Cyclisme

Une troisième étape marquée par les chutes ; comment Caleb Ewan est tombé ?

La victoire de Tim Merlier lors de la 3e étape du Tour de France 2021 a été marquée par de nombreuses chutes dont celles de Caleb Ewan et Peter Sagan à 150 m de la ligne d’arrivée. Le coureur de Lotto-Soudal a été contraint à l’abandon après une fracture de la clavicule constatée.

Les différentes chutes survenues lors de la 3e étape du Tour de France 2021 ont rebattu les cartes du sprint final remporté par Tim Merlier (Alpecin-Fenix). En effet, en chutant à 150 m de la ligne d’arrivée, Caleb Ewan et Peter Sagan n’ont pas pu prendre part au sprint final à Pontivy. À noter qu’Arnaud Démare a également chuté à 4 km du dénouement. Ainsi son manager Marc Madiot appelle au changement « que ce soit au niveau du matériel, de l’entraînement, des oreillettes, du parcours » avant que l’on ait des morts avec de tels accidents. Primož Roglič et Tadej Pogačar ont également été victimes de ces incidents tout comme Geraint Thomas à 145 km de l’arrivée. Dans la chute du Gallois, un accrochage a lieu avec le Néerlandais Robert Gesink (Jumbo-Visma) qui quitte le Tour de France. Cela fait un coéquipier de moins pour le Slovène Primož Roglič.

Dans le sprint final, Tim Merlier est emmené par son coéquipier Jasper Philipsen de la formation Alpecin-Fenix. Derrière les deux coureurs se trouvent Peter Sagan et Caleb Ewan. Lorsque Tim Merlier se met position de danseuse pour lancer le sprint, sa roue bascule de gauche à droite ce qui fait tomber Caleb Ewan qui entraîne Peter Sagan dans sa chute. Cet incident se situe à 150 m de la ligne d’arrivée.

© Eurosport

Alors que le départ de la quatrième étape entre Redon et Fougères est planifié pour 13h25, une grève du peloton est envisagée. Ceci pour protester en faveur de la sécurité des coureurs qui risquent leur vie pour leur passion du cyclisme. Des arrivées sont parfois jugées dangereuses et les chutes se multiplient alors que seulement trois étapes ont été effectuées. Les coureurs envisagent de rouler à faible allure pendant les cinquante premiers kilomètres, marquer un coup d’arrêt puis disputer les cent kilomètres restants dans des conditions normales.

Crédit photo en une : AFP/Benoit Tessier

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire