US Open (H) : Berrettini stoppe Monfils

On y a de nouveau cru, et on a de nouveau été déçu par Gaël Monfils. Certes opposé au gros client qu’est Berrettini, le Français semblait avoir une belle carte à jouer dans ce quart de finale. Que nenni, défaite 3-6/6-3/6-2/3-6/7-6 à l’arrivée. L’Italien jouera Nadal ou Schwartzman vendredi.

 

C’était sans doute le quart de finale le plus ouvert du tableau masculin qui se jouait ce soir entre Matteo Berrettini et Gaël Monfils. Deux hommes très en forme depuis le début de cet US Open, qui ambitionnaient chacun de décrocher le troisième ticket mis en jeu pour les demi-finales de cette édition 2019.

 

Un départ canon

Légèrement favori sur le papier, le Français démarre bien sa rencontre. Il trouve fréquemment une bonne longueur de balle, qui met à mal les plans de l’Italien, qui ne peut s’installer confortablement dans l’échange avec son coup droit. Cela oblige le 25e joueur mondial à forcer, ce qui lui fait commettre de nombreuses fautes directes. Solide au service, le Parisien empoche le premier set sur le score de 6 jeux à 3. Appliqué et sérieux tactiquement, “Lamonf'” prend logiquement les devants.

Sans doute un tantinet nerveux, Berrettini lâche même d’entrée de deuxième manche son service, sur une double faute.

 

Puis Monfils plongea

Malheureusement pour lui, Monfils baisse le pied et met moins d’intensité dans ses frappes, ce qui permet à son adversaire d’être plus installé dans le terrain. En difficulté sur sa deuxième balle de service (seulement 17% de réussite), le Français coince à deux reprises sur sa mise en jeu, et doit se résoudre à céder le deuxième acte au bulldozer italien (3-6), dont le ratio points gagnants/fautes directes s’est inversé par rapport au premier set.

Dans la continuité, Monfils semble avoir du mal à mettre plus de “peps” au service en début de troisième set, et est breaké lors du troisième jeu. Berrettini prend confiance, et peut asséner ses traditionnels coups de boutoir en coup droit. Le Français souffre mais se procure une balle de débreak à 2-3, sauvée d’un ace. La pluie interrompt le jeu à 4-2, et le toit est fermé. Cependant, la courte pause n’y change rien. Grâce à ses 100% de réussite derrière ses premières balles et à 10 coups gagnants de plus, Berrettini passe devant, et mène deux sets à un.

Après la minute trente de pause, “Lamonf” revient malgré tout avec d’autres intentions, sans doute conscient que la sieste a un duré un peu trop longtemps. À coup de parpaings, que cela soit en coup droit ou en revers, le 13e joueur mondial reprend l’avantage, et 42 minutes plus tard, il recolle à deux manches partout.

Crédit photo : Ouest-France

Les deux hommes doivent passer par un cinquième set pour se départager. Et à cet exercice, c’est l’Italien qui aura le dernier mot. Même si Monfils entretient l’espoir avec un premier débreak en début de set, puis un second lorsque l’Italien doit servir pour le match, la sentence tombera définitivement quelques minutes plus tard. Trop inconstant, et commettant bien trop de fautes grossières dans le money-time, Gaël Monfils doit s’incliner. Malgré plusieurs balles de matchs sauvées par le Français, Berrettini conclut sur dernier service gagnant. Il peut exulter : il disputera après-demain sa première demi-finale en Grand Chelem. Il devra cependant réaliser l’exploit de battre Rafael Nadal, à moins que Diego Schwartzman ne créer l’exploit cette nuit.

 

Crédit photo de l’image en Une : dna

 

Grégoire ALLAIN

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

Donec libero sem, non ut mattis luctus in dolor quis, eget