Un final tortueux et technique à Pesaro

La huitième étape sera la plus longue étape du Giro avec ses 239 kilomètres entre Tortereto Lido dans les Pouilles et Pesaro dans la province des Marches. Une étape en deux parties, une plate et une casse-patte. Es-ce que pour la troisième fois consécutive un baroudeur va s’imposer sur ce Tour d’Italie ?

L’itinéraire se découpera en deux parties avec pour commencer de la plaine pendant 140 kilomètres sur la côte adriatique. Ensuite, la seconde partie sur 100 kilomètres sera casse-patte avec une douzaine d’ascensions, dont trois sont répertoriées dans la région des Marches.

La première difficulté sera la Monte Della Maettera – 9,1 km à 3,8 %. Une montée en deux parties avec un petit replat à mi-ascension. Les deux autres bosses seront de quatrième catégorie et elles seront plus courtes.

Après le Monte di Gabicce, le parcours restera technique dont une belle descente pour rejoindre la ville d’arrivée. Cette descente comportera de nombreux lacets. Les coureurs entreront dans le centre-ville de Pesaro à 3 kilomètres de l’arrivée sur de larges lignes droites jusqu’à l’arrivée sur une ligne droite de 250 mètres. Attention aux deux derniers virages à 90 à droite dans le dernier kilomètre.

Enfin, ce final d’étape pourrait piéger des favoris avec des cassures et des possibles chutes.

Les vainqueurs à Pesaro

1927 : Arturo Bresciani
1949 : Adolfo Leoni
1979 : Alan Van Heerden
1986 : Guido Bontempi

Photo : Giro d’Italia

A propos de l'auteur

Grand fan de sport depuis de nombreuses années en passant par Franck Vandenbroucke, Michael Jordan, Roger Federer et Ayrton Senna.

Poster un commentaire

mi, tristique elit. nec adipiscing Nullam