Cyclisme

Tour Down Under 2023 Femmes : Parcours, étapes, engagés, classements

Tour Down Under Femmes 2023

Depuis de nombreuses années maintenant, les courses féminines du Tour Down Under ont l'allure d'un événement WorldTour féminin : équipes de haut niveau, organisation de haut niveau, couverture en direct et prix en argent équivalents à ceux de l'événement masculin. Cette année, alors qu'il revient au calendrier UCI après deux ans d'absence, il a enfin obtenu le label World Tour qui reflète cette réalité.

Le Santos Tour Down Under féminin, avec la Schwalbe Classic en lever de rideau le samedi 14 janvier, offrira la toute première course par étapes du Women's WorldTour en Australie du lundi 15 au mardi 17 janvier. Son statut renforcé – et les points offerts – incitera les équipes de haut niveau à faire le voyage en Australie en janvier, dans un calendrier de courses féminines de plus en plus chargé.

Cela fait 12 ans que l'on se rapproche de l'échelon supérieur des courses féminines du Tour Down Under, qui a commencé en 2011 avec une série de courses de critérium de ville remportées par Chloe Hosking. L'année suivante, elle est passée à trois courses, puis en 2015, la course féminine annuelle a été intégrée aux National Road Series avant d'obtenir le statut 2.2 en 2016 et le statut 2.1 en 2018, et c'est également l'année où les femmes se sont vu offrir des prix en argent équivalents à ceux des hommes.

Dès lors, le passage au statut de WorldTour féminin, sous la tutelle de la directrice de course Kimberley Conte, n'était pas une question de “si” mais de “quand”. En 2020, la course a atteint le niveau 2.Pro, mais en 2021 et 2022, le COVID-19 est intervenu et, les frontières étant fermées, les courses internationales ont été annulées. Déterminés à poursuivre sur leur lancée, les organisateurs ont maintenu la course, offrant une course de la série nationale sur route avec les attributs d'une course internationale de haut niveau.

Maintenant que les frontières sont rouvertes, le premier Tour Down Under du WorldTour féminin Santos est presque arrivé. Conte est passé à d'autres défis, et c'est donc sous la direction de l'équipe de Stuart O'Grady, Annette Edmondson et Carlee Taylor que la course, qui emmène les coureurs de la côte aux montées, se déroulera.

La triple gagnante Amanda Spratt sera de retour, mais au lieu de se lancer dans le défi avec la seule équipe WorldTour d'Australie pour la soutenir, elle s'alignera avec la puissance de Trek-Segafredo derrière elle, une équipe formidable qui a déjà prouvé sa force sur le sol australien, même en infériorité numérique après que Brodie Chapman ait remporté le titre australien sur route.

Ajoutez Grace Brown à la tête de FDJ-SUEZ, avec la sprinteuse française Clara Copponi, le formidable duo Jayco-AlUla composé de Ruby Roseman-Gannon et Alex Manly, ainsi que la Néo-Zélandaise Georgia Williams, qui court désormais sous les couleurs d'EF Education – Tibco SVB, mais qui connaît bien les routes du sud de l'Australie pour avoir passé la majeure partie de sa carrière au sein de l'équipe féminine australienne du WorldTour, désormais connue sous le nom de Jayco AlUla.

Le parcours 2023 du Tour Down Under Femmes

Après le lever de rideau de la Schwalbe Classic le samedi 14 janvier – où les femmes et les hommes courent pendant une heure sur le circuit Victoria Square/Tarntanyangga de 1,35 km dans le centre d'Adélaïde – les étapes sur route qui décideront du classement général commencent. Il ne s'agit peut-être que de trois étapes, mais en plus de la ville, de la côte et des montées, le nouveau trio de directeurs de course a prévu une étape pour les sprinters, une pour les puncheurs et une pour les grimpeurs afin de donner à un maximum de coureurs une chance de monter sur le podium et de faire  la bataille pour le classement général.

