Rugby

Un week-end en Top 14 (J7) : le derby pour Clermont, le Clasico pour le Stade Français

Plusieurs “classiques” du rugby français se déroulaient en ce week-end, hélas une nouvelle fois “plombés” par les doublons. Si le “derby” entre Brive et Clermont n’était pas trop concerné par ces tests internationaux, le Clasico de ce Top 14 entre le Stade Français et Toulouse a accouché d’un match à sens unique, la faute aux 19 absents côté toulousain, mais aussi et surtout à une belle prestation des Parisiens.

 

Le match du week-end : le Stade Français corrige une faible équipe toulousaine

Il y a quelques années, il aurait été impensable de voir ce Clasico entre le Stade Français et le Stade Toulousain d’une part à huis-clos, mais d’autre part se dérouler en période de doublons. C’est là qu’est la magie du rugby français : il arrive toujours à nous surprendre ! C’était donc dans une ambiance tristounette que Parisiens et Toulousains allaient s’affronter dans ce qui reste toujours un classique du Top 14. A la vue des compositions, on ne donne alors pas cher de la peau des Haut-Garonnais, amputé de 19 joueurs, entre blessures et sélection. En face, c’est une équipe quasi au complet et envieuse de se racheter après la défaite à la sirène face au Racing 92 qui se présentait.

En manque de repères, mais surtout étouffés par la volonté parisienne de dicter sa loi, les Toulousains n’auront eu que leurs yeux pour pleurer dans ce match tronqué : croqués sur chaque ruck, reculant très souvent à l’impact, les hommes d’Ugo Mola repartent de la capitale avec 48 points dans la besace, et 6 essais à 2.

En face, c’est la gabegie, avec des envolées et une faim de ballons qui aura enfin payé : la confiance semble à nouveau revenir dans les rangs du Stade Français, qui semble bien plus solide cette saison : la patte de Gonzalo Quesada se pose de plus en plus sur cette équipe prometteuse…

Enfin, pour ne rien arranger, la grosse blessure d’Idjellidaine, le jeune demi-de-mêlée toulousain, viendra encore une fois garnir les rangs des blessés au long cours chez les Rouge et Noir : la question se pose une fois de plus, est-il bien raisonnable de faire jouer autant des joueurs aussi jeunes dans une rencontre de cette intensité ?

 

L’homme du week-end : Geoffrey Cros (UBB) s’offre un triplé face à Agen

Certes, la rencontre était pliée presque d’avance, tant les Agenais venaient à Bordeaux avec l’espoir de ne pas repartir avec la besace trop remplie : 28-5 à la mi-temps, et 71-5 à la fin d’une rencontre presque pathétique au vu du manque d’envie des Lot-et-Garonnais, sérieusement secoués par leur président après la rencontre.

Et dans ce genre de rencontres, il est parfois difficile de garder le cap pour l’équipe qui archi-domine, la possibilité de tomber dans du hourra-rugby étant forte : si les Bordelais marquent au final 10 essais, ils auront surtout su conserver un état d’esprit impeccable et suivre le plan de jeu imposé par leur coach Urios durant les 80 minutes.

Au milieu de la mêlée, un jeune joueur s’est démarqué, comme depuis le début de saison : Geoffrey Cros, l’ailier girondin, aura marqué de son empreinte cette rencontre en plantant pas moins de 3 essais ! Une promesse de plus à l’UBB, qui pourra compter sur un joueur qui s’affirme de sortie en sortie, que ce soit offensivement ou défensivement.

1er essai :

2ème essai :

3ème essai :

 

L’essai du week-end : Jean-Pascal Barraque (Clermont-Ferrand) nous offre un essai à la septiste !

Arrivé un peu sur la pointe des pieds du côté de l’ASM, Jean-Pascal Barraque s’est immédiatement imposé au centre de l’attaque clermontoise, affolant les défenses grâce à ses qualités d’appuis, mais également son flair aiguisé dans les longues tournées du rugby à 7 ! Une fois de plus, le n°13 clermontois a fait parler la poudre, qui plus est durant le “derby” face à l’ennemi intime, le CA Brive : alors que les siens sont aux 40m brivistes juste avant la mi-temps, Lopez tente un dernier coup pour essayer de creuser le score à la pause.

