Foot US

Un dimanche en NFL – Week 11, Baltimore ne chasse pas ses démons

NFL Week 11

Prolongations à gogo dans les affiches de la semaine, Tua Tagovailoa benché à Miami et la terrible blessure de Joe Burrow, tout ceci est dans votre récap du dimanche du NFL Week 11.

L’autre affiche de la semaine

Tennessee Titans [7-3] @ Baltimore Ravens [6-4] : 30-24 (OT)

Après avoir soufflé le chaud et le froid au cours de la rencontre, Tennessee a réussi à prendre le meilleur sur Baltimore après prolongation. Longtemps décevant et parfaitement contenu par la défense adverse, Derrick Henry (28 runs, 133 yds, 1 TD) réussit finalement à transpercer le mur violet pour offrir un succès aux Titans qui leur permet de conserver la tête de l’AFC Sud. Pour Baltimore rien ne va plus, la franchise enchaînant un troisième revers en trois semaines.

Les premières minutes de la rencontre sont l’occasion pour Tennessee de donner le ton. Après un magnifique stop défensif, l’attaque alterne parfaitement entre le sol et les airs pour finalement inscrire un touchdown par l’intermédiaire du tight-end Jonnu Smith (7-0). Oui mais voilà, les Titans vont ensuite complètement déjouer. Les hommes de Mike Vrabel perdent complètement le rythme, et Baltimore en profite pour prendre les devants après deux field goals de Justin Tucker et une course de J.K Dobbins (7-14). Si Tennessee réduit l’écart avant la pause, les choses ne changent pas au retour des vestiaires. Les Titans continuent d’évoluer dans un faux rythme, et Lamar Jackson (17/29, 186 yds, 1 TD, 1 INT) en profite pour se connecter avec Mark Andrews. Baltimore prend le large et semble se diriger vers la victoire (7-21).

Au retour des vestiaires, Tennessee réduit à nouveau l’écart sur un field goal après avoir retrouvé la redzone adverse (10-21), mais Baltimore est dans son match et semble imperturbable. Pour l’instant… Quelques actions plus tard, Lamar Jackson tente d’envoyer une bombe vers Devin Duvernay mais se fait intercepter par Amani Hooker. La rencontre va alors basculer. Tandis que Derrick Henry se réveille, J.K Dobbins (15 runs, 70 yds, 1 TD) s’éteint. Tennessee doit encore se contenter d’un field goal en zone rouge mais se rapproche à une possession lorsque les dynamiques se croisent. L’attaque des Ravens n’avance plus, et les Titans passent devant sur une réception d’AJ Brown (24-21).

Baltimore a alors l’occasion d’aller chercher la victoire, mais Lamar Jackson et ses coéquipiers n’arrivent pas à obtenir mieux qu’un field goal. 24-24, direction la prolongation. Si les Ravens remportent le toss et prennent la balle, les choses ne vont pas changer par rapport à la fin de match. La franchise du Maryland n’avance pas et doit rendre le ballon aux Titans, qui ont donc une opportunité en or de gagner ce match. Derrick Henry transperce alors la défense des Ravens jusque dans la endzone, offrant la victoire aux siens. Game Over, Baltimore s’incline et ne lave pas l’affront subi en playoffs l’an dernier.

L’upset

Miami Dolphins [6-4] @ Denver Broncos [4-6] : 13-20

Cette fois-ci, la défense n’aura pas suffi. En grande difficulté offensivement et malmené par une défense des Broncos qui a cadenassé tout au long de la rencontre, Miami est revenu à la réalité en concédant sa première défaite depuis début octobre. À l’inverse, les Broncos ont retrouvé des principes de jeu qui avaient fait leur force par le passé, avec donc une défense solide mais aussi un jeu de course performant qui a enlevé un poids des épaules de Drew Lock (18/30, 270 yds, 1 INT).

Dominés pendant presque toute la rencontre, les Dolphins avaient pourtant démarré le match de la meilleure des manières. Après seulement deux jeux défensifs, Xavien Howard intercepte Drew Lock et met sa franchise dans d’excellentes dispositions. Tua Tagovailoa capitalise immédiatement en trouvant Davante Parker (6 rec, 61 yds, 1 TD), et les Dolphins prennent la main (7-0). Malheureusement, ce départ en fanfare ne sera pas du tout à l’image de la rencontre pour les floridiens. Très vite, Denver verrouille en défense et s’applique à passer par le sol. Une tactique payante, Miami calant offensivement et Denver passant la seconde.

