Rugby

Un week-end en Top 14 (J6) : le gros coup du LOU, le Racing sur la sirène !

C’est parti pour le Top 14 des doublons, sauf que cette fois, on n’est pas en début d’année ! Les Bleus, qui commencent une série de six matchs consécutifs, ont pioché dans les clubs du Top 14 pour composer un groupe élargi, avec déjà de belles promesses après la victoire nette face au Pays de Galles samedi soir. Mais en attendant, les formations de notre championnat doivent continuer à jouer malgré les absents, ce qui complique la tâche pour certains…

 

Le match du week-end : le derby francilien est pour le Racing

Peut-être plus aussi intense que lors des dernières années du fait de la différence de niveau entre le Stade Français et le Racing 92, le derby parisien reste toujours une date cochée par les supporters des deux clubs, question de suprématie régionale évidemment !

Et à ce petit jeu, c’est le Racing qui a remporté la timbale, non sans avoir cravaché jusqu’au bout du bout de la rencontre, face à un Stade Français qui avait le match en main jusqu’à perdre les pédales dans les dix dernières minutes… En effet, tout allait bien pour les hommes de Gonzalo Quesada à l’heure de jeu : menant 22-11, sereins et appliqués dans le jeu, on ne voyait pas comment le Racing, qu’on sentait encore marqué par la défaite face à Exeter le week-end précédent, pouvait revenir dans la rencontre.

Mais ce Racing a des ressources, et l’a prouvé samedi : Machenaud au pied, puis Chavancy sur un essai en coin, ramènent les joueurs des Hauts-de-Seine à un petit point alors qu’il reste encore sept minutes à jouer. Dans un sursaut d’orgueil, Joris Segonds, excellent au pied, claque un drop trois minutes plus tard pour son équipe, lui donnant 4 points d’avance. Une rencontre qu’on pense alors gagnée pour les Parisiens.

Simplement, moins d’une minute plus tard, une pénalité est sifflée pour les Racingmen dans le camp du Stade Français : dans l’élan de la rencontre, avec peut-être un manque de lucidité, Chavancy demande à son ouvreur de prendre les points au pied, persuadé qu’il était que le score était de 24-21 (comme l’indiquait l’écran géant du stade), alors qu’il était en fait de 25-21 ! Qu’à cela ne tienne, Gibert marque et remet les siens à un point (25-24), avec deux minutes à jouer.

Evidemment, le Stade Français cherche à jouer dans le camp du Racing, essayant de faire défiler le chrono afin de remporter une victoire importante : hélas, un ballon volé en touche, puis une pénalité remettent les hommes de Laurent Travers dans le camp des Roses. Finalement, Gray commet l’irréparable et offre la pénalité de la gagne aux Franciliens. Gibert ne tremble pas et la passe entre les perches, donnant la victoire à son équipe 25-27 au bout du suspense !

 

L’équipe du week-end : le LOU met fin à une série de 20 matchs à domicile sans défaite de Toulouse

Amputé de huit de ses internationaux, le Stade Toulousain recevait un LOU en plein renouveau après deux victoires consécutives, et qui venait en Haute-Garonne avec la ferme intention de venir chercher des points à Ernest-Wallon.

Et dès le départ, la tactique des Lyonnais est claire : grosse défense, et une énorme présence dans les rucks pour gratter des ballons, à l’image de Mathieu Bastareaud, maître en la matière. Les hommes de Pierre Mignoni ne tardent d’ailleurs pas à en récolter les fruits, profitant des maladresses toulousaines et de leur faiblesse dans les regroupements : un essai de Tuisova et deux coups de pied de l’ancien Rouge et Noir Jean-Marc Doussain permettent au LOU de revenir aux vestiaires avec 10 points d’avance.

La seconde mi-temps est plus à l’avantage des Toulousains, qui ne trouvent hélas pas la faille dans une hermétique défense rhodanienne. Si Idjellidaine redonne espoir à ses coéquipiers à dix minutes du terme de la rencontre par un essai, transformé par Tedder, l’écart était déjà fait quelques minutes auparavant avec une nouvelle pénalité de Doussain, le bourreau des Haut-Garonnais.