Betham est servi, mais est plaqué : le centre arrive malgré tout à transmettre le cuir à son compère Barraque, d’une belle chistera. C’est alors que ce dernier fait parler ses appuis et sa science de prise d’intervalle : un raffut sur Giorgadze qui lui permet de prendre de la vitesse, et le trou se forme en plein centre du terrain. La suite, c’est une course effrénée jusqu’à la terre promise, où Thomas Laranjeira, le dernier rempart corrézien, ne peut que constater les dégâts !

 

On a aimé : Les Bleus renversent les Irlandais et finissent 2ème du Tournoi 2020 !

Les belles promesses du printemps n’auront pas été vaines, et cette équipe de France a retrouvé de la folie mais a également redonné le sourire à tous ses supporters, enchantés par tant de vaillance et de fraîcheur après autant d’années de désillusions !

L’Irlande, certes vieillissante, est toujours une sélection difficile à jouer, experte du jeu au sol et du ralentissement du ballon : un vrai défi pour les petits Bleus, qui se devaient de bien terminer ce Tournoi 2020 si particulier, en ayant tout de même dans un coin de la tête l’ambition de pourquoi pas remporter la compétition en flanquant 31 points d’écart du XV du Trèfle.

Si cet object (difficile) n’aura pas été réalisé, en revanche, c’est (enfin) un match quasi-plein que nous auront offert les Bleus, validant toutes les promesses entrevues au début de l’année : 4 essais (et donc le bonus), de superbes phases de jeu, de l’envie et des cadres qui répondent présents malgré leur jeune âge, à l’image d’un Dupont encore une fois stratosphérique, Ntamack parfait en animateur ou encore un énorme Alldritt, désigné homme du match.

On en redemande !

Crédits photo : FFR

 

On n’a pas aimé : La prestation indigne des Agenais à Bordeaux

La réaction du président Fonteneau donne bien du relief au mal-être du club agenais en cette saison 2020/2021 : déjà plombé par une covid qui donne des sueurs aux finances des formations de ce Top 14, le championnat des Lot-et-Garonnais ressemble à un long chemin de croix qui risque fort de se terminer en une descente en ProD2, avec toutes les conséquences que cela entraîne.

Face à l’UBB, les Agenais venaient clairement pour ne pas revenir à la maison avec une grosse défaite : c’est raté. Mais plus que le score incroyable (71-5), c’est la prestation de l’ensemble des acteurs sur le terrain qui pose question : une envie absente, des joueurs pas concernés, et un staff qui ne pouvait évidemment rien faire pour changer.

Au final, le couperet est tombé : le duo Laussucq-Vaquin débarqué, des joueurs qui risquent d’être sanctionnés financièrement par leur président, et un groupe en auto-gestion jusqu’à au moins la réception du LOU le week-end prochain…

 

Un oeil sur la Pro D2 : C’est toujours la fête à Vannes !

Véritable surprise de ce début de saison, Vannes continue d’enchanter ses supporters en pratiquant un jeu aéré et efficace : avec leur 7ème victoire en 8 rencontres, les Bretons caracolent en tête de cette Pro D2, et donnent un vent de fraîcheur dans ce championnat souvent coupé en deux, les gros faisant en général leur loi.

Derrière, c’est la course avec Oyonnax, qui s’est offert une victoire à Béziers, mais aussi une bagarre à l’ancienne, et Perpignan qui reste 3ème sans jouer (covid oblige), gardant 8 points d’avance sur Biarritz et Provence Rugby, les poursuivants.

En bas du classement, Soyaux-Angoulême n’y arrive toujours pas, et encaisse sa 7ème défaite à Montauban, pendant que Mont-de-Marsan perd sa 5ème rencontres sur 6 (avec 2 matchs en retard cependant).

Enfin, Rouen se donne de l’air en surpassant Valence-Romans, tout comme Montauban qui a enfoncé un peu plus le club coaché par Vincent Etcheto, Soyaux-Angoulême.

Crédits photo : France 3 Régions

 

Les résultats du Top 14 : 

Le classement du Top 14 : 

 

Les résultats de la Pro D2 : 

Le classement de la Pro D2 : 



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Praesent venenatis, ipsum libero accumsan nec Praesent id, tristique