Une seule et unique rencontre ce soir : La renaissance des Bulls ?

0
Ligue 1

La nuit de ce soir ne sera pas la plus passionnante que l’histoire ait connue, je vous l’accorde, mais le match et unique match de la nuit doit être décortiquer pour se rendre compte que certains joueurs peuvent envoyer du lourd d’ici quelques heures.

Présentation des équipes :

D’un côté les Bulls. Déjà très en difficulté la saison dernière, les Bulls ont réussis à faire face et ont accroché les PlayOffs juste devant le Heat avec un bilan de 41-41. Mais voilà sur les 41 victoires obtenues beaucoup, énormément, de succès aurait été impossibles sans Jimmy Butler qui portait son équipe. Sauf que l’ami Jimmy s’est envolé cet été pour rejoindre les copains Karl-Anthony Towns et Andrew Wiggins à Minnesota. Grosse galère pour tout Chicago. Ajouté à cela plusieurs autres facteurs : Le départ de Dwayne Wade, souvent décrié et critiqué mais pouvant prendre feu sur un match le Flash. L’absence de Mirotic, toujours à l’hôpital après être passé sur le grill de chef Bobby Portis et donc, lié forcément, le début de saison tardif de Portis qui a été suspendu 7 matchs pour l’attaque sur son coéquipier.

D’ailleurs après cet acte beaucoup pensaient que le père Bobby n’allait plus jouer, que la franchise de Chicago ne lui pardonnerait pas, que le coach ne pourrait plus lui faire confiance et que ces partenaires seraient distants avec lui, et bien non, tout le contraire, c’est bien l’ami Bobby le nouveau patron à Chicago. Triste tout ça. Pourtant Mirotic pourrait faire du bien lors de son retour mais attention le climat et les regards noirs à la cantine. Affaire à suivre. Celui qui fait aussi parler de lui, discrètement tout de même, à Chicago c’est Lauri Markkanen.

Tout beau, tout jeune et choisit par Minnesota la draft dernière en septième position, l’aillier fort est arrivé chez les Bulls avec Kris Dunn dans leur échange pour Jimmy Butler. Dans une équipe comme celle-ci il y a de la place, pas de mentor ni de mental mais de la place, alors le rookie s’est tout de suite imposé comme très important pour la franchise. Meilleur marqueur de son équipe et cumulant 15 points et 8 rebonds par match. Avec Robin Lopez à 13 points à ses côtés dans la raquette c’est sûr qu’on ne s’ennuie pas à l’intérieur. On rajoute les petit Kris Dunn, 11 points par match de moyenne, et Justin Holiday, 15 points par match, et l’on obtient une belle équipe qui gagne 3 matchs sur les 14 joués. Pas fameux.

De l’autre côté les Lakers. Loin des années Magic ou Kobe mais qui tentent de se reconstruire grâce à la jeunesse. Seulement 26 victoires l’année dernière, les Lakers semblent viser plus haut et cumulent déjà 7 victoires en 17 matchs. Cet été ça a bougé chez les Lakers également. On envoi D’Angello Russell et Timofey Mozgov à Brooklyn et on récupère Brook Lopez et le 27ème choix de draft des Nets dans l’optique d’attirer Paul George pendant l’été suivant. Mais le pivot déçoit un peu, seulement 15 points pour lui qui avait habitué à mieux à Brooklyn, avec même pas 5 rebonds. Certes il n’a jamais été vraiment un spécialiste dans ce domaine mais être pivot et prendre moins de rebonds que certain meneur c’est quand même scandaleux.

En plus de ça les Lakers voient arriver Lonzo Ball choisit en seconde position de la draft derrière Markelle Fultz. Assez complet et pouvant s’enflammer quelque fois au scoring mais pourtant assez discret par rapport aux déclarations de son paternel. Une ligne de stats agréable et homogène pour lui : 9 points, 7 passes et 7 rebonds. Prend plus de rebonds que son pivot tient. Un gros push au scoring et Lonzo deviendra très dur à jouer mais pour le moment ce n’est pas suffisant comparé au potentiel du joueur. Monsieur Caldwell-Pope a également fait son entrée à Los Angeles, venu de Detroit il vient mettre sa dizaine pour aider un peu et apporter de la défense à l’effectif.

Pourtant, s’il n’en avait qu’un à retenir parmi les nouveaux arrivants, c’est Kyle Kuzma. Drafté en 27ème position, coucou le pick des Nets, l’ailier fort surprend et semble pour le moment être un véritable steal. 16,5 points de moyenne par match pour lui en plus d’un peu moins de 7 rebonds. Sans compter le spectacle. Le mec à quand même été à deux doigts d’enfoncer Joel Embiid dans le sol. Ne pas oublier non plus Jordan Clarkson qui met ses 15 petits points par match et le sophomore Brandon Ingramm à 14 points. On attend égalment impatiemment le retour de Larry Nance Jr. à Los Angeles.

Le match :

De la jeunesse il y en a ce soir. Du plus au moins talentueux en passant et accompagné parfois d’un ancien à leurs côtés. Des confrontations intéressantes tel que Kris Dun qui va se faire un malin plaisir à chatouiller le fiston de LaVar Ball. Il ne faudra pas le lâcher d’un pouce pour Lonzo car le petit Krisn, bien que dans l’ombre, pourrait très vite piquer. Duel d’ailier fort également. Deux rookies meneurs de leur équipe respective en termes de point, Markkanen dans le touché et Kuzma dans le physique. Mais surtout la retrouvaille entre les deux frères Lopez. Choc fraternelle pour les espagnoles qui vont pouvoir marquer des points auprès de papa/maman. Plus que sur le terrain. L’avantage est très clairement aux Lakers qui croient encore aux PlayOffs alors que les Bulls sont en opération tanking. Ce n’est pourtant pas dit que les Bulls ne veulent pas prendre celui-là.

Nathan CHATELAIN

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here