Étape 1 : De Glenelg à Aldinga, 110,4 km

Il est temps de se rendre à la plage pour la première étape du dimanche 15 janvier, qui, compte tenu des températures annoncées d'environ 30°C, devrait être un lieu très fréquenté. Alors que la course masculine s'est souvent terminée sur la plage, l'arrivée sur le littoral de l'étape de 110,4 km est un nouveau territoire pour la course féminine. La première étape du tour est destinée aux sprinters, elle part de Glenelg, traverse la région viticole de McLaren Vale, arrive à Willunga – mais pas par la montée emblématique – et passe ensuite par la plage d'Aldinga avant de faire une boucle à travers Willunga et de longer à nouveau la côte avant de terminer à Snapper Point, Aldinga. Ce n'est pas une journée plate, mais il n'y a rien qui puisse gêner les sprinters, la plus grande ascension de la journée, la montée Chaffeys, avec une pente moyenne de 5,9 %, arrivant à un peu plus de 30 km de la course. Des points de Queen of the Mountain seront disponibles à cet endroit, ainsi que des points de sprint à 53,8 km et 93,2 km à Willunga, mais bien sûr, le sprint où tout le monde cherchera à marquer le coup se déroulera à Aldinga.

Étape 2 : Birdwood à Uraidla, 90 km

Birdwood a servi de lieu d'arrivée d'étape lors des deux dernières éditions de la course, Spratt y ayant remporté une victoire en solitaire en 2020, mais cette fois, lundi 16 janvier, c'est là que les coureurs s'aligneront pour prendre le départ d'une étape 2 courte mais difficile. Ne vous laissez pas tromper par la distance de 90 km, ce ne sera pas une journée de course facile. Elle est destinée aux puncheurs et s'aventure dans les collines d'Adélaïde. Le premier défi en matière d'escalade se présente à North East Ridge, courte de moins d'un kilomètre et d'une moyenne de 5,9 %, mais la section avec une pente maximale de 15,6 % fera mal. L'effort sera cependant plus soutenu lorsque la course atteindra le Mount Lofty, qui sera également la pièce maîtresse de l'étape finale des hommes plus tard dans la semaine, mais la différence est que les femmes ne l'aborderont qu'une seule fois, mais dans une direction différente. L'ascension de l'autre coté implique de s'attaquer aux pentes les plus raides, avec une montée de 6,1 km offrant une pente moyenne de quatre pour cent mais avec des sections piquantes et un maximum de 14,4 %. Étant donné qu'il s'agit d'une montée qui se situe  à seulement dix kilomètres de l'arrivée, elle devrait également constituer un point de départ idéal pour les prétendantes au classement général et leur permettre de commencer à creuser l'écart.

Étape 3 : Adélaïde à Campbelltown, 93,2 km

La dernière étape décisive est sans équivoque une étape pour les grimpeurs, avec 1 773 mètres de dénivelé positif sur 93,2 km. Et pour la première fois, la course féminine s'attaquera à la difficile montée de Corkscrew Road. La troisième étape démarre au cœur d'Adélaïde, puis se dirige vers Cudlee Creek, Lobethal et Birdwood, lieu de départ de la deuxième étape, avant de faire une boucle vers Gumeracha et de revenir vers Adélaïde et la montée brutale qui pourrait bien décider de la course. L'ascension de la route Corkscrew culmine à seulement 7,5 km de la ligne d'arrivée finale, et c'est une ascension de 2,3 km qui a le potentiel de faire de sérieux dégâts, surtout après une journée où la route a servi une dose régulière de montées courtes mais éprouvantes pour les jambes. L'altitude maximale n'est que de 499 m, mais sa pente moyenne de 9,2 % et sa pente maximale de 24,4 % risquent de pousser de nombreux coureuses à chercher désespérément des vitesses supplémentaires. Ceux qui aiment les montées courtes et abruptes s'élanceront alors vers le sommet en espérant maintenir leur avantage dans la descente jusqu'à Campbelltown, afin de s'assurer une victoire d'étape et peut-être même le maillot ocre de leader de la course.

Les favorites du Tour Down Under Femmes 2023

Il s'agit peut-être d'un événement international, mais il ne fait aucun doute que les coureuses australiennes de toutes les équipes inscrites se battent pour obtenir une place sur la liste de départ afin d'avoir la rare opportunité de courir sur le sol national, avec leur famille et leurs amis qui les encouragent. Et si leur équipe ne vient pas, ils se battent pour obtenir une place dans l'équipe australienne. Si l'on ajoute les deux équipes basées en Australie qui ont réussi à obtenir une place, la nouvelle équipe continentale Team BridgeLane et ARA Skip Capital, la liste de départ compte plus d'un tiers d'Australiennes.

