Tribune : le lionceau sochalien sauvé, mais combien de temps ?

Comme tout supporter sochalien, le 17 mai est une date qui reste en travers de la gorge. A chaque fois qu’un match décisif pour le maintien s’est joué à Bonal, le club n’a su se sauver. Dernièrement, il y a 5 ans, Sochaux est relégué de Ligue 1 après un match fantôme contre Evian et une défaite 3-0. Et ce soir, la malédiction ne s’est pas répétée. Un soulagement, de la joie, mais ensuite qu’adviendra-t-il de la situation du club ?

Une dernière échéance administrative de taille

Sportivement, le club est sauvé, mais il reste la DNCG le 22 mai, et avec les dettes du club, rien n’exclut le pire pour le club, voire une descente adminsitrative en National. La première étape est réussie, mais les autres sont bien plus floues. Pour équilibrer les finances, il faudra que Mr Dong Bo et Tech Pro puisse effacer l’ardoise. Ce qui est, sans aucun doute, impossible à l’heure actuelle. Il faut donc retrouver rapidement un repreneur, avec un projet réalisable et qui pourra relancer les finances du club, qui sont instables depuis maintenant 4 ans. Le club n’a pas d’argent, pas d’actif, sa valeur est faible, c’est peut-être un argument à prendre.

Une saison sportive éprouvante

Une période Baskonia sous le signe de l’escroquerie

Niveau sportif, ce fut l’année de tous les doutes et les idées farfelues. L’arrivée de Baskonia et ses mercenaires…. Pardon joueurs. Peu de profils physique, des hommes avec peu d’expérience du haut niveau mais qui jouissent d’un joli pedigree (Rafa Paez et Madger Gomes passés par Liverpool, Budkisvskyi international ukrainien). Et ce manque de compatibilité avec les profils requis en Ligue 2 se sont montrés rapidement. Pas d’animosité offensive, un manque de collectif suite à la refonte complète de l’effectif en un été, et une tactique créé par José Manuel Aira basée sur la possession de balle rendant tout jeu devant inefficace, bienvenue au cirque Sochaux, entrée payante au Stade Bonal.

Un mois de décembre pour relancer la machine

Avec la nomination d’Omar Daf à la tête de l’équipe première et le départ de la plupart des plots de l’équipe d’Alaves, c’est un vent nouveau qui souffle dans les tribunes de Bonal. Philippe Raschke de retour aux commandes du recrutement, l’espoir renait avec un renforcement ambitieux. Yohan Mollo, Momo Sissoko, Hamza Sakhi, etc. Un mélange entre joueurs expérimentés, jeunes en manque de temps de jeu et joueurs voulant se relancer. Ajoutez cela à la montée en équipe première de jeunes prometteurs dont Daf connait le potentiel (Boris Moltenis, Maxence Lacroix, Lucien Agoume entre autres) et c’est une nouvelle équipe qui repart pour six mois de compétition. Cependant, le collectif manque à s’installer, les performances ne sont pas au rendez-vous, avec pourtant de très bonnes sorties régulières comme Hamza Sakhi, Maxence Lacroix et Boris Moltenis. Le manque d’expérience du haut niveau de la défense couplée à l’atmosphère régnant au club, la pression est énorme pour les jeunes.

S’inspirer des anciens pour mieux relever la tête

Le jeu voulu par Omar Daf arrive à coupler les tactiques d’Alain Perrin et Guy Lacombe à leurs époques est mi-figue, mi-raisin. La défense se veut plus rassurante, mais les occasions en attaque ne se concrétisent pas. Pire attaque de Ligue 2, un manque trop important d’un 9 efficace et les individualités peu utiles. Pour autant, le club s’est réveillé au bon moment, et a réussi à prendre le meilleur sur des clubs du haut de tableau (Niort, Clermont, Paris FC) et même partager les points face à Metz et Lorient. Le maintien est acquis, en grande partie aux contreperformances des concurrents. Il faudra vite montrer un autre visage l’année prochaine.

A Sochaux, le plus important ce ne sont pas les victoires, les nuls, les défaites. C’est nos valeurs, la fierté d’une région, une partie de notre vie. On vit ensemble, on meurt ensemble. Aimer le FCSM, c’est être amoureux de son histoire avant son niveau. Ne t’inquiète pas mon Lionceau, nous serons là pour te soutenir l’année prochaine, quel qu’en soit le prix. Car tu es une partie de notre vie et contrairement aux politiques, on ne souhaite pas te voir disparaitre dans l’anonymat le plus complet. ALLEZ SOCHAUX !

 

Crédit photo : Arthur Geillon – We Sport FR

A propos de l'auteur

Rédacteur football, basket, eSport pour We Sport FR et chroniqueur radio pour l'émission Soyons Sports à Shalom Besançon. Fan du FC Sochaux depuis qu'un certain Teddy Richert a fait des merveilles en finale de Coupe de France 2007.

Poster un commentaire

at Donec Sed odio ultricies Nullam Praesent Lorem