Un parcours exigeant dans le Yorkshire pour un champion du monde costaud

0
Ligue 1
La course des élites hommes fera donc 284,5 kilomètres, soit la plus grande distance enregistrée depuis l’édition 1976 sans oublier le départ fictif ce qui donnera environ 300 bornes de compétition. Ce sera le onzième et dernier titre donné dans le Yorkshire en ce 29 septembre.
⚠️ Suite à des problèmes météorologiques, les deux dernières côtes du parcours reliant Leeds à Harrogate ont été supprimées. En conséquence, deux tours de circuits ont été ajoutés.

Les premiers 185 km de la course masculine, ce dimanche 29 septembre, sera les mêmes que l’étape du Grand Départ du Tour de France en 2014 dans le West Yorkshire et le North Yorkshire. Le peloton traversera notamment les villes de Otley, Ikley, Skipton et Threshfield avec quelques bosses pas trop faciles à monter. Ce sera dans cette partie que l’échappée se constituera avec notamment des “petites” nations.

Image

Les coureurs partiront de Leeds et se dirigeront vers le nord en passant par les Dales, abordant d’abord l’ascension de Cray (1,6 km à 7,1 %), puis les Buttertubs (4,5 km à 6,8 %) et Grinton (3 km à 6,6 %). Attention au vent avec ses difficultés sans protection naturelle. Les deux premières ascensions auront leur plus fort pourcentage à plus de 10 % sur le haut. Tandis que la dernière côte est plus régulière avec deux petits replats avec deux sections au dessus des 9 %.

Image

Image

Image

Ensuite, les coureurs iront vers le sud en plongeant sur Leyburn vers le sud sur une route rectiligne.

Avant de pénétrer sur le circuit final à Harrogate, il y aura une petite portion plate via Masham, Ripon et Ripley sur des larges avenues.

Image

Ce circuit de 14 kilomètres sera usant et technique voir dangereux autour de la ville thermale à faire sept fois avec avec l’ascension de Cornwall Road (700 mètres avec un passage à 11 %) après huit bornes sur ce circuit.

Image

Les coureurs emprunteront ce circuit dans le sens des aiguilles d’une montre. La première moitié sera sur deux grandes lignes droites alors que la seconde moitié sera bien plus technique avec deux petites montées avec peu de végétation sur les bords. Deux virages à 90 entrecouperont ces deux lignes droites. Les leaders devront rester bien placé au sein du peloton surtout avec certains passages techniques et étroits sur la deuxième moitié de ce circuit surtout si la route à mouillé surtout dans les virages en dévers. La présence de la végétation peut rendre glissante la chaussée surtout dans les petites descentes. Après la flamme rouge, le final sera en bosse, avec 250 mètres à 6 % de moyenne avant un replat de 250 mètres menant à l’arrivée.

Image

Enfin, ce type de final pourraient favoriser un spécialiste des classiques à moins qu’une ou plusieurs sélection réussissent à neutraliser les offensives pour un sprinteur costaud comme Sam Bennett, Alexander Kristoff, Matteo Trentin, Michael Matthews ou Pascal Ackermann. Alors qu’un Peter Sagan sera plus isolé mais n’aura pas la pression de la course sur ses épaules. D’ailleurs, le Slovaque a retrouvé des couleurs après un début de saison difficile. Du côté des équipes de France, des Pays-Bas et de Belgique, leur leader (Julian Alaphilippe, Mathieu van der Poel, Greg van Avermaet, Philippe Gilbert ou Oliver Naesen), ils vont devoir faire exploser la course avant les derniers kilomètres.

Image

Les favoris :

⭐⭐⭐ Julian Alaphilippe, Peter Sagan, Mathieu van der Poel

⭐⭐ Alexander Kristoff, Greg van Avermaet, Matteo Trentin, Sam Bennett

⭐ Oliver Naesen, Pascal Ackermann, Alejandro Valverde, Zdenek Stybar, Philippe Gilbert, Michael Matthews, Alberto Bettiol, Nils Politt, Michael Valgren, Niki Terpstra, Mike Teunissen, Matej Mohoric, Yves Lampaert

 

La Liste de départ :

Image

Photo : IHG.com

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here