Effet immédiat, les Broncos vont passer devant. Melvin Gordon trouve le chemin de la endzone pour égaliser, puis les pensionnaires de Mile High remportent la bataille de field goals (deux à un) avant la pause pour virer en tête (10-13). Miami ne propose plus rien en attaque, incapable d’installer son jeu au sol ou de remonter le terrain avec un Tua Tagovailoa bloqué (11/20, 83 yds, 1 TD), et les Broncos vont en profiter pour creuser l’écart. Sur une chevauchée de vingt yards, Melvin Gordon s’offre un doublé et Denver se met à l’abri. Ryan Fitzpatrick remplacera Tagovailoa en fin de rencontre, apportant un second souffle à l’attaque, mais Miami ne reviendra pas. Les Dolphins auront bien l’occasion d’égaliser dans les dernières minutes, mais Justin Simmons interceptera le vétéran dans sa zone d’en-but. Victoire Denver et surgissement de quelques doutes en Floride.

Le match à revoir

Green Bay Packers [7-3] @ Indianapolis Colts [7-3] : 31-34 (OT)

Green Bay avait l’avantage, mais Green Bay s’est sabordé. Indianapolis a manqué le décollage, mais Indianapolis s’est imposé. Dans une rencontre globalement dominée par les Packers qui ont pourtant perdu de nombreux ballons (4), ce sont finalement les joueurs de Frank Reich qui l’ont emporté après prolongation.

Malgré deux pertes de balle en première mi-temps, les Packers dominent globalement leur sujet en début de rencontre. Après un échange de bon procédés entre Robert Tonyan et Michael Pittman Jr, Green Bay prend le large dans le deuxième quart-temps. Aaron Jones au sol puis Davante Adams Jamaal Williams (sur sa seule réception du match) dans les airs trouvent tour à tour le chemin de la endzone pour offrir un joli matelas d’avance aux leurs à la pause. Indianapolis souffre et ne répond qu’avec une connexion Philip Rivers/Trey Burton, comptant déjà quatorze points de retard à la mi-temps (28-14).

Au retour des vestiaires, le momentum change clairement de camp et les Colts vont fondre sur leurs adversaires du soir. Grâce à la précision au pied de Rodrigo Blankenship et à un touchdown converti à deux points de Jack Doyle, Indy va égaliser puis réussir à passer devant (28-31). Green Bay ne répond plus, gêné par une défense des Colts qui retrouve son niveau habituel, et continue de commettre des erreurs à l’image de Darrius Shepherd sur équipes spéciales qui offre à Indianapolis l’occasion (convertie) de prendre l’avantage.

Les Packers sont dans le dur, mais ont l’occasion d’aller gagner ce match. Tout d’abord, Matt LaFleur prend des risques en tentant de convertir une 4e&1 en position de field goal. Raté. S’en suit alors une fin de match sous tension où les mouchoirs de pénalité s’enchaînent. Green Bay croit arracher la victoire en retournant un fumble dans la endzone, mais les arbitres rappellent la décision. Finalement, Aaron Rodgers place Mason Corsby pour un field goal égalisateur parfaitement frappé. Direction la prolongation. Green Bay gagne le toss, mais le temps supplémentaire va très vite tourner au cauchemar. Sur le deuxième jeu, Marquez Valdes-Scantling perd le ballon et Indianapolis se retrouve déjà en position de field goal. Rodrigo Blankenship ne tremble pas et convertit ce cadeau, offrant aux Colts une victoire à l’arraché.

La perf’ de la semaine

Detroit Lions [4-6] @ Carolina Panthers [4-7] : 0-20

Fin de la série noire (cinq défaites consécutives) pour les Panthers, et de quelle manière ! Profitant de Lions apathiques et incapables de créer la moindre différence, les joueurs de Caroline du Nord se sont imposés sans concéder le moindre point. La défense a parfaitement contrecarré les plans d’une attaque de Detroit frôlant le ridicule, et l’attaque n’a eu qu’à gérer. Remplaçant de Teddy Bridgewater blessé, PJ Walker, ancien MVP de la XFL, a réussi ses débuts malgré deux erreurs en Redzone. Carolina s’impose sur un shutout pour la première fois depuis cinq ans, tandis que les Lions repartent sans inscrire le moindre point pour la première fois depuis 2009.

La blessure de la semaine

Cincinnati Bengals [2-7-1] @ Washington Football Team [3-7] : 9-20

Ce sont des images que personne n’aime voir, mais elles sont bel et bien réelles. Suite à un choc violent avec les défenseurs de la Football Team, Joe Burrow, choix n°1 de la dernière Draft, a été contraint de quitter le terrain via la voiturette. Le rookie se tenait le genou, montrant de véritables signes de douleur, et ne put bien évidemment pas terminer la rencontre. La saison du quarterback de Cincinnati est terminée, et l’on attendra donc 2021 avant de revoir Burrow fouler les pelouses NFL.

