentaine de secondes mais Fignon était au plus mal plus de deux minutes plus loin. À 90 kilomètres de Pau, Hinault a relancé les grandes manoeuvres avec Bernard et Delgado. Dans le col de Marie-Blanque, il ne restait plus que l’Espagnol avec le Blaireau. À l’arrivée, Delgado s’est imposé devant le Breton. Derrière, Lemond et Herrera ont profité d’une dernière côte pour prendre leur distance avec Bauer, Criquelion et Rooks. L’Americain a passé la ligne avec un retard de 4’37”. Fignon et Roche ont tout perdu ce jour-là d’ailleurs le Parisien ne repartira pas le lendemain. Hinault a pris le maillot jaune avec plus de quatre minutes d’avance sur Lemond.

Le lendemain, vers Superbagnères, Hinault a détecté un coup de folie loin de l’arrivée en partant dans la descente du Tourmalet. Mais, le Breton a vu revenir Herrera, Lemond, Zimmermann, Millar et Hampsten dans la descente de Peyresourde. Épuisé, le champion Français n’a pas tenu le coup dans la montée finale. Après une offensive d’Hampsten, Lemond est parti en contre et a dépassé son compatriote à 6 km du sommet. L’Américain a presque repris son passif sur son leader puisqu’ Hinault a terminé à 4’39”. De plus, le lendemain, lors d’une étape de transition vers Blagnac, La Vie Claire a enfoncé le clou en replaçant le Suisse dans le top 10 grâce à ses 8 minutes acquises et à son succès d’étape. Par la suite, les bordures vers Nîmes ont permis d’ajouter 49 secondes de retard à des adversaires comme Delgado, Lejarreta et Herrera.

Puis, lors de la 16e étape, Hinault a refait des siennes dans le col de Mévouillon ce qui a forcé les Panasonic de Millar à réagir pour revenir. Ensuite, le col d’Espréaux a fait la décision en faveur de Jean-François Bernard (La Vie Claire) qui a lâché ses trois compagnons d’échappée. Bernard a remporté ainsi à Gap son premier grand succès en solitaire. Malgré cette nouvelle victoire au sein de l’équipe de Tapie, la tension est montée entre les clans de Hinault et de Lemond.

Ensuite, direction Serre-Chevalier via le col du Granon, en cette grosse journée de course, la maillot jaune Bernard Hinault est distancé sur les pentes terribles de l’Izoard. Son équipier mais rival Lemond a attaqué dans la descente. Le Francais a souffert de son mollet et l’ascension finale lui a coûté chère en prenant 3’21” dans les dents. Alors que Eduardo Chozas levé les bras, Urs Zimmermann et Lemond ont avalé un par un les échappée pour finir à 6’26” du vainqueur du jour. Greg est devenu ainsi le premier Américain porteur du maillot jaune.

Après une nuit en mésothérapie, Bernard Hinault a retrouvé des sensations pour cette nouvelle étape alpestre en direction de l’Alpe d’Huez. Hinault a fait la descente du Galibier à fond pour mettre en difficulté Zimmermann. Avant la Croix de Fer, le Suisse est lâché. Le duo Hinault – Lemond ont réussi leur coup et ont fini ensemble au sommet de l’Alpe. Plus loin, Zimmermann a fini troisième de l’étape mais à plus de 5 minutes. Les autres leaders à plus de six. La Vie Claire a posé définitivement sa main sur le Tour.

Après la victoire de Gorospe, Hinault a profité des 58 kilomètres chronométrés autour de Saint-Etienne pour gagner sa dernière victoire d’étape sur le Tour. Il a battu de 25 secondes un Lemond lâché par sa machine. Cependant, un pacte de paix est signé entre les deux coureurs.

Puisque l’étape d’après vers Le Puy-de-Dôme, leurs organismes ont commencé à payer les nombreuses attaques depuis le début de ce Tour de France. Devant une foule enthousiaste, Erich Maechler a pris le meilleur sur Ludo Peeters. Zimmermann avait du mal à s’accrocher mais Lemond et Hinault n’était pas au mieux non plus. Le maillot jaune a repris quelques secondes à son dauphin. Cependant, le Breton s’est emparé du maillot à pois dans les deux premiers cols du Massif Central.

Enfin, les deux dernières étape vers Nevers et Paris ont couronné au sprint l’Italien Guido Bontempi. Eric Vanderaerden a conservé son maillot vert. Sur le podium, quelques sourires, Lemond a gagné son premier Tour de France devant un oppressant Hinault. Zimmermann a complété le podium.

À 32 ans, Bernard Hinault a annoncé sa retraite après cette deuxième place et son unique maillot à pois. 24e de ce Tour à 40 ans, Joop Zoetemelk a également participé à son dernier Tour de France après avoir remporté l’épreuve en 1980 et terminé 6 fois 2ème (en 1970, 71, 76,78, 79 et 82), ce qui constitue un autre record. Du côté des autres Français, Ronan Pensec – très bon en dernière semaine, a pris la sixième place alors qu’Yvon Madiot a clôturé le top 10. Le Belge Claude Criquielion a réalisé son meilleur Tour de France avec une belle 5e place. La Belgique attendra Jurgen Van den Broeck pour dégoûter à une telle place.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here