Score final 7-16 pour les Lyonnais, qui réalisent un gros coup sur la pelouse du champion de France 2019, et qui continuent leur marche en avant dans ce championnat !

 

Le joueur du week-end : Jan Serfotein (MHR) guide les siens vers la victoire

Mal en point depuis le début du championnat, le MHR retrouve des couleurs depuis quelque temps, et semble se régler au fil des rencontres. Après la victoire face à Agen 42-13, un autre “petit” venait au GGL Stadium, Brive, et ne comptait pas se laisser faire face aux mastodontes montpelliérains.

Si les Héraultais auront fait parler leur puissance, un homme aura réussi à amener de l’avancée à chaque fois qu’il aura touché le cuir : Jan Serfontein. Le Sud-Africain a bonifié tous les ballons qui seront passés entre ses mains, jouant comme un métronome derrière Alex Lozowski, l’ancien des Saracens : le centre sera d’ailleurs récompensé par un essai après un beau mouvement, portant les siens vers une deuxième victoire consécutive (30-6), même s’il reste encore du travail pour les hommes de Xavier Garbajosa.

Crédits photo : Rugbyrama

 

L’essai du week-end : Sinzelle (La Rochelle) au départ… et à l’arrivée !

Dans ce qui était prévu comme un choc entre deux équipes joueuses, qui plus est en prime time le dimanche soir, on aura été un peu déçu : la faute à des Bordelais un ton en-dessous, et beaucoup, beaucoup d’indiscipline et de maladresses. Les Rochelais peuvent d’ailleurs s’en vouloir, car ils ratent un bonus offensif qui leur tendait les bras au terme d’une rencontre qui n’aura hélas pas tenu toutes ses promesses.

Mais une étincelle sera venue éclaircir le ciel chargé rochelais, par le biais d’un joueur très régulier depuis quelques saisons, Jérémy Sinzelle : l’arrière maritime aura été au départ, et à la conclusion d’une action initiée par un autre revenant, Jules Plisson.

Suite à une touche rapidement jouée par l’ouvreur rochelais, le cuir arrive dans les bras de Kévin Gourdon, qui se défait du premier plaquage : le jeu rebondit, et Kerr-Barlow redonne à Plisson, qui joue un petit coup de pied par-dessus la défense, pour Jérémy Sinzelle, qui récupère acrobatiquement. Ce dernier donne en tombant à Bourdeau, puis le cuir arrive dans les mains de Liebenberg, qui a le champ libre devant lui : plaqué à 10m de la ligne, il libère rapidement, permettant à Kerr-Barlow, puis Plisson et enfin Sinzelle de continuer l’action et de franchir la ligne pour ce qui était alors le deuxième essai des Maritimes !

 

On a aimé : Clermont se remet à l’endroit

Même si leur classement ne le laisse pas transparaître, les Clermontois ont eu du mal en ce début de saison : malmenés autant à domicile qu’à l’extérieur, ils n’ont pas pu développer leur jeu qui est d’habitude presque irrésistible.

Face à la Section Paloise, l’une des surprises de ce début de championnat, la bande à Frank Azéma se devait d’être sérieuse, au risque de se faire surprendre : si tout n’a pas été parfait, les Jaunards auront tout de même réussi à passer 50 points à leurs adversaires, avec notamment un doublé de leur recrue-star Matsushima, et un très bon match de leur ouvreur Camille Lopez.

A voir si les Auvergnats sauront capitaliser sur ce succès dans les prochaines journées, qui risquent d’être encore perturbées par la Covid, hélas…

 

On n’a pas aimé : Agen semble avoir (déjà) abdiqué

Habitué à jouer le maintien, Agen était reconnu pour être le poil à gratter de ce championnat, embêtant les gros et étant intraitable à domicile. Hélas, cette saison, les Lot-et-Garonnais ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes, et ont concédé leur 6ème défaite en autant de matchs, ne comptant qu’un tout petit point au compteur.

Avec cette défaite à domicile face à l’un de ses concurrents pour le maintien, Bayonne, on voit mal comment les hommes de Christophe Laussucq pourraient se sauver en fin de saison… Même si rien n’est impossible !

 

Les résultats : 

Le classement : 



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
eleifend Praesent dictum eget diam Sed elementum ante.