Trois bonnes raisons de suivre les deux dernières courses de la saison

Les titres pilotes et constructeurs ont d’ores et déjà été décernés, pourtant la fin de championnat n’est pas sans enjeux. Les deux victoires en jeu, ajoutées au retour de la bataille en piste entre Ocon et Pérez, sans oublier que la saison 2018 est déjà présente dans tous les esprits, sont autant d’éléments à suivre.

En terminant neuvième au Mexique il y a 15 jours, Lewis Hamilton a été sacré quadruple champion du monde, après une domination sans partage lors de la deuxième partie de saison. Mais 2017 n’est pas terminée, le Grand Prix du Brésil ce week-end et celui d’Abu Dhabi dans deux semaines sont encore à disputer.

⦁ Spectacle garanti

Lors des quatre dernières courses, Max Verstappen a gagné deux fois, empochant pendant ce temps 80 points, soit le meilleur total devant… Lewis Hamilton. Prouvant que Red Bull est de retour aux avant-postes. Nous allons donc retrouver trois écuries – Mercedes, Ferrari et Red Bull – et leurs six pilotes respectifs, capables de remporter à la régulière les deux derniers Grands Prix. Après trois saisons où seulement deux pilotes se battaient pour la victoire, cela s’annonce donc passionnant. De plus, au Mexique, nous avons eu le privilège d’assister à une belle bataille entre Verstappen, Vettel et Hamilton… Malheureusement, celle-ci ne dura que 3 virages, l’accrochage entre les multiples champions du monde Anglais et Allemand, nous privant d’une magnifique lutte pour la plus haute marche du podium. Mais ce n’est que partie remise. Une autre information est à prendre en compte : lorsque le jeune néerlandais est présent à l’avant, le spectacle est garanti ! En effet, il s’est élancé trois fois en première ligne depuis le début de sa jeune carrière, à chaque fois il y a eu accrochage au premier virage…

 

23548379_1730011393685197_1968855218_n.jpg

Crédit photo : Daily Express

⦁ Un aperçu de l’année prochaine

Cette fin de saison 2017 s’annonce haletante pour les fans, cependant toutes les équipes ont la tête tournée vers l’année prochaine. Le patron de Mercedes, Toto Wolff, annonçait en début de semaine que son écurie aborde « les deux dernières courses comme les deux premières manches du championnat 2018 ». Même si les équipes travaillent depuis quelques mois sur leurs monoplaces 2018, plusieurs d’entre elles ont annoncé qu’elles testeront des nouvelles pièces, destinées à la voiture de la saison prochaine, lors du Grand Prix du Brésil. De même, 2018 commence dès maintenant pour les pilotes, et plus particulièrement pour les candidats au titre. On peut se rappeler que Nico Rosberg, après avoir perdu le championnat en 2015, avait terminé la saison par trois victoires de rang, avant de débuter l’année 2016 par quatre succès consécutifs… lui permettant d’être sacré champion du monde en fin d’année. Il est indéniable que ses trois victoires en fin de saison 2015 lui avait donné un avantage psychologique pour l’année suivante.

⦁ Ocon et Pérez enfin libérés

Autre intérêt de regarder les deux prochaines courses : le retour du duel entre Ocon et Pérez. Le responsable des opérations de Force India, Otmar Szafnauer, indiquait avant le Mexique que si la quatrième place au championnat constructeurs était assurée alors « Pérez et Ocon seraient de nouveau autorisés à se battre en piste ». L’objectif ayant été atteint, Force India a tenu parole mais Szafnauer prévient, « je leur enverrai personnellement la facture s’ils s’accrochent à nouveau ! ».

23476403_1730011643685172_794955065_n.jpg

Crédit photo : F1 Fanatic

Pérez et Ocon vont à coup sûr se retrouver proche l’un de l’autre en course, et même s’ils ont interdiction formelle de s’accrocher, il y a fort à parier que nous assisterons à des attaques musclées. Il faut de plus prendre en compte, qu’au championnat, Pérez (7e) devance son équipier français (8e) de seulement 9 points. Connaissant l’ego des deux pilotes, inutile de préciser qu’ils donneront tout pour devancer leur voisin de garage au classement final. Esteban Ocon déclarait d’ailleurs ce jeudi qu’il donnera « le maximum pour finir devant Pérez »…

Bonus : La bataille pour la 6e place du championnat constructeurs est à suivre particulièrement. Toro Rosso (6e), Renault (7e), Haas (8e) se tiennent en seulement 6 points. Sachant que la différence en termes de revenus financiers entre une 6e et une 7e place se situe aux alentours de 15 millions d’euros, la lutte va être tendue entre ces trois teams.

Secteur F1 (@Secteur_F1)

Poster un commentaire

dolor ut quis venenatis, quis, adipiscing Aliquam ante.