Cyclisme

Tour de Romandie : le WorldTour à l’heure suisse

La Suisse nous accueille cette semaine avec un Tour de Romandie qui s'annonce passionnant ! Du 27 avril au 2 mai, le peloton effectuera 684 km avec un dénivelé positif total de 12471 m dans un cadre somptueux. Il y a de quoi nous régaler, même si certaines vedettes font l'impasse sur cette course avant de s'envoler vers l'Italie. Pour tout savoir sur ce nouveau chapitre du WorldTour, ça se passe sur We Sport.

 

Le parcours

Celui-ci reprend en grande partie le tracé prévu pour 2020, un parcours mis de côté pour cause de COVID. Après quelques modifications, l'organisateur propose six étapes dans une région montagneuse avec une configuration favorable à Geraint Thomas, Michael Woods et Wilco Kelderman. Primož Roglič, double tenant du titre, ne s'aligne pas sur cette épreuve, sa phase de préparation en vue du Tour de France ne passant pas par la Suisse.

Prologue : Oron – Oron

Extrêmement court, ce prologue est un pur exercice de vitesse et de force. La bosse finale est terrible, le choix du braquet sera déterminant pour ne pas perdre de temps pendant le dernier kilomètre. Cette configuration rappelle le chrono de l'Étoile de Bessèges en condensé, remporté par Filippo Ganna.

Étape 1 : Aigle – Martigny

C'est près du siège de l'UCI que les coureurs vont en découdre, sur un circuit très vallonné. Neuf ascensions viennent ponctuer ce tracé exigent. Bien que celles-ci ne dépassent pas les 700 m d'altitude, il faudra être costaud pour s'imposer. À priori le classement général ne se jouera pas sur cette étape, mais un puncher comme le local Marc Hirschi peut s'imposer, idem pour Peter Sagan s'il résiste à l'enchaînement des côtes.

Étape 2 : La Neuveville – Saint-Imier

Avec une ascension finale à 1283 m d'altitude, il s'agit là d'une arrivée pour grimpeurs, avec une ligne tracée dans la vallée. Le peloton franchira d'ailleurs deux fois cette même ligne avant de se disputer la victoire. La Vue-des-Alpes fera office de juge de paix.

Étape 3 : Estavayer – Estavayer

Difficile de trouver un mètre de plat durant cette étape ! Les coureurs en vue précédemment à Martigny retrouvent leur terrain de jeu. L'organisateur a eu l'originalité de placer un sprint intermédiaire, après la sortie de Thierrens à 700 m d'altitude. Ensuite, la longue descente conduira le peloton vers un circuit vallonné, comprenant deux ascensions à effectuer trois fois.

Étape 4 : Sion – Thyon 2000

Traditionnellement, lors d'une course à étapes, nous cherchons à déterminer celle qui est dite “l'étape reine”. Avec son arrivée à 2090 m d'altitude, celle qui relie Sion à Thyon 2000 revendique fièrement ce statut. Trois cols permettront de faire les premiers écrémages avant de se diriger vers la plus grosse difficulté de ce Tour de Romandie. Quasiment 20 km de montée intense pour s'élever de 1480 m, c'est une véritable rampe où les prétendants au général pourront s'expliquer.

Étape 5 : Fribourg – Fribourg (contre-la-montre)

Pour conclure ce Tour de Romandie, un contre-la-montre original s'invite. Vallonné, celui-ci présente surtout une zone pavée longue de 700 m très pentue. Le choix du matériel sera déterminant pour ne pas perdre de temps sur un adversaire direct. Certains coureurs oseront ils changer de machine à la fin du deuxième kilomètre ?

 

 

Les équipes engagées

WorldTeams : AG2R Citroën Team, Astana – Premier Tech, Bahrain Victorious, Bora – Hansgrohe, Cofidis, Deceunink – Quick Step, EF Education – Nippo, Groupama – FDJ, Ineos Grenadiers, Intermarché – Wanty – Gobert matériaux, Israël Start-up nation, Jumbo – Visma, Lotto – Soudal, Movistar Team, Team Bikeexchange, Team DSM, Team Qhubeka Assos, Trek – Segafredo, UAE Team Emirates.

Wild card : équipe nationale suisse.

Les coureurs à suivre

Geraint Thomas – En route vers un nouveau Tour de France, le Gallois poursuit sa préparation. Auteur d'un bon Tour de Catalogne, il peut ajouter cette course à son palmarès.

Wilco Kelderman – Troisième du Giro l'an passé, le Néerlandais de Bora-Hansgrohe, a fait un bon Tour de Catalogne. Cependant, il fut contraint d'abandonner sur chute lors du Tour du Pays basque. Ambitieux pour le prochain Tour de France, il trouve un terrain parfait pour monter en condition.

Michael Woods – Pris dans une chute avec Kelderman, Woods a également abandonné pendant le Tour du Pays basque. Il pourtant bien débuté sa saison avec une victoire lors du Tour des Alpes-Maritimes et du Var. Il est d'ailleurs monté sur le podium du classement final de l'épreuve française. Sa récente cinquième place à Liège témoigne d'un retour en forme.

Peter Sagan – En retrait des classiques cette année, le Slovaque est présent sur les courses à étapes, triomphant d'ailleurs lors du sixième acte du Tour de Catalogne. Son engagement n'est pas anodin, deux étapes génèrent des ambitions chez le triple champion du monde.

Diego Ulissi – Désormais équipier de Marc Hirschi, il effectue ses derniers réglages en vue du Giro. Octuple vainqueur d'étapes sur son Tour national, l'Italien conserve de légitimes prétentions.

Marc Hirschi – Son transfert vers UAE Team Emirates a fait beaucoup de bruit, mais ses résultats en font moins. Un seul top 10 cette année, flop pendant les ardennaises, le Suisse est retombé dans l'anonymat. Il évolue cette semaine à domicile, ce paramètre provoquera peut-être un déclic.

Jake Stewart – Absent de toute compétition suite à sa blessure fin mars, le Britannique fera son retour en terre suisse. S'il passe bien les bosses, le sprinter de Groupama-FDJ pourra espérer ouvrir son palmarès chez les professionnels à Martigny ou à Estavayer.

Six jours intenses à ne rater sous aucun prétexte, rendez-vous chaque soir sur www.wesportfr.com et sur notre appli pour ne rien manquer.

Crédit photos et profils : Fondation Tour de Romandie


Dernières publications

En haut