Il n'est donc pas surprenant que les coureuses australiennes occupent une place importante dans les rangs des favorites. Tout d'abord, il est difficile d'oublier Amanda Spratt, triple vainqueur de l'épreuve. Ses dernières saisons n'ont pas été des plus faciles, avec aucune victoire en vue depuis qu'elle a remporté la deuxième étape de cette course en 2020, mais maintenant qu'elle s'est occupée de son endofibrose de l'artère iliaque et qu'elle a eu le temps de récupérer, et qu'elle a l'élan d'une nouvelle équipe avec Trek-Segafredo, il y a toutes les chances que ce soit une renaissance pour la coureuse de la Nouvelle-Galles du Sud qui est montée deux fois sur le podium du championnat du monde de course sur route élite. L'athlète de 35 ans était clairement en bonne forme lors des Championnats australiens sur route, prête à sauter sur les mouvements de sa nouvelle coéquipière Brodie Chapman.

L'équipe Jayco AlUla, la seule équipe australienne du WorldTour féminin, s'est toujours battue pour remporter la victoire sur sa course nationale – les trois titres de Spratt, qui a passé 11 ans dans l'équipe, en sont la preuve. Ruby Roseman-Gannon, qui a remporté le Santos Festival of Cycling l'année dernière, l'épreuve nationale qui a remplacé le Tour Down Under annulé, est une candidate de choix pour l'équipe, tout comme Alex Manly, qui a prouvé sa force au classement général en remportant le Lotto Thüringen Ladies Tour en 2022.

Ensuite, il y a Grace Brown, qui a été une menace massive sur la liste de départ de la course sur route des Championnats nationaux australiens et a obtenu la deuxième place même lorsqu'elle s'alignait sans un seul coéquipier. Avec son équipe FDJ-SUEZ derrière elle, elle est une présence qui se profile encore plus grande et il faudra surveiller les étapes des sprinters pour sa coéquipière Clara Copponi, qui a remporté l'année dernière sa première victoire sur le Women's WorldTour et sera certainement à la recherche de la prochaine.

Lauren Stephens d'EF Education Tibco-SVB sera à surveiller pour le classement général, la coureuse américaine ayant terminé quatrième en 2020 et deuxième en 2018, tandis que sa coéquipière Krista Doebel-Hickok sera à surveiller dans les montées, tout comme sa coéquipière néo-zélandaise Georgia Williams, une habituée de la course avec son ancienne équipe Jayco. La nouvelle équipe féminine ZAAF sera également à surveiller, avec les coureuses australiennes Danielle De Francesco et Lizzie Stannard qui ont fait une nette démonstration de force et de forme avec leurs attaques répétées lors de la course sur route des Championnats d'Australie, tandis que l'équipe nationale australienne s'alignera avec un groupe solide de coureuses, leurs équipes de métier habituelles absentes, de l'ancienne championne australienne Nicole Frain à la professionnelle chevronnée Rachel Neylan, qui a terminé troisième au classement général à Adélaïde en 2019.

Il n'y a que six équipes féminines du WorldTour sur la liste en 2023, et bien qu'il aurait été agréable que plus d'entre elles fassent le voyage en Australie, le revers de la médaille est que – contrairement à l'épreuve masculine – cela signifie qu'il y a également de la place pour les équipes australiennes en dehors de l'échelon supérieur au-delà de l'équipe nationale pour trouver une place sur la ligne de départ, offrant une rare opportunité pour les jeunes espoirs de faire leur marque.

ARA Skip Capital s'alignera aux côtés de la nouvelle équipe UCI australienne, Team BridgeLane, qui a été en partie financée par crowdfunding dans le but d'accroître les opportunités pour les cyclistes féminines du pays qui s'efforcent de rejoindre le peloton professionnel européen. Les coureuses de BridgeLane à surveiller sont Emily Watts, qui a remporté la première étape du Santos Festival of Cycling l'année dernière, et Keely Bennett, qui a terminé deuxième d'une étape du Bay Crits au début du mois, montant sur le podium entre Roseman-Gannon et Chloe Hosking.


Dernières publications

En haut