D’un point de vue sportif, Washington a fini par remporter la rencontre. Si Cincinnati menait avant la sortie de sa jeune star, les Bengals ne purent guère faire le poids après l’entrée de Ryan Finley. Ironie du sort, c’est un autre grand blessé, Alex Smith, qui ressort donc vainqueur malgré un match moyen (17/25, 166 yds, 1 TD, 1 INT).

Les autres résultats

Cette semaine, les 49ers [4-6], les Bears [5-5], les Bills [7-3] et les Giants [3-7] étaient au repos.

Redzone, 1ère Partie

Atlanta Falcons [3-7] @ New Orleans Saints [8-2] : 9-24
Philadelphia Eagles [3-6-1] @ Cleveland Browns [7-3] : 17-22
New England Patriots [4-6] @ Houston Texans [3-7] : 20-27
Pittsburgh Steelers [10-0] @ Jacksonville Jaguars [1-9] : 27-3

Première réussie pour Taysom Hill avec les Saints. Titulaire en lieu et place de Drew Brees, blessé, il aura mis une mi-temps à prendre ses marques mais réussit à mener les siens vers un succès logique. La défense de New Orleans a été dominante, tandis que les Falcons n’ont jamais vraiment semblé dans le coup, à l’image d’un Matt Ryan gelé (2 INT, 48,5 Rating). De leur côté, les Browns ont assuré le minimum avec une victoire contre Philadelphie. Si l’attaque a eu du mal à se mettre en place, l’escouade défensive a elle été solide tout au long de la partie, montrant la voie pour la victoire. Les Eagles sont dans le creux de la vague et voient les Giants, les Cowboys et la Football Team se rapprocher dangereusement en tête de la NFC Est.

New England y a cru jusqu’au bout, mais ce sont bien les Texans qui se sont imposés au NRG Stadium. Deshaun Watson a livré une prestation solide (2 TD à la passe, 1 TD au sol), et même si Cam Newton eut l’occasion d’égaliser en fin de match pour les Patriots les locaux tinrent bon pour assurer leur troisième succès de la saison. Enfin, Pittsburgh n’a pas douté face à de faibles Jaguars. Si Jacksonville tient la meilleure franchise de la ligue en respect pendant quinze minutes, menant après un quart-temps, les Steelers n’eurent aucun mal à dérouler par la suite. Les joueurs de Mike Tomlin passe la barre des dix victoires et restent encore et toujours invaincus.

Redzone, 2e Partie

New York Jets [0-10] @ Los Angeles Chargers [3-7] : 28-34
Dallas Cowboys [3-7] @ Minnesota Vikings [4-6] : 31-28

Toujours pas de victoire pour les Jets cette saison. Distancée dans le deuxième quart-temps (0-17), la franchise new-yorkaise termine à seulement une possession des Chargers mais enchaîne bien une dixième défaite cette saison. Justin Herbert a été grand (37/49, 366 yds, 3 TD) et conclut une bien meilleure semaine que ses camarades de classe Joe Burrow et Tua Tagovailoa. De leur côté, les Vikings ont vu leur belle série s’arrêter net face aux Cowboys. Dans un match offensif, les belles performances de Kirk Cousins (22/30, 314 yds, 3 TD) et Dalvin Cook (27 runs, 115 yds, 1 TD) n’auront pas suffi, et Minnesota s’inclinera après un touchdown de Dalton Schultz à moins de deux minutes du terme. Malgré une défense toujours aussi douteuse, Dallas est encore en course pour le titre de division en NFC Est.

Sunday Night Football

Kansas City Chiefs [9-1] @ Las Vegas Raiders [6-4] : 35-31

Battu par les Raiders il y a quelques semaines, le champion en titre a de nouveau tremblé mais s’est imposé grâce au talent de Patrick Mahomes. Dans une rencontre très serrée où les deux franchises se sont rendues coup pour coup (5 TD d’un côté, 4 TD et 1 FG de l’autre), Las Vegas a repris la main à moins de deux minutes du terme. Les joueurs de Jon Gruden se retrouvèrent donc à un stop de l’emporter, mais le MVP 2018 va faire étalage de tout son talent pour permettre aux Chiefs de l’emporter. Mahomes n’a besoin que d’une minute et quinze secondes pour se rendre en zone rouge, puis trouve Travis Kelce sur une passe de 22 yds pour prendre l’avantage et l’emporter. Du grand Mahomes au meilleur des moments, de quoi le rapprocher un peu plus d’un deuxième trophée MVP ?

Une onzième semaine riche en émotions, qui se conclura cette nuit. Rendez-vous à 2h15 pour suivre la rencontre entre Buccaneers et Rams, assurément le choc de la semaine entre deux prétendants dans la Conférence Américaine.

Crédits Photo en Une : AP Photo/Nick Wass

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
mattis massa Donec Aliquam risus adipiscing ipsum Sed Aenean ut pulvinar