Lettre à Thibaut Pinot

0
Ligue 1

Alors que le Tour de France 2020 débute demain à Nice, les espoirs de victoire française reposent sur un homme en particulier. Sans oublier Julian Alaphilippe ou Romain Bardet, capables de réaliser des exploits, je voudrais m’adresser aujourd’hui à celui qui nous a fait vibrer, crier, pleurer l’an dernier, et qui va recommencer cette année. Thibaut Pinot, laisse-moi te dire que cette année est ton année.

 

Parce que tu nous as montré que tu en étais capable

Tout d’abord, retour sur les routes du Tour. Le 26 juillet 2019, à 15h, à trois jours de l’arrivée sur les Champs-Elysées, tout s’effondre. D’abord ton corps : souffrant d’une déchirure musculaire, tu poses pied à terre et fonds en larme. Puis tes espoirs de victoire : alors que tu es encore en course pour la victoire finale, ton parcours s’arrête brutalement. L’euphorie laisse place au calme, et la liesse à la tristesse.

Mais avant cela, pendant les 18 premières étapes, tu as impressionné. Vainqueur au sommet du Tourmalet, transcendé sur le contre-la-montre à Pau, tu as montré que tu pouvais le faire. Tu peux gagner le Tour de France. Ceux qui en doutaient s’en sont aperçus, ceux qui y croyaient en sont convaincus.

 

Parce qu’on attend depuis trop longtemps

35 ans. Depuis 35 ans, la France entière attend un successeur à Bernard Hinault. De Jean-François Bernard à Julian Alaphilippe, en passant par Richard Virenque et Thomas Voeckler, beaucoup ont espéré, certains y ont cru, mais tous ont fini par échouer. Et cette année ? Avec un parcours très montagneux et un contre-la-montre chez toi, la veille des Champs-Elysées, les conditions semblent réunies pour te voir triompher au sommet de « La Planche ».

 

Parce que tu as 30 ans

En mai dernier, tu soufflais ta trentième bougie. Un âge représentant un savant mélange d’expérience, de maturité, de fraîcheur et de sérénité. A trente ans, Chris Froome remportait son deuxième Tour de France, Miguel Indurain son quatrième, Eddy Merckx brillait sur les classiques, tandis que Bernard Hinault et Jacques Anquetil réalisaient le doublé Giro-Tour. Et toi ? Si cette année, tout juste trentenaire, tu en profitais pour imiter les plus grands champions de ce sport ?

 

Parce que la chance va tourner

Après un enchaînement de désillusions, avec six abandons en douze Grands Tours, l’heure est venue de forcer le destin. Si l’on se penche sur les deux plus cruelles défaillances, on ne peut les expliquer que par un manque de chance. En effet, outre le Tour 2019, le Giro 2018 s’est lui aussi terminé de la pire des manières. Troisième du général la veille de l’arrivée à Rome, tu es soudain victime d’un début de pneumopathie. Si tu parviens d’abord à boucler la vingtième étape au sein du gruppetto, à bout de force, tu n’as ensuite d’autres choix que de jeter l’éponge. Mais malgré tout cela, malgré ces cruels abandons, comme te l’a dit Marc Madiot, « il ne faut pas renoncer. L’histoire n’est pas terminée. Le meilleur est à venir. » Alors, après deux ans de déchirements, la chance doit tourner, et elle VA tourner.

 

L’an dernier, après le terrible coup d’arrêt en juillet, que tu définis comme « la plus grosse claque de [ta] carrière », tu déclares : « pour oublier tout ça, il faudra que je gagne le Tour ».

Alors vas-y, le 20 septembre 2020, lève les bras et oublie tout ça !

 

Crédit photo : Sud Ouest

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here