Un week-end en Top 14 (J10) : Bordeaux sort le grand jeu, Toulouse se replace !

On retrouve (enfin) notre Top 14, avec ses bons et ses mauvais côtés, des temps de jeu effectif pas forcément très élevés, des innombrables mêlées dues à une météo pas très amicale et bien évidemment des en-avants magnifiques, dignes des plus beaux bêtisiers de fin d’année. Mais c’est aussi le moment où les puristes du jeu dans la boue, du combat au près et des visages couverts de terre sont au summum de l’excitation… Que s’est-il passé dans cette 10ème journée de Top 14 ? La réponse ci-dessous !

L’équipe du week-end : Un Bordeaux grand cru se régale à la capitale !

Un Racing en pleine renaissance, qui avait manqué de faire tomber le Munster chez lui la semaine dernière, face à l’une des révélations de ce début de saison, l’UBB d’un Christophe Urios toujours aussi bon tactiquement : le choc promettait beaucoup pour cette ouverture de la 10ème journée du Top 14.

Et on n’a pas été déçu ! Un rythme très important, évidemment aidé par le terrain en synthétique couvert de la Paris La Défense Arena, et des joueurs qui avaient décidé de tout donner sans se prendre la tête.

Un chassé-croisé terrible plus tard, et malgré un triplé d’un Vakatawa en forme internationale, le Racing 92 devait déposer les armes devant des Girondins très solides, avec le maestro Jalibert à la baguette.

Score final 30-34, 4 essais partout, et une rencontre digne d’une phase finale qui redonne goût au rugby en hiver !

Le match du week-end : Toulouse remporte le choc des Champions !

C’était le match peut-être le plus inattendu de ce début de saison : Bayonne, auteur d’un très bon championnat jusqu’alors, se présentait à Ernest-Wallon avec ses espoirs, et bien évidemment un plan de jeu précis pour essayer de contrer les Toulousains.

Les deux champions, celui du Top 14 et de Pro D2, se faisaient face sur la nouvelle pelouse synthétique du Stade Toulousain : tout un programme !

Et de match, il n’y en a pas vraiment eu. Des Ciel et Blanc accrocheurs, qui collaient parfaitement à la tactique proposée par Yannick Bru, n’arrivaient cependant pas à contrarier ceux d’Ugo Mola, sous les yeux d’un public présent nombreux le dimanche après-midi.

La faute à une indiscipline assez impressionnante des visiteurs, qui ont récolté pas moins de 2 cartons rouges, un par mi-temps !

Malgré une débauche d’énergie importante, les Bayonnais ne pouvaient que s’incliner face à la puissance des Haut-Garonnais, qui inscrivaient 5 essais et empochaient le bonus offensif grâce à leur victoire 45-10 sur le promu.

Le joueur du week-end : Virimi Vakatawa (Racing 92)

Quand ce n’est pas Teddy Thomas qui plante un triplé, c’est Virimi Vakatawa qui s’en charge !

Le surpuissant Fidjien d’origine, naturalisé français, a fait parler toute son aisance ballon en main face à des Bordelais qui n’auront pu que constater les dégâts face à lui.

Replacé au centre depuis quelques matchs déjà, Vakatawa s’est parfaitement adapté au poste, jouant avec habileté les coups offensifs, et distribuant les caramels défensivement parlant.

Hélas, malgré ses trois essais inscrits, son équipe s’est inclinée à domicile face à l’UBB, de quoi avoir beaucoup de regrets…

Crédits : Challenges.fr

L’essai du week-end : Semi Radradra (UBB)

Quand ce n’est pas un Fidjien, c’est un autre qui nous fait rêver !

La superstar de l’attaque bordelaise, qui s’envolera pour Bristol l’année prochaine, a encore fait parler sa puissance face au Racing.

Après un dégagement un peu à l’emporte-pièce des Franciliens, Ducuing récupère la gonfle et se lance à l’attaque de la ligne de défense des hommes de Laurent Travers.

Après une belle chistera qui élimine les premiers défenseurs, le cuir est dans les mains du centre girondins.

Hélas, il est presque trop tard pour les défenseurs du Racing : le Fidjien crochète à l’intérieur, détend son fulguro-bras et se paye même le luxe de traîner le talonneur remplaçant francilien sur plusieurs mètres, avant d’aplatir en terre promise…

On a aimé : Montpellier bouge le leader lyonnais

On sentait des Montpelliérains de mieux en mieux dans ce championnat, même si la Champions Cup ne les avait pas forcément tout à fait rassurés.

D’autant plus que c’était l’équipe en forme qui se présentait au GGL Stadium, le LOU d’un Pierre Mignoni au sommet de son art depuis le début de saison.

Et face à l’ogre rhodanien, les hommes de Vern Cotter et Xavier Garbajosa ont répondu présents, passant pas moins de 5 essais à leurs adversaires, qui étaient pourtant venus avec leur XV type !

Un 33-8 qui replace les Héraultais à la 3ème place, et qui promet beaucoup pour la suite de la saison.

On n’a pas aimé : Le Stade Français n’y arrive toujours pas

Un début de championnat (très) difficile, des problèmes en interne et des changements d’entraîneurs récents : le Stade Français vit une saison cauchemar, et a du mal à décoller.

Face à Brive, l’un de ses concurrents directs, les Parisiens se devaient de réagir, et surtout de marquer des points.

Si c’est un point de bonus défensif qui a été glané, on a encore du mal à voir comment les Stadistes vont s’en sortir dans ce championnat relevé où ils accusent déjà un retard de 8 points sur le premier non-relégable…

Les résultats : 

Le classement : 

A propos de l'auteur

Toujours à l'affût d'un résultat sportif, et toujours prêt à en parler autour d'une bonne bière ! Rugby, foot, tennis, et bien d'autres sports encore...

Poster un commentaire

leo. libero ipsum ante. nunc quis