En équipe

Un week-end en Top 14 (J7) : Bayonne continue de surprendre, Bordeaux maître à domicile

Pendant que les Japonais créaient la sensation à la coupe du Monde, le Top 14 avait une nouvelle journée à jouer. Les surprenants Bayonnais continuent à faire régner leur loi et engrangent de précieux points dans l’optique du maintien, pendant que l’UBB a fait parler la poudre à domicile devant une équipe de l’ASM remaniée. Toulouse se rassure face à Castres avec le revenant Thomas Ramos, pendant que le Stade Français recolle en queue de classement.

 

L’équipe du week-end : Bayonne fait gronder Jean Dauger !

Chaque fin de semaine, les Bayonnais savent qu’ils auront fort à faire en championnat. Et chaque fin de semaine, on s’extasie sur les valeurs et l’envie de jouer des promus basques, qui ne cessent d’étonner par leur volonté et leur solidarité !

Venus dans les Pyrénées-Atlantique pour remporter une victoire, les Montpelliérains sont, comme d’autres avant eux, tombés sur un os. La faute à une équipe soudée, joueuse et libérée, qui évolue en prime devant un public fervent et bouillant.

Après un chassé-croisé à haute intensité, l’Aviron réussit en fin de match à passer devant les Héraultais, beaucoup trop indisciplinés pour pouvoir ambitionner quoi que ce soit (2 cartons jaunes et un rouge) : une victoire 28-24 qui propulse la bande à Yannick Bru à la 3ème place du championnat !

 

Le match du week-end : Bordeaux fait régner sa loi à Chaban

Un match de rugby en prime-time le dimanche soir, sur Canal : si c’est une chose que l’on voit de plus en plus, cela reste toujours un événement à ne pas rater. Et le public bordelais l’a bien compris. Venu en nombre (plus de 25 000 personnes), ils auront poussé pendant les 80 minutes leur équipe, qui aura eu du mal à se défaire de Clermontois remaniés mais accrocheurs.

42-15, le bonus offensif en prime, et voilà que les hommes de Christophe Urios se relancent derrière les Lyonnais, toujours intouchables en ce début de saison.

Une bien belle publicité pour le rugby, on en redemande !

Le joueur du week-end : Thomas Ramos (Stade Toulousain)

On savait le bonhomme touché par cet incroyable imbroglio qui l’aura vu revenir de la coupe du Monde avant ses coéquipiers, pour une soi-disant blessure qui n’en est pas une.

Et on a vu que Thomas Ramos, s’il était touché par cette décision aussi terrible qu’incompréhensible qui sent bon l’amateurisme du côté de la FFR et du staff du XV de France (même si apparemment, il y a un médecin en tant que vice-président), a réagi en champion, pour le plus grand bonheur des Stadistes.

Un match plein, des interventions décisives et des compliments – mérités – de son coach et de son président à la fin de la rencontre, d’autant plus qu’il aura joué les 80 minutes, pas mal pour un blessé !

Mais cela n’enlève pas la tristesse de voir ce joueur, si bon au pied notamment, privé de son rêve de gamin par des décisions totalement irrespectueuses et pas forcément fondées…

Source : Ouest-France

L’essai du week-end : Mathis Lebel (Stade Toulousain)

Un bon vieil essai à la Toulousaine, fait de passes, d’envolées, de fixations et de crochets !

Après un plaquage au-devant de la ligne des 22m, le jeu rebondit par le biais de faux appels et de plusieurs passes dans le dos : Lucas Tauzin, replacé au centre samedi après-midi, finit par prendre la ligne et se fait plaquer.

Qu’importe, l’action toulousaine est bien lancée. Un déblayage efficace et un temps de jeu supplémentaire de Tekori au près pour resserrer la défense castraise, et voici que Bezy trouvé Ramos, le revenant du Japon, en position d’ouvreur.

Ce dernier accélère et fixe la ligne tarnaise en réussissant une passe puissante en profondeur, qui élimine 2 défenseurs d’un coup. Le fixer-donner d’école de deux joueurs Rouge et Noir finit par décaler définitivement Mathis Lebel, qui n’a plus qu’à aplatir le ballon en terre promise, pour le plus grand plaisir de ses coéquipiers, mais aussi des supporters !

On a aimé : le match du Stade Français, qui relève la tête 

C’était déjà un match couperet pour les Parisiens, qui se frottaient à l’armada toulonnaise, en déplacement à la capitale.

Deux équipes en manque de repères, qui n’arrivent pas vraiment à démarrer leur saison et qui pédalent dans la semoule depuis quelque saisons déjà.

Pourtant, on a assisté dimanche après-midi à un très bon match entre deux formations qui, si elles ont fait quelques erreurs, ont marqué 63 points au final à elles deux !

C’est Killian Hamdaoui qui se muera en sauveur de son équipe, sur une étrange décision de Gabin Villère.

Alors qu’il venait de récupérer le ballon qui avait tapé le poteau sur un drop de Morne Steyn, il décide de relancer et de ne pas dégager au pied.

Mal lui en a pris, car le ballon est perdu, permettant à Hamdaoui d’aller marquer l’essai de la victoire.

Un rapproché au classement pour les Parisiens, qui ne sont désormais plus qu’à 3 petits points de la 13ème place, synonyme de barrage (et de la 12ème également).

On n’a pas aimé : la question d’un journaliste à Thomas Combezou

Qu’on soit clair : si les joueurs mettent parfois de la mauvaise volonté lors de séances avec la presse (coucou Wenceslas Lauret), il faut parfois reconnaître que certains journalistes ne les aident pas.

C’et le cas de celui qui a fait face à Thomas Combezou, après la défaite de son club, le CO.

Prenant le temps de venir répondre aux questions, l’une d’elles va le faire dégoupiller, et on le comprend : sur un ton rigolard, le journaliste lui demande comment il prend le fait que dans cette rencontre, les Castrais ont encaissé deux essais en 7 minutes de la part des petits jeunes, champions du monde des -20 ans !

Si on admire le self-control du centre tarnais, on comprend tout à fait qu’il n’ait pas continué son interview, au grand dam de ses confrères, qui n’auront ainsi pas pu poser leurs questions non plus.

Les résultats de la journée : 

Le classement : 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
dapibus leo libero ante. Aliquam sit nec ipsum ultricies non ut